Les évolutions de la coopération décentralisée franco-chinoise

Paru dans La Lettre Diplomatique n°127 3ème trimestre 2019

352

Par S.E.Mme Christine MORO
Ambassadeur, Déléguée pour l’action extérieure des collectivités territoriales, Secrétaire générale de la Commission nationale de la coopération décentralisée

En 1981, Montpellier est la première ville française à signer un accord de jumelage avec une autorité locale chinoise, la ville de Chengdu, dans le Sichuan. Depuis, la coopération décentralisée franco-chinoise s’est développée et ne cesse d’évoluer. D’actions de solidarité et de missions d’expertises à sens unique, les collectivités françaises recherchent aujourd’hui davantage d’équilibre et de réciprocité dans leur relation avec la Chine.
Si le jumelage est bien souvent la première étape, les collectivités ont su poursuivre leur coopération par des projets concrets, par des échanges dynamiques et le renforcement des liens d’amitié entre les territoires et les populations. Malgré les différences d’échelle de territoire, les collectivités françaises et chinoises font face aux mêmes défis : développement durable des villes, attractivité du territoire, gestion de la santé et de l’éducation, préservation et valorisation du patrimoine, offre de loisirs, gouvernance alimentaire durable… La coopération décentralisée œuvre ainsi pour la mise en commun de bonnes pratiques de gestion et de gouvernance.
Actuellement, l’Atlas français de la coopération décentralisée recense 60 collectivités territoriales françaises activement engagées en Chine, avec 49 autorités locales chinoises, et autour de 140 projets de coopération décentralisée. Trois thématiques dominent ces échanges : l’attractivité des territoires, la culture et le patrimoine, et l’éducation et la formation professionnelle.
L’État français reconnaît pleinement la place de la coopération décentralisée dans la politique française de coopération. L’action extérieure des collectivités joue un rôle unique et complémentaire du développement des relations d’État à État.

© Lecarpentier Lydie / Region Occitanie Près de 300 représentants français et chinois, venus notamment d’une soixantaine de collectivités des deux pays ont participé les 12 et 13 décembre 2018 aux 6ème Assises de la coopération décentralisée franco-chinoise.
Les Assises de la coopération décentralisée franco-chinoise

Initiées à l’issue des Années croisées de 2004-2005, les Assises de la coopération décentralisée franco-chinoise réunissent à chaque édition des collectivités territoriales françaises et des autorités locales chinoises en partenariat ou en recherche de partenariat, ainsi que certains acteurs locaux afin d’échanger sur des bonnes pratiques de politique et de gestion locales, et de partenariats bilatéraux. Les Assises sont co-organisées par Cités Unies France, la Délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales (DAECT) et par l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger (APCAE). Six rencontres ont déjà été organisées depuis la première à Wuhan en 2005, et ont accueilli plusieurs centaines d’élus français et chinois.
Les 6ème Assises de la coopération décentralisée franco-chinoise se sont tenues à Toulouse, accueillies par le Conseil régional d’Occitanie en décembre 2018. Près de 300 représentants français et chinois, venus notamment d’une soixantaine de collectivités françaises et chinoises, y ont participé pour échanger autour de trois thèmes : tourisme, alimentation et agriculture, ville durable. La prochaine édition devrait se tenir dans le Hebei, province partenaire du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Les perspectives d’approfondissement

Les opportunités sont nombreuses et les attentes des collectivités territoriales françaises assez fortes, notamment en matière de retombées économiques. Cependant, cela nécessite un investissement important en amont et, pour tout type de coopération, une bonne préparation pour appréhender la Chine et dépasser les idées reçues.
Les thèmes de prédilection de la coopération décentralisée évoluent, avec la montée en puissance de la coopération économique et la nécessité, reconnue dans les deux pays, de mettre en œuvre les Objectifs du développement durable (ODD) à l’échelle des territoires.
L’Année franco-chinoise du tourisme culturel en 2021 permettra également de valoriser les atouts et savoir-faire touristiques des collectivités territoriales françaises.