Pourquoi la Chine parvient-elle à réduire la pauvreté à grande échelle ?

Paru dans La Lettre Diplomatique n°127 3ème trimestre 2019

401

Par M. TAN Weiping
Directeur général adjoint du Centre international de la réduction de la pauvreté en Chine

Depuis le lancement de la politique de réforme et d’ouverture en 1978, l’économie chinoise a connu un essor, qui a posé les bases pour la réduction de la pauvreté dans le pays. La Chine a réussi l’exploit de faire sortir de la pauvreté plus de 700 millions de personnes démunies. Fin 2018, le nombre de ruraux pauvres n’était plus que de 16,6 millions et le taux de pauvreté de 1,7%.
Notons qu’en matière de lutte contre la pauvreté, la Chine a formulé sa propre solution, c’est-à-dire une voie à la chinoise qui tient compte des réalités du pays et se fonde sur la recherche active d’innovations et la mise en application courageuse de mesures concrètes.
Aux fins d’une réduction efficace de la pauvreté, il convient de suivre l’orientation du gouvernement, lequel élabore des plans à long terme et fixe des objectifs annuels à cet égard. Par exemple, en 2001 et en 2011, il a publié respectivement le premier et le deuxième plan décennal pour la réduction de la pauvreté et le développement en milieu rural.

© La Chine au présent La récolte du riz dans le village de Xiaotun, du district de Dafang, province du Guizhou.

La Chine a mis en œuvre en temps opportun une stratégie d’assistance ciblée aux plus démunis et d’éradication précise de la pauvreté, se traduisant par des mesures politiques adaptées aux conditions locales. Les habitants pauvres sont répartis dans une vingtaine de provinces, régions autonomes ou municipalités relevant directement de l’autorité centrale. Pour leur venir en aide, des mesures prenant en considération les facteurs locaux et individuels sont adoptées : les personnes aptes à travailler sont encouragées à se lancer ou à se reconvertir dans les secteurs caractéristiques de leur région ; les populations des zones défavorisées sont déplacées vers des endroits plus accueillants ; dans les régions où les ressources environnementales sont extrêmement importantes ou fragiles, la réduction de la pauvreté passe par la protection écologique ; les individus qui deviennent inaptes au travail bénéficient d’une politique de prise en charge complète leur garantissant des moyens d’existence ; ceux dont la pauvreté découle de la maladie perçoivent une aide médicale financée par l’État.
Au-delà des actions politiques pour la réduction de la pauvreté, la Chine mise sur la « main invisible » du marché. En effet, le marché doit jouer pleinement son rôle dans la répartition des ressources, l’attraction des capitaux et la stimulation de la vitalité économique. Ces dernières années, le gouvernement chinois a formulé divers exemples types de réduction de la pauvreté par le biais, entre autres, de l’e-commerce, du tourisme, du photovoltaïque et de la valorisation des actifs existants. Il espère que le marché aura la force de transformer les ressources limitées des agriculteurs pauvres en capital et de métamorphoser ces paysans en entités économiques non négligeables sur le marché.
L’expérience réussie de la Chine en matière de lutte contre la pauvreté confirme non seulement la justesse de ses choix, mais ouvre aussi de nouvelles possibilités aux pays et nations qui souhaitent accélérer leur croissance tout en préservant leur indépendance.
Ainsi, la Chine, en partageant sa sagesse et sa solution, contribue à la gouvernance mondiale sur la réduction de la pauvreté.