Santé, eau et énergie, piliers de la coopération franco-surinamienne

Paru dans La Lettre Diplomatique n°125 1er trimestre 2019

426

Par M. Bertrand WILLOCQUET
Directeur du département Trois Océans de l’Agence française de Développement (AFD)

Le Suriname est l’un des plus petits pays d’Amérique du Sud (163 820 km2, environ un tiers de la France), bordé par l’océan Atlantique, et frontalier avec le Guyana à l’Ouest, le Brésil au Sud et la France à l’Est. Sa proximité géographique, historique et culturelle avec la Guyane confère à cet État une place à part dans le dispositif français de coopération, qui fait écho à la récente mutation qu’a connue l’Agence française de Développement (AFD).
En effet, l’Agence vient d’adopter une stratégie ambitieuse pour répondre au mieux au nouvel agenda du développement et à la volonté du gouvernement français de doubler d’ici 2022 sa contribution à l’aide publique au développement. Cette nouvelle feuille de route met au cœur de notre action le climat et l’inclusion sociale. Première institution 100% compatible avec l’Accord de Paris, nous ne finançons que des projets cohérents avec les contributions nationales déterminées (CDN) par les États en 2015 à l’occasion de la COP21 sur le climat, dans le but de lutter contre le changement climatique et d’accompagner les transitions vers des modèles de croissance moins émissifs.
Au Suriname, tous les projets d’infrastructures auxquels nous contribuons tiennent compte en particulier de la vulnérabilité de la bande littorale à l’augmentation du niveau de la mer qui menace 30% du territoire. D’autre part, en appuyant les entreprises publiques pour multiplier les raccordements aux services d’eau et d’électricité, notamment dans l’Est, nous entendons réduire les disparités spatiales et renforcer le lien social.
En outre, la refonte de nos orientations stratégiques se traduit aussi par une nouvelle grille de lecture de nos géographies d’intervention. En cela, le Suriname qui est le seul pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) partageant une frontière terrestre avec la France, est en première ligne. Désormais intégré au département « Trois Océans » de l’AFD associant aux collectivités françaises d’outre-mer les États étrangers avec lesquels elles entretiennent des relations privilégiées, le Suriname vient de voir consacrer son statut particulier au sein de notre institution. Il s’agira ainsi de favoriser l’émergence de projets d’intérêt régional à l’échelle du Plateau des Guyanes pour être au plus près des besoins des populations.
Ces objectifs transversaux se déclinent au niveau sectoriel à travers le renforcement de l’offre de soins, l’amélioration de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, ainsi que l’appui à la transition énergétique.

Renforcer l’accès aux soins
Face à la pénurie et à l’obsolescence d’infrastructures et d’équipements, tant à Paramaribo qu’à l’intérieur du pays, l’AFD a financé un programme de modernisation des services de santé. Ce programme a contribué à améliorer l’accès aux soins pour la population, en particulier grâce à la réhabilitation de centres de santé situés le long du fleuve Maroni et au renouvellement partiel des plateaux techniques des principaux hôpitaux du pays il y a déjà quelques années. Dans la localité d’Albina, la construction d’un hôpital rural de 35 lits se poursuit.
Par ailleurs, l’AFD accompagne la lutte contre les maladies à caractère épidémique, particulièrement répandues dans la zone frontalière avec la Guyane à travers la mise en place de stratégies communes pour améliorer la surveillance épidémiologique.

© AFD De droite à gauche, M. Antoine Elias, Ministre surinamien de la Santé, M. Philippe La Cognata, nouveau Directeur régional Atlantique de l’AFD, Mme Gaelle Narayanassamy, Chargée de projets de l’AFD à Paramaribo et M. Laurent Fakhoury, Directeur du Bureau de l’AFD à Cayenne en charge du Suriname.

Améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement
Les habitants du Suriname bénéficient d’une ressource en eau abondante, avec une disponibilité par habitant et par an 76 fois supérieure à la ressource française. Cependant, l’approvisionnement en eau potable dépend essentiellement de ressources souterraines, non rechargeables, vulnérables à la montée des eaux et peu compatibles avec les perspectives de croissance économique et démographique du pays.
En collaboration avec la société surinamaise des eaux SWM, l’AFD finance un projet de production d’eau potable. Ceci permettra d’augmenter la production dans la conurbation de Paramaribo, où vivent les deux-tiers de la population et de participer à la transition vers une exploitation durable de la ressource.
L’AFD appuie également l’élaboration d’un schéma directeur d’assainissement qui jettera les bases d’une politique de gestion intégrée des ressources en eau.

Appuyer la transition énergétique

L’AFD accompagne le plan de développement énergétique national, en appui aux réformes en cours et pour répondre aux besoins en investissements de la compagnie nationale d’électricité EBS. À travers le renforcement des réseaux, ce programme en préparation contribuera au rééquilibrage économique et social de l’Est surinamais. L’accroissement de la fiabilité et de la sécurité du réseau électrique, l’amélioration de l’accès aux services énergétiques et le développement de filières plus sobres en carbone amélioreront également le bien-être des populations.
Alignées sur le plan national de développement pour la période 2017-2021, l’AFD envisage de poursuivre et d’approfondir ses interventions souveraines dans les secteurs de concentration énoncés plus haut. Ceci pour promouvoir une croissance équitable, durable et qui renforce le pacte social au Suriname.