$tabnombandeau  
  Mardi 11 Décembre 2018  
 

Deuxième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Émirats Arabes Unis
Azerbaïdjan
  Expo 2025 Bakou Azerbaïdjan : prochain chapitre de l’histoire de l’Azerbaïdjan
 
  « L’Azerbaïdjan a tant à offrir, de sa tradition d’hospitalité à ses merveilles historiques et naturelles »
 
  L’Exposition universelle 2025 : la viabilité de la candidature de Bakou définitivement validée
 
  Les nouveaux horizons du partenariat entre l’Azerbaïdjan et l’UNESCO
 
  « L’UNESCO a accompagné fidèlement le Processus de Bakou dès ses débuts »
 
  Un engagement pour la paix et la sécurité internationales
 
  Azerbaïdjan-Conseil de l’Europe : une coopération sur la base de valeurs mutuelles
 
  L’Azerbaïdjan et les Objectifs du développement durable : une vision de l’avenir
 
  Plus de 50 ans de coopération avec l’Afrique
 
  L’Azerbaïdjan, plaque tournante pour la promotion du dialogue interreligieux et interculturel
 
  Offrir un espace de dialogue et d’échanges
 
  La coopération interparlementaire vecteur du resserrement des liens entre l’Azerbaïdjan et la France
 
  Des liens franco-azerbaïdjanais en développement
 
  Colmar-Shéki : une coopération en plein essor
 
  L’UFAZ, un outil au service de nouvelles générations d’ingénieurs et de techniciens de niveau international
 
  AZPROMO, moteur du renforcement de la compétitivité de l’Azerbaïdjan
 
  « L’Azerbaïdjan demeure une région attractive pour les investissements »
 
  Bakou : un hub des affaires internationales en émergence
 
  CCIAF : vecteur clé des échanges économiques franco-azerbaïdjanais
 
  Le tourisme futur moteur de la diversification économique de l’Azerbaïdjan
 
  Des services publics innovants et modernes favorisant la coopération internationale
 
Fédération Internationale d’Astronautique (IAF)
Prospective
Politique étrangère
Organisations Internationales
Francophonie
Coopération Humanitaire
Enjeux économiques
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Azerbaïdjan
 

« L’Azerbaïdjan a tant à offrir, de sa tradition d’hospitalité à ses merveilles historiques et naturelles »

Entretien avec M. Paul FOSTER,
Directeur exécutif du secrétariat opérationnel de l’Expo Bakou 2025

La Lettre Diplomatique : Monsieur le Directeur exécutif, pour la première fois de son histoire, la République d’Azerbaïdjan a soumis sa candidature de ville-hôte à l’Exposition universelle 2025. Selon vous, quels sont les atouts du projet Expo Bakou 2025 par rapport aux trois autres villes candidates ?

M. Paul FOSTER : J’ai eu le privilège, tout au long de ma carrière, de travailler sur plusieurs événements véritablement motivants. En tant que chef du protocole du Comité international olympique (CIO), j’ai connu des journées mémorables dans des villes telles qu’Athènes, Pékin, Guatemala et Londres. Chaque événement était spécial et porteur de caractéristiques uniques pour le mouvement olympique établi.
Je suis venu en Azerbaïdjan pour la première fois en 2013 pour travailler sur les premiers Jeux européens de 2015. J’y suis ensuite revenu pour travailler sur les Jeux de la solidarité islamique, en 2017. L’enseignement que je retire de ces expériences est que l’organisation d’un événement d’envergure mondiale, telle qu’une Expo universelle, impose de savoir identifier les éléments constitutifs du mouvement, lesquels doivent être préservés et renforcés, et de les agrémenter d’éléments propres au pays-hôte, afin de parvenir à quelque chose qui soit à la fois authentique d’un point de vue local, tout en restant pertinent pour le reste du monde. C’est ce qu’offre notre candidature. Nous allons proposer des infrastructures et un service de première catégorie dans le cadre d’un thème – le développement du capital humain – qui traduit à la fois l’histoire récente de l’Azerbaïdjan et parle aux pays du monde entier, petits et grands. Notre candidature est celle d’une nation en développement qui a le vent en poupe et qui réunit les conditions nécessaires à la tenue d’une manifestation mondiale de cette nature. 
Ce message a résonné avec force auprès de la Mission d’enquête des Membres du Bureau international des expositions (BIE), lors de sa visite à Bakou, en avril 2018. Ils ont pu observer personnellement que cette candidature est cohérente avec les projets de croissance de la ville de Bakou, qu’elle aborde un thème pertinent à l’échelle mondiale et qu’elle bénéficie du soutien de l’ensemble de la société, allant de la jeunesse au monde des entreprises en passant par le milieu universitaire.

L.L.D. : Membre du BIE depuis 2008, l’Azerbaïdjan a participé à sa première Expo universelle à Hanovre, en 2000. Dans quelle mesure cette expérience, et en particulier le succès remporté par le pavillon de l’Azerbaïdjan à Milan, a-t-elle contribué à la naissance du projet d’Expo Bakou 2025 ? Quelles sont les initiatives envisagées pour promouvoir la candidature et l’élection de Bakou comme ville-hôte par le BIE, en novembre 2018 ?

