La protection du multiculturalisme, clef de voute de la diplomatie kazakhstanaise

Paru dans La Lettre Diplomatique n°126 2ème trimestre 2019

296

Par S.E.M. Jean GALIEV
Ambassadeur du Kazakhstan en France, Délégué permanent auprès l’UNESCO

En dehors de mes responsabilités d’Ambassadeur du Kazakhstan en France, j’ai également l’honneur de représenter les intérêts de notre État auprès d’un certain nombre d’organisations internationales importantes, dont les sièges se trouvent
dans l’Hexagone.
L’UNESCO y occupe une place particulière. C’est une institution d’ampleur mondiale qui, depuis près de trois quarts de siècle, joue un rôle crucial dans le maintien et la promotion du patrimoine intellectuel et du potentiel de l’humanité en coordonnant la coopération des pays et des peuples dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la culture, de l’information et des communications.
Pour nous, au Kazakhstan, il est évident que le progrès de toute société dans ces domaines est impossible sans un respect de notre patrimoine vivant et sans un travail inlassable en faveur de sa préservation pour nous-mêmes et les générations futures.
C’est pourquoi, depuis notre adhésion le 22 mai 1992, notre pays s’affirme comme un membre actif de l’UNESCO et continue d’apporter sa contribution substantielle aux travaux de l’Organisation aux niveaux national, régional et mondial.
Nous pouvons être fiers de la haute reconnaissance par l’UNESCO des sites et des traditions uniques du Kazakhstan, des réalisations intellectuelles et créatives de nos illustres compatriotes qui font partie intégrante du trésor commun de l’humanité.
Aujourd’hui, le Kazakhstan est partie à 15 conventions internationales sous les auspices de l’Organisation. La Commission nationale pour l’UNESCO et l’ISESCO est très active, ses neuf sous-comités contribuent à la promotion de notre coopération avec l’Organisation du système onusien dans des domaines spécialisés. Dans le pays, on compte 5 chaires, 31 écoles associées et 50 clubs UNESCO.
Depuis 1994, un Bureau multi-pays de l’UNESCO est installé à Almaty. Celui-ci jouit d’un statut régional qui lui vaut d’être en charge du développement des relations avec quatre États d’Asie centrale.

© Ambassade du Kazakhstan S.E.M. Jean Galiev, Ambassadeur du Kazakhstan en France, Délégué permanent auprès de l’UNESCO, remettant le 26 avril 2018 ses lettres de créance à Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO.

Nous nous félicitions de cette coopération de qualité avec l’Organisation en matière de protection des monuments du patrimoine historique, culturel et naturel de notre pays, dont cinq figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Parmi eux figurent le mausolée médiéval de Khoja Ahmed Yassawi au Turkestan, les pétroglyphes de l’âge du bronze dans la gorge de Tamgaly, les villes de la Route de la Soie, les steppes et les lacs du nord du Kazakhstan et les gorges des montagnes du Tien Shan occidental. Le Réseau mondial des réserves de biosphère de l’UNESCO comprend désormais 10 autres zones protégées appartenant à la nature kazakhe réparties dans tout le pays.
Le Kazakhstan fait partie du top 10 mondial en termes de représentation de ses traditions, rituels et artisanats inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.
Le Registre du patrimoine documentaire de l’UNESCO contient des manuscrits du poète et penseur médiéval Khoja Ahmed Yassawi et de ses disciples, ainsi que des documents d’archives témoignant de la tragédie de l’assèchement de la mer d’Aral et de la lutte du mouvement anti-nucléaire « Nevada-Semey ».
Les efforts visant à promouvoir notre coopération avec l’UNESCO sont très proches des objectifs définis par le Premier Président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, dans sa stratégie «Modernisation de la conscience populaire» et dans son article publié en novembre 2018 « Les sept facettes de la Grande Steppe ».
Les responsables politiques et tous les Kazakhstanais sont fermement attachés à l’expansion et au renforcement de la coopération mutuellement bénéfique entre le Kazakhstan et l’UNESCO.