Jeudi 19 Septembre 2019  
 

N°124 - Quatrième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Entretien exclusif
Coopération
  À la « vitesse turbo » vers l’Assemblée parlementaire franco-allemande
 
  Franchir un nouveau cap
 
  « Nous avons réussi à faire du couple franco- allemand le cœur d’une Europe unie »
 
  « Apporter une réelle valeur ajoutée aux citoyens et rapprocher nos sociétés »
 
  Un engagement en faveur d’une relance du partenariat franco-allemand
 
  Profiter du nouvel élan pour faire avancer l’intégration des régions frontalières franco-allemandes
 
  « L’Europe s’invente ici, dans nos régions frontalières »
 
  « L’Europe ne se décrète pas, elle se réalise par des réalités tangibles, quotidiennes et inclusives »
 
  Des territoires acteurs des échanges de part et d’autre du Rhin
 
  À Francfort, le Consulat incarne la France au cœur de l’Allemagne
 
  Une présence allemande très active en Auvergne-Rhône-Alpes
 
  Le franco-allemand : terrain permanent d’innovations
 
  Le couple franco-allemand : un moteur toujours indispensable dans une Europe en crise
 
  Assumons l’anachronisme !
 
  Allemagne Diplomatie : votre fil info en langue française
 
Diplomatie & Défense
Innovation
Culture
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Coopération
 

« Nous avons réussi à faire du couple franco- allemand le cœur d’une Europe unie »

Par M. Christophe AREND,
Député de la Moselle, Président du Groupe d’amitié France-Allemagne de l’Assemblée nationale française

À la veille d’élections importantes, l’Europe n’est pas sereine. Elle est confrontée à un monde en perte de valeurs. La menace sécuritaire, l’urgence climatique, les bouleversements numériques, la révolution liée à l’innovation de rupture, la transformation agricole, les défis migratoires… Or, elle n’a pas été conçue pour affronter cela. Voilà tout l’enjeu du XXIème siècle sur notre continent.
À 28, bientôt 27, les espoirs de relever ces défis sont minces, tant le consensus est difficile à trouver entre des pays tiraillés entre les géants russes et américains, et la poussée des populistes soulevée par le Brexit. Mais, en s’appuyant sur le couple franco-allemand, nos chances d’y parvenir sont démultipliées. Dans les pires crises, l’Allemagne et la France ont su s’accorder pour redonner du souffle à l’Europe. Nous avons réussi à faire du couple franco-allemand le cœur d’une Europe unie à laquelle se sont joints nos partenaires. 
Aujourd’hui, nous devons avoir le courage d’ouvrir une nouvelle page de notre Histoire. Nous devons nous unir non pas uniquement par fatalisme, mais parce que nous avons un projet commun guidé par un réel sentiment européen. C’est en faveur de la construction d’une souveraineté moderne, sociale et démocratique que le couple franco-allemand doit agir. Si nos cultures sont différentes, les citoyens allemands et français demandent pourtant tous la même chose : plus de justice sociale, d’équité, la préservation de la planète ou encore davantage de démocratie.
Nous, députés français et allemands, avons entendu cet appel citoyen et avons agi rapidement. Après un an de travail et d’auditions des acteurs franco-allemands, nous avons abouti à un projet d’accord parlementaire instituant la première Assemblée parlementaire franco-allemande de l’Histoire, composée de 50 députés français et de 50 députés allemands. Ce nouvel espace d’échanges a pour objectif de veiller à l’application des traités de l’Élysée (1963, 2019), suivre les décisions des Conseils des ministres franco-allemands et leurs applications, suivre les activités du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité, assurer le suivi des affaires internationales et européennes, formuler des propositions sur toute question intéressant les relations franco-allemandes en vue de tendre vers une convergence des droits français et allemand. À travers cette initiative, nous remettons la société civile au cœur de la diplomatie franco-allemande. Nous souhaitons montrer concrètement les bienfaits de cette amitié à tous les Européens. 
Le Président français a démontré à plusieurs reprises son souhait d’aller plus loin dans l’approfondissement de ces relations. L’élection d’Annegret Kramp-Karrenbauer, ancienne Ministre-Président de la Sarre, région frontalière où le bilinguisme fait figure de priorité, à la tête de la CDU, encore majoritaire dans le pays, vient conforter la possibilité de constituer d’audacieux desseins européens. Je suis convaincu que, désormais, nous pouvons sérieusement envisager des stratégies communes dans de très nombreux domaines, certains plus rapidement que d’autres (la création d’une armée européenne, une gestion des frontières commune, la concrétisation de notre souhait à devenir le continent de l’innovation ou encore la juste régulation de l’espace numérique).
Le 22 janvier 2019, les parlementaires acteront l’Assemblée franco-allemande. Dans la foulée les gouvernements présenteront le nouveau Traité d’amitié franco-allemand, porteur d’espoirs pour de nombreux acteurs de nos deux pays. Après l’initiative parlementaire et gouvernementale, ce sera aux citoyens d’agir. Mes espérances reposeront donc sur le suffrage du 26 mai prochain lorsque se dérouleront dans un format inédit les élections européennes. Chers lecteurs et lectrices, pour tout ce que nous avons réalisé jusqu’à présent ensemble, pour l’avenir de nos enfants, je vous invite en mai 2019 à vous mobiliser pour notre Europe.  

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales