$tabnombandeau  
  Mardi 11 Décembre 2018  
 

Deuxième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Émirats Arabes Unis
  Un partenariat stratégique privilégié dans la région du Golfe
 
  Les Émirats Arabes Unis : un enjeu prioritaire pour la diplomatie parlementaire
 
  Une coopération franco-émirienne essentielle
 
  « Le lien entre nos deux pays se développe dans toutes les dimensions »
 
  Les FFEAU : acteur majeur de la coopération militaire franco-émirienne
 
  L’espace : un domaine clé du partage d’expérience
 
  Union européenne-Émirats Arabes Unis : une coopération dynamique
 
  La diplomatie émirienne à l’épreuve de la crise du Qatar
 
  Un partenariat porté par une ambition culturelle commune
 
  Un partenariat gagnant-gagnant entre Sharjah et la France
 
  Une alliance internationale pour faire triompher la culture contre la barbarie
 
  Sorbonne Université : une chance pour la PSUAD
 
  L’Alliance Française, pilier historique de la francophonie aux Émirats
 
  Expo 2020 Dubai - « Connecter les Esprits, Construire le Futur »
 
  Expo 2020 Dubai : une participation française novatrice
 
  La France est de retour : l’exemple des Émirats Arabes Unis
 
  Une économie émirienne toujours aussi attractive
 
  BPIfrance : un acteur clé de la présence française aux Émirats
 
  Masdar et la France : 12 ans de collaboration
 
  Dubaï : hub incontournable pour les investisseurs français
 
Azerbaïdjan
Fédération Internationale d’Astronautique (IAF)
Prospective
Politique étrangère
Organisations Internationales
Francophonie
Coopération Humanitaire
Enjeux économiques
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Émirats Arabes Unis
 

« Le lien entre nos deux pays se développe dans toutes les dimensions »

Par M. Jean-Marie BOCKEL,
Ancien Ministre, Sénateur du Haut-Rhin, Membre de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, Président du Groupe d’amitié France-Pays du Golfe du Sénat

À la suite du dernier renouvellement du Sénat d’octobre 2017, mes collègues m’ont fait l’honneur de me confier la présidence du Groupe d’amitié du Sénat entre la France et les pays du Golfe. Ce Groupe d’amitié est un des plus importants du Sénat, avec 33 Sénateurs. Il a comme vocation principale de développer les liens entre le Sénat et les institutions des pays du Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCEAG) et, en particulier, leurs organes parlementaires. À cette fin, nous recevons des délégations de parlementaires de ces six pays et nous y effectuons, à intervalle régulier, des missions.
J’ai d’ailleurs eu l’occasion de conduire il y a quelques semaines une délégation de sept Sénateurs aux Émirats Arabes Unis. Nous y avons eu des entretiens très denses, qui nous ont permis à la fois de mieux connaître et de mieux comprendre le point de vue de nos hôtes, mais aussi de nourrir cette relation bilatérale. En effet, si les relations bilatérales reposent sur les gouvernements, elles s’enracinent aussi dans les échanges réguliers entre les parlements. C’est tout le sens de la diplomatie parlementaire.
Ces missions couvrent tout le champ des relations bilatérales. Avec les Émirats Arabes Unis, avec lesquels la France a développé un haut niveau d’échanges et de coopération dans tous les domaines, la relation est particulièrement riche et les sujets nombreux. C’est ainsi que les Émirats Arabes Unis accueillent la base navale française pour l’ensemble de la zone du Golfe et de l’Océan Indien, mais aussi la base aérienne 104 qui a joué un rôle important dans la lutte militaire contre Daech.
Mais la relation stratégique avec les Émirats Arabes Unis dépasse de beaucoup les seules questions militaires. Il y a bien sûr la coopération culturelle qui a pris une dimension nouvelle avec l’ouverture du Louvre Abu Dhabi et le rôle joué par les deux pays dans la mise en place du fonds ALIPH, mais celle-ci a commencé il y a déjà de longues années. J’avais eu l’occasion, dès 2012, de visiter avec des collègues Sénateurs la Sorbonne Abou Dhabi. Par ailleurs, le gouvernement émirien a fait le choix de développer la francophonie dans le pays, ce qui marque le choix de liens construits dans la durée. Quelle plus grande preuve de l’intérêt des Émirats pour la France que de tâcher de développer l’enseignement du français dans le pays ? C’est dans ce cadre que s’inscrivent aussi les projets d’extension du lycée Théodore Monod sur l’île de Saadiyat ou de création d’une radio francophone.
Enfin, il y a naturellement la dimension économique, très importante dans un pays aussi dynamique que les Émirats Arabes Unis. La communauté française se développe rapidement, portée à la fois par le développement de nos échanges et par les perspectives économiques de ce pays en plein essor. C’est ainsi que j’avais eu l’occasion de participer à la pose de la première pierre d’une nouvelle école française à Dubaï en 2012, dans un contexte de croissance rapide de la communauté française.
Au total, le lien entre nos deux pays est vivant et se développe dans toutes les dimensions. Nos échanges ont donc les meilleures perspectives devant eux. 

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales