Mardi 21 Mai 2019  
 

N°123 - Troisième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Côte d'Ivoire
  Côte d’Ivoire-France : vers une nouvelle ère de prospérité
 
  Une dimension parlementaire majeure dans la concertation franco-ivoirienne
 
  La dynamique s’amplifie dans les relations entre la France et la Côte d’Ivoire
 
  Le secteur agricole ivoirien : « une des destinations les plus prisées des investisseurs privés »
 
  La Côte d’Ivoire, terre d’investissements
 
  « Un soutien fort appréciable de l’UE à la politique de développement de la Côte d’Ivoire »
 
  Une diplomatie ivoirienne engagée en faveur de l’intégration régionale
 
  « La Côte d’Ivoire a de réels atouts pour rejoindre le groupe des pays à revenu intermédiaire »
 
  Transports, agro-alimentaire, NTIC : un marché ivoirien en plein essor
 
  « Les perspectives sont nombreuses pour les entreprises françaises »
 
  Une économie ivoirienne portée par un réseau dynamique de PME
 
  L’UNESCO demeure un partenaire de référence de la Côte d’Ivoire
 
  Une coopération étroite entre la Côte d’Ivoire et l’OIF
 
  Au-delà du français en partage, une présence très concrète de la Francophonie
 
Suède
Coopération Internationale
Politique Étrangère
Europe
Défense & Sécurité
Société
Enjeux Économiques
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Côte d'Ivoire
 

La dynamique s’amplifie dans les relations entre la France et la Côte d’Ivoire

Par Mme Marie LEBEC,
Députée des Yvelines, Présidente du Groupe d’amitié France-Côte d’Ivoire à l’Assemblée nationale

La Côte d’Ivoire est un pays leader de l’Afrique de l’Ouest avec qui la France souhaite relever les défis du développement au XXIème. Dès novembre 2017, les Présidents Emmanuel Macron et Allassane Ouattara ont impulsé, à Abidjan, un partenariat bilatéral extrêmement ambitieux. 
L’objectif est d’accompagner un développement durable de la Côte d’Ivoire, d’encourager l’entrepreneuriat et d’offrir un cadre d’échanges moderne entre nos jeunesses et sociétés civiles respectives. Nous sommes convaincus qu’une grande partie de notre avenir d’Européens se joue sur le continent africain du point de vue économique, social et culturel.
Depuis un an, les opérateurs et services de nos deux pays se mobilisent pour la réussite de cette dynamique. Du côté français, nous suivons particulièrement les nombreuses actions de l’Agence française de Développement (AFD), BpiFrance et Business France qui ont significativement renforcé leurs initiatives en Côte d’Ivoire avec : le financement de projets locaux, l’aide à l’implantation économique dans le pays et l’envoi de jeunes français Volontaires internationaux en entreprise (VIE).
Par ailleurs, la France a apporté un concours financier très significatif dans certains projets structurants pour le développement ivoirien. Je pense notamment à la construction du métro d’Abidjan qui aura un impact majeur pour la vie des 5 millions d’habitants et qui sera un modèle pour ses homologues africaines et renforcera l’attractivité de la mégapole. Par ailleurs, une convention a été signée entre nos gouvernements pour permettre le financement de nouveaux investissements dans les territoires ruraux en Côte d’Ivoire.
Au-delà de ces actions, je peux témoigner d’une vraie dynamique entre nos sociétés civiles, notamment chez les entrepreneurs. En plus des secteurs économiques traditionnels, l’écosystème numérique est en plein essor à Abidjan avec la présence d’une French Tech locale très active. Une délégation d’entrepreneurs ivoiriens était justement présente, pour la première fois, sur le salon Vivatech à Paris et des partenariats importants se nouent de part et d’autre. 
Le grand projet Dor2Dor de la Poste ivoirienne verra ainsi la participation importante de l’entreprise française Qwant dans le traitement sécurisé des données. Actuellement, Abidjan est la ville d’Afrique où il faut investir. De grands groupes renforcent leurs investissements, comme Orange, et des personnalités de la Tech, très actives, participent à renforcer les liens entre les écosystèmes français et ivoiriens. Je pense par exemple à Fatoumata Bâ, ancienne du groupe nigérian de commerce électronique Jumia, qui a lancé Janngo, une grande plateforme digitale d’entrepreneuriat social africain. 
Je note aussi une forte volonté de la communauté des entrepreneurs français d’intégrer les principes de responsabilité sociale des entreprises dans leurs activités en Côte d’Ivoire. C’était une exigence majeure exprimée par le Président de la République à Abidjan pour inscrire le nouveau partenariat dans le cadre d’un développement inclusif. 
Cette dynamique positive doit désormais s’inscrire dans la durée pour être pleinement efficace. Aussi, en tant que parlementaires, nous portons une attention toute particulière aux échéances électorales en Côte d’Ivoire et aux gestes politiques qui doivent confirmer la solidité de la concorde nationale et la vitalité démocratique du pays. Je suis par nature confiante et optimiste. Les débats politiques sont riches, c’est normal, et l’ensemble des responsables politiques me semblent conscients des enjeux pour le pays. Avec mes collègues, nous continuerons à échanger avec nos homologues et accompagner ce partenariat essentiel qui marque notre nouvelle relation à l’Afrique.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales