Les synergies économiques franco-kazakhstanaises : un potentiel d’approfondissement encore vaste

Paru dans La Lettre Diplomatique n°126 2ème trimestre 2019

447
© Alstom Témoignant du renforcement de ses activités en Asie centrale, le groupe français Alstom a débuté en juin 2019 la production de locomotives électriques de passagers Prima M4 KZ4AT dans son usine EKZ à Nur-Sultan.

Par M. Nicolas STUDER
Chef du Service économique pour l’Asie centrale à l’Ambassade de France au Kazakhstan

La France et le Kazakhstan sont liés depuis 2008 par un partenariat stratégique dense, dont la coopération économique constitue une composante essentielle.
Dès l’indépendance du Kazakhstan, les entreprises françaises ont fait le choix de s’y implanter massivement, faisant du Kazakhstan le premier partenaire de la France en Asie centrale. La France est le troisième investisseur étranger au Kazakhstan, avec plus de 13 milliards de dollars de stock d’investissements directs étrangers.
Le secteur de l’énergie demeure le principal bénéficiaire des investissements français en raison de la présence historique de grandes entreprises françaises actives dans le domaine de l’extraction d’hydrocarbures et d’uranium. Au-delà de ce secteur, la présence économique française s’est diversifiée au début des années 2010 avec l’arrivée de grands groupes dans de nombreux secteurs : industries ferroviaire, aéronautique, spatiale, automobile, agroalimentaire, matériaux de construction, énergies renouvelables et gaz industriels.
Les échanges économiques entre nos deux pays sont structurellement au bénéfice du Kazakhstan en raison de l’importation par la France de vastes quantités de pétrole. Cependant, la France figure à la huitième place des fournisseurs du Kazakhstan pour l’année 2018. Les exportations françaises vers le Kazakhstan se composent de produits informatiques, électroniques et optiques, de produits chimiques et pharmaceutiques, ainsi que de matériels de transports.
Cette relation économique bilatérale fructueuse est cependant très certainement encore en-deçà de son potentiel. C’est pourquoi le Président Emmanuel Macron et le Président Noursoultan Nazarbaïev ont convenu de travailler à son renforcement lors de leur rencontre à Bruxelles le 18 octobre 2018, notamment par la mise en œuvre de nouveaux projets dans des secteurs particulièrement porteurs au Kazakhstan :
– L’agriculture et l’agroalimentaire d’abord, domaines dans lesquels les entreprises françaises disposent d’un savoir-faire reconnu à l’échelon mondial.
– Le numérique ensuite : le Kazakhstan a décidé d’accélérer sa numérisation et de nombreux groupes français s’avèrent désireux de partager avec les entreprises et institutions kazakhstanaises leur expérience en la matière.
– Enfin, les énergies renouvelables constituent indubitablement un secteur d’avenir : nous sommes prêts à aider le Kazakhstan à faire évoluer son bouquet énergétique, ce qui contribuera à la lutte contre le dérèglement climatique.
Les entreprises françaises disposent de nombreux atouts à faire valoir : salariés bien formés, productivité élevée, esprit d’innovation, etc. La mise sur pied il y a de cela quelques années d’une Chambre de commerce et d’industrie France-Kazakhstan témoigne de l’intérêt intact que portent les acteurs privés français au Kazakhstan.
Enfin, il me paraît essentiel d’appeler les entreprises kazakhstanaises à investir en France. Le gouvernement français a fait de l’attractivité des investisseurs une priorité et les réformes menées actuellement ont pour but d’améliorer constamment l’environnement des affaires, afin qu’il devienne toujours plus favorable à l’innovation et à la créativité. Vivier de talents, économie majeure ouverte sur le monde et dotée d’infrastructures de classe mondiale, la France constitue sans aucun doute l’endroit où nos amis kazakhstanais pourront investir en toute confiance.