Vendredi 19 Juillet 2019  
 

N°124 - Quatrième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Entretien exclusif
Coopération
  À la « vitesse turbo » vers l’Assemblée parlementaire franco-allemande
 
  Franchir un nouveau cap
 
  « Nous avons réussi à faire du couple franco- allemand le cœur d’une Europe unie »
 
  « Apporter une réelle valeur ajoutée aux citoyens et rapprocher nos sociétés »
 
  Un engagement en faveur d’une relance du partenariat franco-allemand
 
  Profiter du nouvel élan pour faire avancer l’intégration des régions frontalières franco-allemandes
 
  « L’Europe s’invente ici, dans nos régions frontalières »
 
  « L’Europe ne se décrète pas, elle se réalise par des réalités tangibles, quotidiennes et inclusives »
 
  Des territoires acteurs des échanges de part et d’autre du Rhin
 
  À Francfort, le Consulat incarne la France au cœur de l’Allemagne
 
  Une présence allemande très active en Auvergne-Rhône-Alpes
 
  Le franco-allemand : terrain permanent d’innovations
 
  Le couple franco-allemand : un moteur toujours indispensable dans une Europe en crise
 
  Assumons l’anachronisme !
 
  Allemagne Diplomatie : votre fil info en langue française
 
Diplomatie & Défense
Innovation
Culture
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Coopération
 

« Apporter une réelle valeur ajoutée aux citoyens et rapprocher nos sociétés »

Par M. Andreas JUNG,
Député du Bade-Württemberg, Président du Groupe d’amitié Allemagne-France du Bundestag allemand

En 1963, l’Allemagne et la France ont scellé leur amitié à travers un accord intergouvernemental. 56 ans après, le traité d’amitié franco-allemand de Konrad Adenauer et Charles de Gaulle, à savoir le traité de l’Élysée, est renouvelé et adapté aux défis de notre temps.
Il est aujourd’hui important de donner la réponse parlementaire au traité de l’Élysée. Par conséquent, non seulement un nouvel accord intergouvernemental sera signé le 22 janvier 2019, mais également un accord parlementaire franco-allemand entre le Bundestag et à l’Assemblée nationale. 
Un tel accord, qui vise à institutionnaliser les relations amicales au niveau parlementaire, est unique non seulement dans l’histoire de nos deux pays, mais également au-delà. Il prévoit la création d’une assemblée parlementaire franco-allemande. Au moins deux fois par an, 50 députés allemands et 50 députés français formuleront collectivement des avis et donneront une impulsion à la mise en œuvre du nouveau traité de l’Élysée et aux projets qu’il formulera, aux conseils ministériels franco-allemands et aux initiatives européennes. Tous les quatre ans, le Bundestag et l’Assemblée nationale se réuniront en séance plénière afin de définir les priorités de la coopération. En outre, les commissions devraient coopérer encore plus étroitement qu’avant. La coopération peut en particulier porter sur la politique étrangère, de défense et de sécurité.
Ce suivi et ce contrôle parlementaires de l’activité gouvernementale sont nécessaires, car le partenariat franco-allemand est plus qu’un contrat gouvernemental ! Il est porté par le peuple et ses représentants respectifs dans nos deux pays pourront désormais, ensemble, lui donner une voix forte dans la définition concrète de la coopération. 
Parce que c’est bien de cela dont il est question : un tel accord doit apporter une réelle valeur ajoutée aux citoyens et rapprocher nos sociétés. Cet accord consiste à ce que le suivi des parlements s’assure du fait que le nouveau traité de l’Élysée ne s’arrête pas à de belles paroles, mais que des améliorations concrètes soient apportées à la vie quotidienne des citoyens. Cela vaut en particulier pour la coopération transfrontalière. Des projets transfrontaliers tels que le traitement commun des déchets ou la création de crèches franco-allemandes ne peuvent pas ne pas se concrétiser à cause d’obstacles légaux. Dans le cadre de l’accord parlementaire, le Bundestag et l’Assemblée nationale se déclarent favorables à la possibilité de faire des dérogations au niveau du droit national dans l’optique de permettre à ce genre de projet d’exister. Et c’est seulement de cette manière que nous pourrons faire progresser la région frontalière franco-allemande, et c’est de cette manière que la France et l’Allemagne se rapprocheront davantage.  

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales