$tabnombandeau  
  Mardi 11 Décembre 2018  
 

Deuxième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Émirats Arabes Unis
Azerbaïdjan
  Expo 2025 Bakou Azerbaïdjan : prochain chapitre de l’histoire de l’Azerbaïdjan
 
  « L’Azerbaïdjan a tant à offrir, de sa tradition d’hospitalité à ses merveilles historiques et naturelles »
 
  L’Exposition universelle 2025 : la viabilité de la candidature de Bakou définitivement validée
 
  Les nouveaux horizons du partenariat entre l’Azerbaïdjan et l’UNESCO
 
  « L’UNESCO a accompagné fidèlement le Processus de Bakou dès ses débuts »
 
  Un engagement pour la paix et la sécurité internationales
 
  Azerbaïdjan-Conseil de l’Europe : une coopération sur la base de valeurs mutuelles
 
  L’Azerbaïdjan et les Objectifs du développement durable : une vision de l’avenir
 
  Plus de 50 ans de coopération avec l’Afrique
 
  L’Azerbaïdjan, plaque tournante pour la promotion du dialogue interreligieux et interculturel
 
  Offrir un espace de dialogue et d’échanges
 
  La coopération interparlementaire vecteur du resserrement des liens entre l’Azerbaïdjan et la France
 
  Des liens franco-azerbaïdjanais en développement
 
  Colmar-Shéki : une coopération en plein essor
 
  L’UFAZ, un outil au service de nouvelles générations d’ingénieurs et de techniciens de niveau international
 
  AZPROMO, moteur du renforcement de la compétitivité de l’Azerbaïdjan
 
  « L’Azerbaïdjan demeure une région attractive pour les investissements »
 
  Bakou : un hub des affaires internationales en émergence
 
  CCIAF : vecteur clé des échanges économiques franco-azerbaïdjanais
 
  Le tourisme futur moteur de la diversification économique de l’Azerbaïdjan
 
  Des services publics innovants et modernes favorisant la coopération internationale
 
Fédération Internationale d’Astronautique (IAF)
Prospective
Politique étrangère
Organisations Internationales
Francophonie
Coopération Humanitaire
Enjeux économiques
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Azerbaïdjan
 

Les nouveaux horizons du partenariat entre l’Azerbaïdjan et l’UNESCO

Par S.E.M. Anar KARIMOV,
Ambassadeur, Délégué permanent de l’Azerbaïdjan auprès de l’UNESCO

L’Azerbaïdjan est devenu membre de l’UNESCO le 3 juin 1992 et depuis nous entretenons une coopération très efficace avec cette organisation.

La culture riche et ancestrale de l’Azerbaïdjan a pu dépasser ses frontières et devenir une partie intégrante du patrimoine culturel mondial grâce à cette coopération. Nous avons eu la possibilité d’échanger, par l’intermédiaire de l’UNESCO, avec d’autres pays dans les domaines de l’éducation, la science et la culture.
Je tiens à souligner le rôle important de la Première Vice-présidente de l’Azerbaïdjan, Mme Mehriban Aliyeva, dans le développement des relations avec l’UNESCO. Sa contribution dans les domaines de la culture, de la musique, de la poésie, de l’éducation et des échanges entre les différentes cultures, a été hautement appréciée par l’UNESCO. En 2004, elle fut nommée à ce titre Ambassadrice de bonne volonté de l’Organisation.
Grâce à la politique culturelle du gouvernement azerbaidjanais qui répond également aux idéaux de l’UNESCO, plusieurs sites historiques et savoir-faire du pays ont été inclus sur la liste du patrimoine culturel matériel et immatériel de l’humanité. À titre d’exemple, je peux citer La Cité fortifiée de Bakou avec le Palais des Chahs de Chirvan et la Tour de la Vierge, le site préhistorique de Gobustan, le mougham azerbaïdjanais, l’art des Ashiqs, l’art du tissage du tapis, le Tchovqan, jeu équestre traditionnel pratiqué à dos de chevaux Karabakh, la tradition de la préparation et du partage du dolma etc.
Le Président de l’Azerbaïdjan, S.E.M. Ilham Aliyev, a lancé en 2008 le fameux « Processus de Bakou » visant à promouvoir le dialogue et la compréhension interculturels dans le monde entier. En 2018, nous célébrons le 10ème anniversaire de cette initiative majeure, devenue une véritable plateforme mondiale du dialogue interculturel. C’est dans le cadre du « Processus de Bakou » que l’Azerbaïdjan accueille tous les deux ans le Forum mondial sur le Dialogue interculturel soutenu par l’UNESCO. 
L’UNESCO accueillant différents types d’évènements culturels internationaux, nous avons pu célébrer à Paris, au sein de son siège, le 500ème anniversaire du grand poète azerbaïdjanais Muhammed Fuzuli, le 1300ème anniversaire de l’épopée Dede Gorgud, les 100ème anniversaires de l’académicien Yusif Mammadaliyev, de l’écrivain et le scientifique Mir Jalal Pashayev, du premier opéra en Orient d’Uzeyir Hadjibeyli, Leyli et Mejnun, de l’écrivain Ilyas Afandiyev, ou encore du Grand poète et penseur soufi Nassimi etc. 
J’ajoute à cette liste une exposition et un concert consacrés au bicentenaire de l’arrivée des Allemands dans le Caucase du Sud, en particulier en Azerbaïdjan. Cet évènement était également un appel commun émanant du pays et de l’Organisation en faveur d’une culture de paix, de la cohabitation pacifique et du respect mutuel entre les différentes ethnies et religions. 
L’Azerbaïdjan a signé en 2013 avec l’UNESCO l’accord-cadre sur la coopération dans le domaine de l’éducation, des sciences, de la culture et de la communication. Grâce au Fonds spécial créé en vertu de cet accord, plusieurs projets ont été mis en œuvre en Afrique, notamment trois projets sur l’éducation des filles au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda et un projet sur l’enseignement et la formation technique et professionnelle au Libéria. Des projets au Bangladesh et au Guatemala sur le renforcement des capacités institutionnelles nationales de ces États en matière de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, ainsi que des projets sur la science en Asie centrale, et de dialogue interculturel sont également financés par mon pays et sont en cours de réalisation. De plus, l’Azerbaïdjan a contribué à la consolidation des capacités humaines de la Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et a financé l’édition du manuel militaire sur la protection des biens culturels en cas de conflit armé lancé en décembre 2016 grâce à sa contribution.
Nous sommes ces derniers temps les témoins de phénomènes négatifs comme le terrorisme, l’extrémisme violent, le séparatisme ou encore le « nettoyage culturel ». La destruction des monuments culturels est l’une des principales conséquences de ces tendances. Malheureusement, l’Azerbaïdjan a rencontré ce problème il y a déjà plus de 25 ans et celui-ci persiste à ce jour. Tous les monuments – musées, mosquées, cimetières, etc. qui se trouvaient dans le Haut Karabakh et les sept régions adjacentes, et qui sont des territoires occupés de l’Azerbaïdjan par l’Arménie, ont été sauvagement détruits.
Je pense que l’UNESCO et le monde entier doivent être actifs pour protéger l’héritage culturel en particulier en cas de conflit armé, d’occupation territoriale ou de catastrophe naturelle.
Nous espérons que cette coopération mutuellement bénéfique sera encore renforcée dans le cadre du mandat de la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay. L’Azerbaïdjan reste attaché aux valeurs et aux principes de l’UNESCO et il est prêt à soutenir la nouvelle Directrice générale dans l’accomplissement de son éminente mission.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales