L’ISL : la recherche franco-allemande de défense « au contact »

Paru dans La Lettre Diplomatique n°124 4ème trimestre 2019

327
© ISL Dr.-Ing. Thomas CZIRWITZKY et M. Christian de VILLEMAGNE dans les ateliers de l’ISL à Saint-Louis en Alsace.

Par M. Christian de VILLEMAGNE et Dr.-Ing. Thomas CZIRWITZKY
Directeurs français et allemands de l’Institut franco-allemand de recherches de Saint-Louis (ISL)*

L’ISL, est l’acteur prépondérant – peu connu – de Science & Technologie (S&T) spécifique aux besoins des forces terrestres. Ses travaux irriguent de plus en plus les développements de l’industrie.
L’ Armée de Terre doit disposer d’un effet de masse. Pour autant, à côté d’équipements rustiques, indispensables pour disposer d’un parc suffisant en nombre et répondre au meilleur coût à des besoins simples, elle a de plus en plus besoin de technologies, que les programmes de modernisation en cours, qui mettent en œuvre des innovations mûries au cours des décennies passées, n’épuisent pas.
Le champ des recherches tirées par les besoins des forces terrestres est immense! C’est la mission de l’ISL. Avec nos 400 personnes, nous incarnons, en plein accord avec l’Agence d’Innovation de Défense du côté français et le BAIINBw du côté allemand une recherche « au contact » (selon la signature de l’Armée de Terre française) en concertation étroite avec les opérationnels : mieux prévoir et contrôler les effets du feu en matière d’intensité et de localisation ; réduire encore la vulnérabilité des hommes et du matériel. Le tout avec une réelle maîtrise des coûts.
En matière d’armes nouvelles, nous imaginons des solutions de rupture pour des projectiles guidés bas coût tirés par tube, ainsi que les poudres et explosifs qui leur sont nécessaires, rendant ces derniers plus sûrs pour les servants, maîtrisant leur vieillissement et substituant les composants actifs qui disparaissent du fait des réglementations européennes. Nous sommes également pionnier pour le canon électrique ou les sources laser de forte puissance.

© ISL Le nouveau lanceur à rail ou canon électromagnétique, unique en Europe, capable d’accélérer des projectiles à 3 000 m/s sans utiliser des poudres propulsives.

Sur le volet protection, la palette de nos travaux s’étend de la détection de menaces par voie optique, acoustique ou physico-chimique, jusqu’à la protection du combattant et des véhicules (matériaux nouveaux, protection acoustique et physiologique du combattant, etc.), en passant par une expertise approfondie sur les Engins Explosifs Improvisés.
Les nombreuses disciplines scientifiques nécessaires, rassemblées en un même lieu, bénéficiant de plateformes scientifiques d’exception, se renforcent l’une l’autre. Les travaux s’étendent de la recherche de base, très connectée à la recherche académique – nous avons 40 doctorants, aux démonstrateurs, pour certains quasi-opérationnels. Nos innovations sont ensuite reprises par l’industrie de défense.
Les générations qui ont fait les coopérations franco-allemandes en matière d’armement des années 1970 et 1980 disparaissent, emportant avec elles toute une culture de travail en commun. L’ISL est toujours là :
– il est français en France, allemand en Allemagne, franco-allemand à l’intérieur pour tirer le meilleur de nos deux cultures scientifiques et techniques ;
– à la fois à l’aise dans le panorama de la recherche civile et mobilisant nos partenaires académiques civils sur nos thématiques, et avec une finalité affirmée de défense ;
– avec son modèle éprouvé et efficace, car fondé sur un programme de recherches quasi-intégralement commun. Ainsi, lorsque la France met 1 euro sur un sujet de recherche à l’ISL, l’Allemagne aussi, et chacun des deux obtient 2 euros de production de recherche.
L’ISL peut catalyser des coopérations nouvelles. Il a d’ailleurs été chargé d’une étude technico-opérationnelle MGCS (Main Ground Combat System), visant à dessiner le système principal de combat terrestre futur, qui remplacerait à terme les chars Leclerc et Leopard 2.

* Après une longue expérience de coopération européenne, au sein de différents programmes d’armement et à Bruxelles à l’occasion de la création de l’Agence Européenne de Défense, Christian de Villemagne a dirigé un centre de la direction technique de la DGA. Il est actuellement Directeur français de l’ISL.Issu du Ministère de la Défense allemand où il a dirigé le secteur R&D du secteur de l’Armement, Thomas Czirwitzky est depuis 3 ans codirecteur allemand de l’ISL.