« Culture et jeunesse doivent aujourd’hui faire entendre leurs voix »

Paru dans La Lettre Diplomatique n°124 4ème trimestre 2019

40

Par M. Florian DRÜCKE
Co-Président du Haut-Conseil culturel franco-allemand (HCCFA)

Fondé en 1988 par François Mitterrand et Helmut Kohl en tant qu’organisme de conseil bilatéral au service des gouvernements, le Haut Conseil culturel franco-allemand (HCCFA), qui a célébré en 2018 son trentième anniversaire, se considère plus que jamais comme conseiller des gouvernements respectifs dans l’obligation de s’impliquer dans les politiques culturelles franco-allemande et européenne.
À une époque où les valeurs européennes sont fondamentalement remises en question en de nombreux endroits et où les artistes et le monde culturel, compte tenu de l’essor du numérique dans les secteurs de la création, sont confrontés à des questions essentielles, le HCCFA se fait leur porte-parole dans le contexte franco-allemand, sur des sujets allant de la censure au rôle de la culture en matière d’intégration, en passant par le rôle des plateformes en ligne et d’autres questions relatives au droit d’auteur.
Le HCCFA prend régulièrement position sur des sujets d’actualité, sociétaux et culturels. À l’heure actuelle, il lui parait notamment primordial que, dans nos deux pays, les jeunes générations soient impliquées dans les débats sur la culture. C’est pour cela que le HCCFA a organisé, à l’occasion de son trentième anniversaire, un Conseil culturel franco-allemand des jeunes le 5 et 6 novembre 2018 à Strasbourg.
Ainsi, ses membres ont invité cinquante jeunes, Français et Allemands, âgés de trente ans maximum, à développer avec eux une vision d’avenir pour la coopération franco-allemande dans les domaines culturel et artistique.
Les membres du Haut Conseil tiennent à saluer la richesse des témoignages, inspirés et inspirants, que leur ont présentés les participantes et participants sélectionnés. Qu’ils soient artistes, étudiants ou jeunes professionnels, leur engagement dans un ou plusieurs secteurs culturels (musique, cinéma, médias, arts de la scène, patrimoine et musées, livre et édition) a permis à ce dialogue d’être à la fois intergénérationnel et interdisciplinaire.
C’est en un lieu emblématique, le Parlement européen de Strasbourg, que le HCCFA a choisi d’organiser cet évènement inédit, rappelant ainsi que la coopération franco-allemande prenait tout son sens dans la dynamique européenne.
Un cadre symbolique renforcé par l’année 2018, elle-même désignée « Année européenne du patrimoine culturel » et marquée à la fois par les commémorations de la fin de la Première guerre mondiale et la refonte du traité d’amitié franco-allemand, dit traité de l’Élysée.
L’actualité étant, en outre, marquée par la recrudescence du nationalisme en Europe, le Haut Conseil estime que culture et jeunesse peuvent et doivent aujourd’hui faire entendre leurs voix.
Ainsi, et après avoir souligné la double-spécificité du milieu des arts vivants, qui, d’une part, permettent une véritable rencontre physique entre les spectateurs et les artistes grâce au caractère unique et éphémère de chaque représentation (une précieuse opportunité pour nos sociétés, face à l’essor du numérique) et qui, de l’autre, visent une forme de « rentabilité sociale » (par opposition à la simple rentabilité financière) qui leur confère tout leur sens, les participantes et participants du Conseil culturel franco-allemand des jeunes ont formulé des recommandations et visions concernant le futur de la coopération franco-allemande dans le domaine culturel. Conformément à la mission de conseil qui lui a été confiée il y a trente ans, le HCCFA s’engage à les relayer auprès des gouvernements français et allemand.
Les membres du Haut Conseil culturel franco-allemand saluent également l’initiative commune de l’Assemblée nationale et du Bundestag visant à remanier 55 ans après sa signature le traité de l’Élysée, socle de l’amitié franco-allemande. Ils ont soumis à cet égard quelques suggestions pour son chapitre sur la culture.
En réaffirmant ainsi l’amitié franco-allemande, nos deux gouvernements démontrent qu’elle est aussi importante et pertinente qu’en 1963. L’occasion se présente ici d’adapter ce traité fondateur à notre époque et notamment aux défis auxquels l’Europe fait actuellement face. Le HCCFA souhaite souligner sa disposition à parcourir ce long chemin qui est celui de la vocation européenne, ensemble et uni en tant que Franco-Allemands.