P.F. : L’Azerbaïdjan participe au mouvement Expo depuis 2000, témoignant ainsi du rôle unique que jouent les Expos dans le rassemblement des nations, l’encouragement au dialogue et au partage de nouvelles idées. Je peux dire avec fierté que la passion pour les Expos qui est la nôtre a été dûment reconnue. À cette date, nous avons participé à six Expos et nous avons remportés huit prix. 
Notre pavillon durable, primé à l’Expo Milan 2015, a accueilli plus de 3 millions de visiteurs et a été qualifié par la presse « d’absolument magnifique ». Ce pavillon est en cours d’implantation permanente sur le front de mer de Bakou, où il continuera à instruire et divertir le public.
Ce sont ces succès qui nous ont conduit à nous porter candidat à l’organisation de l’Expo universelle 2025. Quant à promouvoir notre candidature, la procédure à suivre est claire. Lors de nos réunions bilatérales, nous parlons de l’Azerbaïdjan et de Bakou aux autres nations et nous expliquons le thème que nous avons choisi. Nous expliquons également que nous proposons une Expo répondant à une approche véritablement rentable, argument dont nous savons combien il est important. En parallèle, nous informons les citoyens azerbaïdjanais sur l’Expo et communiquons à l’ensemble du monde que Bakou est une destination formidable. Il est toujours gratifiant d’observer la réaction des visiteurs qui viennent pour la première fois à Bakou et découvrent notre délicieuse gastronomie et une histoire remontant au XVIIème siècle, un pays traversé par neuf zones climatiques comprenant montagnes et plages, et partent à la rencontre d’une nation dont la culture repose sur l’hospitalité.

L.L.D. : Le thème du projet d’Expo universelle Bakou « Développement du capital humain, construction d’un avenir meilleur » est le seul qui insiste réellement sur l’individu. Comment expliquez-vous le choix de ce thème et sa singularité ? Quels liens établissez-vous entre ce thème et la célébration du 10ème anniversaire de l’adoption des Objectifs du développement durable (ODD) des Nations unies en 2025 ?

P.F. : Lors de la conférence de presse de la Mission d’enquête du BIE, le Président du comité exécutif du BIE, l’Ambassadeur Jai-chul Choi a qualifié notre thème d’important et de pertinent pour le monde entier.
La technologie impose une transformation sociétale où que nous soyons, tandis que les nations émergentes et en développement se heurtent à des difficultés dans certains domaines tels que la santé et l’éducation. Notre thème aborde ces questions de plein fouet. À l’ère des mutations, il est essentiel de placer l’individu et son bien-être au cœur de notre réflexion.
L’échéancier prévu pour l’Expo permet aux pays participants d’évaluer leurs progrès à l’aune des Objectifs du développement durable (ODD) des Nations unies, lesquels doivent être atteints à l’horizon 2030, et de partager l’expérience de l’Azerbaïdjan dans la bonne mise en œuvre des objectifs de développement du millénaire des Nations unies pour lequel le pays s’est vu remettre un prix en 2015.

L.L.D. : Le site de l’Expo universelle, configuré comme une étoile à huit branches, emblème national de l’Azerbaïdjan, sera construit à l’est de la ville de Bakou. Que pouvez-vous nous dire des autres caractéristiques de ce projet ? Dans quelle mesure reflète-t-il le thème de l’Expo Bakou 2025 ? En cas de victoire de la candidature de l’Azerbaïdjan, que prévoyez-vous pour le site, une fois l’exposition terminée ?

P.F. : La richesse de l’histoire et de la culture singulière de l’Azerbaïdjan sont au cœur du site de l’Expo Bakou. L’étoile à huit branches symbolise l’indépendance du pays et son héritage.
L’héritage de l’Expo est au cœur de notre projet. Le pavillon national de l’Azerbaïdjan sera l’élément visuel central du site, en plein cœur d’un parc naturel. C’est précisément ce magnifique parc que l’Expo lèguera à la ville de Bakou, dans le droit fil de la Grande exposition de Londres de 1851 et de l’Exposition universelle de Paris de 1889. C’est, selon nous, une approche résolument humaine permettant d’améliorer le quotidien de tout un chacun.

L.L.D. : Situé au cœur du Caucase, à la croisée des civilisations orientales et occidentales, l’Azerbaïdjan souhaite approfondir sa tradition d’ouverture. Quelles retombées attendre de l’Expo Bakou 2025 ? Quel rôle jouera-t-elle sur la diversification de l’économie, en particulier sur le développement du tourisme et en particulier du tourisme d’affaires ?

P.F. : Je décris souvent Bakou comme un magnifique et précieux joyau encore méconnu. Le pays a tant à offrir, de sa tradition d’hospitalité à ses merveilles historiques et naturelles. Au cours des dix dernières années, le nombre de visiteurs a doublé, passant à plus de 2 millions de personnes par an. Accueillir l’Expo abondera nécessairement dans ce sens. L’Azerbaïdjan est une toute nouvelle destination pour les expositions universelles. Ni l’Afrique, ni notre région n’ont jamais accueilli ce type de manifestation internationale et Bakou est une destination à la fois intéressante, sûre et pratique pour y organiser l’Expo universelle en 2025.
L’Expo permettra d’accélérer le développement des infrastructures ainsi que bien d’autres initiatives économiques, de stimuler l’investissement des entreprises internationales, tandis que les investissements annexes réalisés dans le domaine des transports permettront de faire renaître les traditions de cette ancienne Route de la Soie, faisant de Bakou la première ville capitale située sur son tracé, à organiser une Expo universelle, et de démontrer ainsi l’importance géopolitique croissante de l’Azerbaïdjan.
Enfin, notre Expo sera une source d’inspiration pour les peuples à travers le monde, riche d’idées, d’ambition et d’histoires. Nous avons l’intention d’organiser une Expo universelle exceptionnelle qui marquera durablement les esprits.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales