$tabnombandeau  
  Mardi 11 Décembre 2018  
 

Deuxième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Émirats Arabes Unis
Azerbaïdjan
  Expo 2025 Bakou Azerbaïdjan : prochain chapitre de l’histoire de l’Azerbaïdjan
 
  « L’Azerbaïdjan a tant à offrir, de sa tradition d’hospitalité à ses merveilles historiques et naturelles »
 
  L’Exposition universelle 2025 : la viabilité de la candidature de Bakou définitivement validée
 
  Les nouveaux horizons du partenariat entre l’Azerbaïdjan et l’UNESCO
 
  « L’UNESCO a accompagné fidèlement le Processus de Bakou dès ses débuts »
 
  Un engagement pour la paix et la sécurité internationales
 
  Azerbaïdjan-Conseil de l’Europe : une coopération sur la base de valeurs mutuelles
 
  L’Azerbaïdjan et les Objectifs du développement durable : une vision de l’avenir
 
  Plus de 50 ans de coopération avec l’Afrique
 
  L’Azerbaïdjan, plaque tournante pour la promotion du dialogue interreligieux et interculturel
 
  Offrir un espace de dialogue et d’échanges
 
  La coopération interparlementaire vecteur du resserrement des liens entre l’Azerbaïdjan et la France
 
  Des liens franco-azerbaïdjanais en développement
 
  Colmar-Shéki : une coopération en plein essor
 
  L’UFAZ, un outil au service de nouvelles générations d’ingénieurs et de techniciens de niveau international
 
  AZPROMO, moteur du renforcement de la compétitivité de l’Azerbaïdjan
 
  « L’Azerbaïdjan demeure une région attractive pour les investissements »
 
  Bakou : un hub des affaires internationales en émergence
 
  CCIAF : vecteur clé des échanges économiques franco-azerbaïdjanais
 
  Le tourisme futur moteur de la diversification économique de l’Azerbaïdjan
 
  Des services publics innovants et modernes favorisant la coopération internationale
 
Fédération Internationale d’Astronautique (IAF)
Prospective
Politique étrangère
Organisations Internationales
Francophonie
Coopération Humanitaire
Enjeux économiques
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Azerbaïdjan
 

L’Azerbaïdjan et les Objectifs du développement durable : une vision de l’avenir

Par M. Fariz ISMAILZADE,
Vice-recteur de l’Université ADA

Il y a seulement deux décennies, mon pays, l’Azerbaïdjan, luttait contre la pauvreté, le chômage et le nombre croissant de déplacés internes des territoires occupés du Haut-Karabakh et des régions environnantes. L’avenir de la nation était menacé. La guerre civile et l’effondrement économique avaient aggravé la situation.
Aujourd’hui, l’Azerbaïdjan est fièrement présenté comme l’une des « success stories » de la famille des Nations unies en terme de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). La pauvreté a été réduite de 56% à 5%. Le chômage atteint seulement 5%. Le boom économique du pays a permis à des millions de jeunes de trouver un emploi dans divers secteurs de l’économie. L’Azerbaïdjan s’est révélé être la locomotive de la croissance régionale dans les domaines du commerce, des transports et de l’énergie.
Cependant, ce n’est pas la fin de l’histoire. La nouvelle feuille de route économique du gouvernement définit les domaines clés pour les futurs moteurs de l’économie locale. Parmi eux figurent les technologies de l’information et des communications (TIC), le tourisme, la logistique, l’agro-alimentaire et l’industrie. Le développement de ces secteurs nécessitera des jeunes vivants dans leur temps, qualifiés, créatifs et innovants.
La pression sur la transformation de l’éducation pour répondre à ces besoins augmente de jour en jour. Le capital humain est le principal besoin de la nation. Mettre l’accent sur une éducation de qualité ; développer des universités et un système d’enseignement secondaire de niveau mondial ; investir dans les technopoles, les centres d’innovation, les réseaux de start-ups ; encourager les jeunes esprits à créer, penser et analyser – c’est par là que passe le futur du progrès.
L’Exposition universelle 2025 représente le temps fort dont rêve l’Azerbaïdjan pour mettre l’accent sur ces objectifs. La nation regarde vers l’avenir, qui semble brillant et positif. Nous aspirons à valoriser les jeunes et à transformer l’Azerbaïdjan en un hub technologique et éducatif de la grande région du Caucase et de l’Asie centrale. Mon pays est doté d’une position géographique avantageuse qui lie l’Orient à l’Occident, le Nord et le Sud. Mais ce lien ne peut pas prospérer sans les ressources humaines ainsi que les liens éducatifs et les investissements dans l’innovation.
L’éducation nous aide non seulement à combattre la pauvreté et l’injustice sociale, mais aussi l’extrémisme et le radicalisme. Les jeunes instruits sont plus optimistes et tournés vers les opportunités et l’autonomisation. Les femmes instruites ont plus de ressources pour participer à la vie économique du pays. À cet égard, l’Azerbaïdjan, riche de l’histoire centenaire de sa première république dans le monde musulman et de l’octroi des droits politiques aux femmes dès 1918, peut être un modèle exemplaire pour d’autres pays de la région.
Bakou attend avec impatience l’Exposition universelle 2025. Avec les grands événements passés, comme l’Eurovision, les Jeux européens et les Jeux de la Solidarité islamique, Bakou a déjà prouvé qu’il pouvait être le centre des grands événements internationaux. Cette fois-ci, c’est l’impact social de l’Exposition universelle que le pays cherche avant tout.
Enfin, ce n’est pas un hasard si le thème que nous avons choisi, « Développer le capital humain, construire un meilleur avenir » et ses trois sous-thèmes « Talent : avenir de l’éducation », « Vitalité : Avenir de la Santé » et « Réussite : Avenir du Travail », font écho aux Objectifs du développement durable (ODD) des Nations unies. Ces sous-thèmes sont directement connectés aux 6 des 17 ODD définis par l’ONU. De part notre propre expérience, nous ne connaissons que mieux les problématiques des pays en développement. Nous espérons ainsi profiter de l’opportunité que va créer l’Exposition universelle 2025 pour mobiliser les pays développés en vue de surmonter les préoccupations des pays en développement à travers les ODD et d’investir dans la jeunesse qui constitue une part importante de leur population. Il ne fait aucun doute que son impact sur la jeunesse, son éducation, sa santé et son employabilité, sera immense.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales