Mardi 16 Juillet 2019  
 

N°123 - Troisième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Côte d'Ivoire
  Côte d’Ivoire-France : vers une nouvelle ère de prospérité
 
  Une dimension parlementaire majeure dans la concertation franco-ivoirienne
 
  La dynamique s’amplifie dans les relations entre la France et la Côte d’Ivoire
 
  Le secteur agricole ivoirien : « une des destinations les plus prisées des investisseurs privés »
 
  La Côte d’Ivoire, terre d’investissements
 
  « Un soutien fort appréciable de l’UE à la politique de développement de la Côte d’Ivoire »
 
  Une diplomatie ivoirienne engagée en faveur de l’intégration régionale
 
  « La Côte d’Ivoire a de réels atouts pour rejoindre le groupe des pays à revenu intermédiaire »
 
  Transports, agro-alimentaire, NTIC : un marché ivoirien en plein essor
 
  « Les perspectives sont nombreuses pour les entreprises françaises »
 
  Une économie ivoirienne portée par un réseau dynamique de PME
 
  L’UNESCO demeure un partenaire de référence de la Côte d’Ivoire
 
  Une coopération étroite entre la Côte d’Ivoire et l’OIF
 
  Au-delà du français en partage, une présence très concrète de la Francophonie
 
Suède
Coopération Internationale
Politique Étrangère
Europe
Défense & Sécurité
Société
Enjeux Économiques
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Côte d'Ivoire
 

Côte d’Ivoire-France : vers une nouvelle ère de prospérité

Par S.E.M. Charles GOMIS,
Ambassadeur de Côte d’Ivoire en France

Résolument tournée vers l’avenir, la Côte d’Ivoire s’est engagée à être un État émergent à l’horizon 2020. Considérée comme un modèle de développement africain depuis son accession à l’indépendance en 1960, elle a pour ambition de renforcer sa position sur le continent et dans le monde. Afin d’atteindre cet objectif, elle compte sur le soutien indéfectible de ses partenaires dont notamment son allié historique et de raison, la France. Les liens qui unissent nos deux pays sont sans cesse renforcés et consolidés au plan politique, sécuritaire, économique, culturel et social.
Au niveau national, le début de l’année 2017 a été marqué par la mise en œuvre des réformes institutionnelles prévues dans la Constitution de la 3ème République, adoptées par referendum à plus de 93% le 30 octobre 2016. 
L’élection de la Côte d’Ivoire avec l’appui de la France en qualité de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pour la période 2018-2019 signe son retour définitif sur la scène internationale. Ce qui se confirme également par l’accueil et l’organisation en terre ivoirienne de nombreux évènements, parmi lesquels : 
- les 8ème Jeux de la Francophonie du 21 au 30 juillet 2017 ;
- le 5ème Sommet Union africaine-Union européenne les 29 et 30 novembre 2017, pour la première fois en Afrique subsaharienne. Cette rencontre a vu la participation de près de 60 chefs d’État et de gouvernement. 
En outre, le Président Alassane Ouattara a été le premier chef d’État africain reçu à l’Élysée après l’investiture du Président Emmanuel Macron. Depuis cette date, les deux présidents se sont rencontrés à plusieurs reprises dans le cadre bilatéral et multilatéral. 
L’excellence de ces rapports au plus haut niveau rassure les hommes d’affaires français dans leur enthousiasme à maintenir, établir et développer les relations économiques et commerciales en Côte d’Ivoire et avec leurs homologues ivoiriens. À titre illustratif, le Président du Mouvement des Entreprises de France (MEDEF), accompagné de 140 chefs d’entreprise, a effectué en 2017 une mission d’investigation de nouvelles niches d’affaires en Côte d’Ivoire, premier marché français dans la zone-Franc. Ce déplacement a également permis au MEDEF de consolider les marchés antérieurs et renforcer la position des 600 entreprises françaises en Côte d’Ivoire.
Par ailleurs, en marge du Sommet UE-UA de novembre 2017 à Abidjan, le Président français a posé la première pierre des travaux de construction de la Ligne 1 du Métro d’Abidjan ; la France ayant entièrement assuré le financement de la  réalisation du projet (1,4 milliard d’euros). À ce jour, l’un des plus importants, sinon le plus important projet d’infrastructure jamais financé par la France en Côte d’Ivoire. 
L’un des axes majeurs des Programmes nationaux d’investissement agricole (PNIA) 1 et 2 est la transformation locale de nos principales matières premières agricoles, notamment le cacao et l’anacarde. Ceci traduit l’avancée de notre pays vers son industrialisation progressive avec des produits à plus forte valeur ajoutée, la création de milliers d’emplois et de meilleurs prix aux producteurs. Afin de financer ce programme, les autorités ivoiriennes comptent sur les partenaires privés étrangers et notamment français, dont l’investissement atteindra 60%. 
Au plan sécuritaire, faisant suite aux attentats qui ont touché la Côte d’Ivoire en mars 2016, la Côte d’Ivoire a bénéficié de l’appui de la France pour :
- La construction d’une école internationale de lutte contre le terrorisme, qui sera basée dans notre pays.
- La formation de militaires ivoiriens conformément aux standards internationaux afin qu’ils puissent prendre part à des missions de maintien de la paix dans le cadre de l’ONU.
- La mise en place de la Loi de programmation militaire ivoirienne 2016-2020. À cet égard, l’État français s’est engagé à accompagner les autorités ivoiriennes sur les points de la formation des agents de sécurité, le renouvellement des outils de défense et de sécurité, la sécurisation des armureries et la rénovation des casernes. 
- Acquérir des patrouilleurs maritimes dans le cadre de la lutte contre la piraterie maritime.
Au plan social, dans le cadre des programmes C2D (Contrat de Désendettement et de Développement), une coopération existe entre la France et la Côte d’Ivoire pour accompagner :
- l’autonomisation socio-économique de la femme ;
- la formation des jeunes à travers l’accès à l’emploi, l’entreprenariat et le programme d’apprentissage ;
- le développement des infrastructures de base par la construction de classes afin d’améliorer l’accès à l’enseignement et une meilleure employabilité de la jeunesse scolarisée, d’hôpitaux pour faciliter l’accès aux soins et de routes pour rapprocher les populations et favoriser les échanges commerciaux.
Toujours au plan social et afin d’améliorer les conditions de transport des ivoiriens, la France et la Côte d’Ivoire coopèrent sur les projets dont notamment la livraison de 2 000 autobus à la Société des transports abidjanais (SOTRA) par la société IVECO Bus France sur la période 2017-2020, durant laquelle 500 bus seront fournis chaque année.
À la lueur de tout ce qui précède, la France et la Côte d’Ivoire entretiennent d’excellentes relations de coopération bilatérales. Ces relations se consolident davantage ouvrant une nouvelle ère de prospérité. 

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales