« Pour un partenariat fort entre CréaCannesLérins et le centre d’affaires Tech Garden d’Almaty »

Paru dans La Lettre Diplomatique n°126 2ème trimestre 2019

352

Entretien avec M. David LISNARD
Maire de Canne

La Lettre Diplomatique : Monsieur le Maire, vous avez pris part le 8 mars 2019 à l’ouverture du Forum France-Kazakhstan sur le Numérique et les Énergies alternatives, coorganisé par l’Ambassade du Kazakhstan en France, Kazakh Invest et MEDEF International. Pourriez-vous nous expliquer les motivations de Cannes à accueillir cet événement ? Comment décririez-vous les plus-values apportées par la tenue à Cannes du Forum France-Kazakhstan sur le Numérique et les Énergies alternatives ?

M. David LISNARD : Une fois de plus, Cannes est le cadre de rencontres économiques internationales d’importance stratégique, confirmant le fort dynamisme événementiel propre à notre ville. Pour rappel, Cannes est devenue une place forte en Europe des rencontres professionnelles de haut niveau avec, rien qu’au Palais des Festivals et des Congrès, 52 grands événements B to B par an, totalisant plus de 300 000 congressistes accrédités.
À travers ce forum, Cannes a contribué au développement des échanges diplomatiques et commerciaux entre la France et le Kazakhstan, en donnant l’opportunité d’une fertilisation croisée entre décideurs politiques et entrepreneurs, sur des enjeux tant économiques que sociétaux.
Le bassin cannois, étendu à la première technopole d’Europe (Sophia Antipolis), concentre de nombreux acteurs en pointe sur les innovations numériques et environnementales. Nombre d’entre eux étaient réunis à l’occasion de ce forum, dont Thales Alenia Space bien entendu, aux côtés du MEDEF International, du groupe CNCR et de l’agence d’attractivité « Kazakh Invest » pour engager des collaborations concrètes au service de l’exemplarité et de la prospérité de nos deux territoires.

L.L.D. : Dans quelle mesure les thématiques de ce forum figurent-elles au cœur du développement de l’économie cannoise ?

D.L. : À Cannes, nous voulons une écologie positive, suscitant l’adhésion. Elle se décline par des actions très concrètes, comme la récupération de chaleur sur les réseaux d’eau usée de certains sites industriels ou l’installation d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques. Ces initiatives font appel à des entreprises ou des solutions à haute valeur ajoutée, développées pour partie localement.
Notre territoire est très exposé aux risques majeurs, notamment environnementaux (inondations, incendies, etc.). Des exemples tragiques récents en témoignent. Nous n’avons donc pas le choix : nous nous devons de prendre une longueur d’avance technologique pour y faire face. C’est notamment tout l’enjeu du grand projet
d’anticipation des risques naturels, dénommé TIGRE, que nous menons notamment avec Thales Alenia Space.
Mon engagement auprès des Cannois, c’est de mener une politique environnementale de l’action, et non du discours. C’est une conviction partagée avec nos interlocuteurs kazakhstanais.
Sur le numérique, l’ouest des Alpes-Maritimes pèse et rayonne : ces cinq dernières années, 150 startups s’y sont créées, générant plus de 700 emplois directs. La Côte d’Azur dans son ensemble a été labellisé il y a quelques jours « Capitale French Tech » par le gouvernement, nous mettant au rang des plus grandes métropoles françaises.
Pour accroitre et encourager encore cette dynamique, les trois agglomérations de l’Ouest azuréen – Grasse, Sophia Antipolis, Cannes – se sont constituées en pôle métropolitain pour accompagner au mieux les entrepreneurs et les innovateurs. Là encore, cela passe par des actions très concrètes, comme la mise en commun de nos incubateurs et accélérateurs dédiés aux start-up, afin que ce grand territoire gagne en lisibilité et impact pour tous les créateurs de valeur qui souhaiteraient s’y implanter ou y développer leur activité, au contact direct de pôles de compétitivité d’envergure mondiale : SAFE, SCS, etc.

© Ville de Cannes Le Maire de Cannes David Lisnard s’exprimant lors de la Table-ronde du Forum France-Kazakhstan sur le Numérique et les Énergies alternatives qui s’est tenue le 8 mars 2019, aux côtés de S.E.M Jean Galiev, Ambassadeur du Kazakhstan en France, Délégué permanent auprès de l’UNESCO (à gauche) et de M. Daryn S. Tuyakov, Vice-Ministre kazakhstanais du Développement numérique, de l’Industrie de défense et aérospatiale (à droite).

L.L.D. : En dehors de l’organisation de manifestations culturelles d’envergure, l’agglomération cannoise est réputée pour ses activités créatives et ses salons professionnels comme le MIPTV, le MIDEM, le Yachting Festival, le MIPCOM ou le Tax Free World Exhibition. Quelles sont vos priorités pour pérenniser ces secteurs d’activité ?

D.L. : Cannes accueille en effet, grâce à son Palais des Festivals, les événements leaders – souvent à une échelle mondiale – de leurs secteurs d’activité respectifs. Mais au-delà de l’événementiel, par définition fugace dans le temps, notre volonté consiste désormais à pérenniser sur le territoire – 365 jours par an – les opérateurs économiques de ces filières.
C’est pourquoi, parallèlement au nouveau programme de 62 millions d’euros d’extension du Palais des Festivals et des Congrès que nous venons de voter, nous avons, avec l’Agglomération Cannes Lérins que je préside, défini une nouvelle politique de développement économique et de marketing territorial, basée sur la structuration et la valorisation de six filières d’excellence, liées tout à la fois à l’histoire et aux ambitions nouvelles de notre territoire : spatial, nautisme, événementiel, industries créatives, silver economy, agritech.

L.L.D. : Cannes a noué des jumelages avec six villes à travers le monde et compte huit pactes d’amitié, dont un avec Moscou. En marge du Forum franco-kazakhstanais du 8 mars 2019, quelles opportunités avez-vous identifiées en vue de resserrer les liens avec le Kazakhstan, notamment à l’échelle des collectivités locales ?

D.L. : Très concrètement là encore, nous travaillons à un partenariat fort entre CréaCannesLérins, notre dispositif de soutien à l’innovation totalisant 25 partenaires économiques et 1 800 m2 d’hébergement dédiés aux start-up, et le centre d’affaires « Tech Garden » situé à Almaty au Kazakhstan, en vue d’échanger nos savoir-faire, nos talents et de faciliter l’implantation réciproque d’innovateurs dans nos deux territoires.