$tabnombandeau  
  Mardi 11 Décembre 2018  
 

Deuxième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Émirats Arabes Unis
  Un partenariat stratégique privilégié dans la région du Golfe
 
  Les Émirats Arabes Unis : un enjeu prioritaire pour la diplomatie parlementaire
 
  Une coopération franco-émirienne essentielle
 
  « Le lien entre nos deux pays se développe dans toutes les dimensions »
 
  Les FFEAU : acteur majeur de la coopération militaire franco-émirienne
 
  L’espace : un domaine clé du partage d’expérience
 
  Union européenne-Émirats Arabes Unis : une coopération dynamique
 
  La diplomatie émirienne à l’épreuve de la crise du Qatar
 
  Un partenariat porté par une ambition culturelle commune
 
  Un partenariat gagnant-gagnant entre Sharjah et la France
 
  Une alliance internationale pour faire triompher la culture contre la barbarie
 
  Sorbonne Université : une chance pour la PSUAD
 
  L’Alliance Française, pilier historique de la francophonie aux Émirats
 
  Expo 2020 Dubai - « Connecter les Esprits, Construire le Futur »
 
  Expo 2020 Dubai : une participation française novatrice
 
  La France est de retour : l’exemple des Émirats Arabes Unis
 
  Une économie émirienne toujours aussi attractive
 
  BPIfrance : un acteur clé de la présence française aux Émirats
 
  Masdar et la France : 12 ans de collaboration
 
  Dubaï : hub incontournable pour les investisseurs français
 
Azerbaïdjan
Fédération Internationale d’Astronautique (IAF)
Prospective
Politique étrangère
Organisations Internationales
Francophonie
Coopération Humanitaire
Enjeux économiques
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Émirats Arabes Unis
 

Les Émirats Arabes Unis : un enjeu prioritaire pour la diplomatie parlementaire

Par Mme Joëlle GARRIAUD-MAYLAM,

Sénatrice des Français établis hors de France, Secrétaire de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces Armées du Sénat, Présidente de Commission à l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, Présidente déléguée du Groupe d’amitié France-Pays du Golfe du Sénat (Émirats Arabes Unis)

Alors que le Moyen-Orient est en train de s’affirmer comme le barycentre des équilibres géopolitiques de demain, notre relation avec les Émirats Arabes Unis prend une dimension de plus en plus essentielle.
Depuis le partenariat stratégique de 1995, la fédération s’est révélée être un partenaire fiable pour la France en matière de défense. Ouverte sur demande émirienne par le Président français Nicolas Sarkozy en 2009, la base navale d’Abou Dhabi, première implantation militaire tricolore créée en territoire étranger depuis plus de 50 ans avec 700 hommes aujourd’hui, est au cœur d’une coopération militaire intense, comme j’ai encore pu m’en rendre compte le 11 novembre 2017 en y commémorant avec nos troupes la fin de la Première guerre mondiale. Le potentiel de densification de cette relation est important dans le contexte de lutte contre le terrorisme.
La Fédération est aussi l’un des pays du Golfe ayant le mieux réussi sa diversification économique, la manne pétrolière ayant été mobilisée pour financer la montée en puissance du secteur tertiaire. Plus de 600 sociétés françaises sont déjà implantées aux Émirats et deux fonds d’investissement franco-émiriens ont été créés pour soutenir un vivier de start-up françaises. Le potentiel de coopération dans le domaine de la transition énergétique est important, les Émirats ayant l’objectif d’atteindre 50% d’énergie non fossile d’ici à 2050. En tant que responsable des Émirats au sein du Groupe d’amitié sénatorial des pays du Golfe, je m’investis bien sûr dans la diplomatie économique, tant en soutien des entreprises françaises dans ce pays qu’en faveur d’une diversification des investissements émiriens en France.
Mais s’il est un domaine dans lequel la diplomatie parlementaire mérite d’être étoffée, c’est bien celui de l’éducation et de la culture, dans lequel les autorités émiriennes investissent massivement. La création en 2006 de l’Université Paris Sorbonne-Abou Dhabi s’inscrivait déjà dans la stratégie émirienne visant à développer une économie de la culture et du savoir. En une décennie, ce mouvement a pris de l’ampleur. 
Ayant pris part à la délégation d’Emmanuel Macron à l’occasion de l’inauguration du Louvre Abou Dhabi – premier musée universel dans le monde arabe et plus grand projet culturel porté par la France à l’étranger – j’ai été impressionnée par l’intérêt de nos interlocuteurs pour la francophonie. Les Émirats sont devenus membre observateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en 2010 et sont désormais conscients de l’intérêt de réintroduire l’enseignement du français dans les écoles publiques d’où il avait été supprimé. Nous devons soutenir cet élan, tant par des dispositifs d’appui aux structures locales d’enseignement comme le label FrancEducation ou l’envoi de Volontaires internationaux d’Enseignement (VIE) en français, qu’à travers notre audiovisuel extérieur, nos lycées français et le réseau des Alliances. L’ouverture d’une annexe de l’Alliance française de Dubaï au coeur de l’impressionnant Knowledge Park est, à cet égard, un jalon d’importance.
Les Émirats sont l’une des zones où nous pouvons démontrer que la francophonie n’est pas un simple héritage, un supplément d’âme à la politique ou un gadget culturel, mais bien un fer de lance de notre diplomatie économique et d’un dialogue géopolitique approfondi.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales