Les parlementaires, rouages insoupçonnés des relations franco-chinoises

Paru dans La Lettre Diplomatique n°127 3ème trimestre 2019

187

Par M. Claude RAYNAL
Sénateur de Haute-Garonne, Président du Groupe interparlementaire d’amitié France-Chine du Sénat

En France, le Sénat fait figure d’institution pionnière pour ce qui est des relations bilatérales franco-chinoises : dès 1955, avant même l’établissement officiel de relations diplomatiques entre la France et la République populaire de Chine, une mission du Conseil de la République, ancêtre du Sénat, se rend en Chine. En 1966, deux ans après la reconnaissance officielle par le général de Gaulle de la République Populaire de Chine, le Sénat, avant l’Assemblée nationale, envoie de nouveau une délégation en Chine. Surtout, en 1971, afin de formaliser et pérenniser leurs activités, 35 sénateurs décident de fonder un groupe d’amitié, dont le rôle est triple.
Il s’agit tout d’abord de développer l’expertise des sénateurs et de mieux leur faire connaître ce pays, son histoire et sa culture multimillénaires, ses problématiques politiques, économiques, démographiques et sociales… Nous organisons des rencontres avec des politiques, fonctionnaires, universitaires et chefs d’entreprise afin d’étoffer ces connaissances. Actuellement, nous suivons de près la mise en place de l’initiative chinoise des Nouvelles Routes de la Soie, à travers des entretiens avec des acteurs chinois et français impliqués dans ce projet.

© DR Lors de la visite d’État qu’il a accomplie en France, le Président chinois XI Jinping a été accueilli le 26 mars 2019 au Palais du Luxembourg par le Président du Sénat français Gérard Larcher et les membres du Groupe d’amitié France-Chine

L’effectif du Groupe d’amitié, qui regroupe, selon les années, de 60 à plus de 100 sénateurs, issus de tous les groupes politiques, de toutes les commissions et de toutes les régions de France, témoigne de l’intérêt de mes collègues, qui ont pris la mesure de l’importance stratégique de la Chine et de la coopération entre nos deux pays.
Le deuxième rôle du Groupe d’amitié est de développer les relations du Sénat avec l’Assemblée populaire nationale (APN) et la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC). En l’an 2000, le Sénat fut la première assemblée du monde à signer un accord de coopération avec l’APN. Depuis, régulièrement nous accueillons des délégations chinoises d’élus nationaux et locaux et nous rendons nous-mêmes en Chine. Depuis 2011, nous organisons également, chaque année, une « grande commission » avec l’APN. Ce séminaire législatif nous permet d’échanger sur nos législations respectives, de discuter des bonnes pratiques ou au contraire d’identifier les erreurs à ne pas reproduire.
Nous avons tenu notre dernière grande commission en juillet 2018 lors d’un déplacement en Chine de notre Groupe. Nous y avons notamment discuté de coopération économique et commerciale, de transition écologique et énergétique, de protection du patrimoine culturel et de coopération décentralisée. Ce dernier thème nous tient particulièrement à cœur à nous sénateurs, représentants des collectivités territoriales. Si la coopération entre collectivités françaises et chinoises est aujourd’hui très riche, avec 72 collectivités françaises impliquées dans 129 projets avec 63 collectivités chinoises partenaires, une rationalisation serait néanmoins possible, notamment afin d’assurer une meilleure cohérence entre les partenaires des régions, départements ou provinces et leurs grandes villes.
Enfin, le Groupe d’amitié sert d’intermédiaire entre acteurs français et chinois pour des projets divers de coopération décentralisée, d’investissement ou de partenariats commerciaux ainsi que pour des problématiques touchant les Français de l’étranger. Nous facilitons les contacts et permettons parfois de débloquer des situations délicates.
En tant que Président du Groupe d’amitié, je me félicite de la richesse des relations franco-chinoises et aspire à leur développement au cours des années à venir, qui ne seront pas sans défis pour nos deux pays. Notre partenariat est exigeant, car nous tenons à ce qu’il soit mutuellement bénéfique, notamment dans le domaine commercial. C’est ce qui fait sa force et le groupe d’amitié poursuivra ses actions dans cette voie.