Dimanche 18 Août 2019  
 

N°120 - Quatrième trimestre 2017

La lettre diplometque
  Préfaces
Entretien exclusif
Diplomatie
Coopération Décentralisée
Innovation Scientifique
Économie
Culture
  Le meilleur de la culture japonaise pour célébrer 160 ans de relations diplomatiques
 
  « L’UNESCO est un élément clé de la coopération franco-japonaise »
 
  La culture au cœur de l’action de la France au Japon
 
  À Paris, une présence culturelle dynamique du Japon
 
  À Grez-sur-Loing, une tradition de rencontre des cultures françaises et japonaises
 
  Des légumes d’exception pour transmettre la créativité japonaise
 
  « Pour le bien-être et le bonheur de tous les hommes », un principe cher à la Fondation Ishibashi
 
  La Maison franco-japonaise : vecteur de la coopération culturelle et scientifique entre la France et le Japon
 
  Orienter la diplomatie culturelle franco-japonaise vers des échanges intellectuels fructueux
 
  Le japonais, une langue qui séduit de plus en plus les Français
 
  À Sapporo, la langue et la culture françaises attirent toujours davantage le public japonais
 
  Vers de nouveaux records pour les touristes français au Japon
 
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Culture
 

« Pour le bien-être et le bonheur de tous les hommes », un principe cher à la Fondation Ishibashi

Par M. Hiroshi ISHIBASHI,
Président du Conseil des directeurs de la Fondation Ishibashi

C’est un grand honneur pour moi de contribuer à cette édition de La Lettre Diplomatique au nom de la Fondation Ishibashi. Je saisis cette occasion pour exprimer mes félicitations aux célébrations du 160ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Japon en 2018.
La Fondation Ishibashi a été créée en 1956 par Shojiro Ishibashi qui était un entrepreneur pionnier dans le monde des affaires, ainsi qu’un avocat inlassable de la culture. Il s’est d’ailleurs dévoué à ces deux domaines comme s’il s’agissait des deux roues que relie l’essieu de sa vie avant qu’il ne décède en 1976. 
Dans le domaine des affaires, toutes ses décisions étaient visionnaires. Lorsqu’il reprit l’entreprise familiale de couture en 1906, il avait 17 ans. Il révolutionna le marché de la chaussure au Japon en inventant le Jikatabi, une chaussure séparant les orteils avec une semelle en caoutchouc. Il transforma sa petite entreprise locale en fabrique de chaussures moderne. Il conserva par la suite la même passion pour développer la première usine japonaise de pneus, devenue l’actuelle Bridgestone Corporation. En produisant une large gamme de pneus de haute qualité, il apporta une grande contribution à la motorisation et à l’industrialisation du Japon après la guerre. 
Pour Shojiro Ishibashi, le « Bien-être et le bonheur des hommes » est un principe qui reflète ses engagements culturels. Il se battit pour mettre en pratique cette philosophie à travers plusieurs engagements dans le domaine artistique. Avant tout, il fonda le Musée d’art de Bridgestone en 1952, le premier musée privé d’art de Tokyo, lequel était dédié aux peintres impressionnistes français et à l’art moderne japonais. Il soutint également financièrement le gouvernement japonais pour la construction du pavillon national lors de la Biennale de Venise en 1956 et celle du Musée d’Art moderne de Tokyo. 
En 2012, le gouvernement japonais a renouvelé le statut officiel d’association d’intérêt public de la Fondation Ishibashi, une entité totalement autonome et indépendante du groupe de pneumatiques. Aujourd’hui, les activités de la Fondation consistent à assurer la gestion du Musée d’Art Bridgestone et celles de bourses à travers lesquelles nous soutenons des initiatives artistiques, culturelles et éducatives dans le secteur public. 
Le Musée d’Art Bridgestone constitue le cœur de la Fondation. Il se dédie à bâtir une collection de chefs d’œuvre, suivant ainsi les pas de Shojiro Ishibashi. La Fondation organise des expositions permanentes et spécifiques d’artistes et sur de nombreuses thématiques. Elle est considérée comme l’un des meilleurs musées d’art privés du Japon. 
À présent, notre siège est en cours de rénovation. Depuis mai 2015, le Musée d’Art Bridgestone est temporairement fermé. Sa grande réouverture est prévue à l’automne 2019. 
Une des activités principales que nous avons organisées durant la fermeture du Musée a été l’exposition de notre collection au Musée de l’Orangerie à Paris, en France, intitulée Tokyo-Paris Chefs d’œuvre de Musée d’Art Bridgestone de Tokyo – Collection Fondation Ishibashi. Celle-ci était co-présentée par les deux musées et s’est déroulée d’avril à août 2017. L’événement était généreusement organisé par le Musée de l’Orangerie auquel nous sommes très reconnaissant. 
L’exposition inclut des peintures allant de l’impressionnisme à l’art abstrait créées en Europe et au Japon. Des œuvres de Monet, Renoir, Caillebotte, Cézanne, Matisse, Picasso, ainsi que Soulages, Pollock et Shiraga. L’attention était portée sur le lien durable entre l’art et le collectionneur vu à travers l’histoire japonaise. 
Il est bien connu que les artistes occidentaux ont été influencés par les arts anciens japonais, mais on sait moins que de nombreux artistes japonais de la même période ont voyagé en France et se sont imprégnés de l’esprit de l’impressionnisme. Je suis convaincu que l’exposition du Musée de l’Orangerie a représenté une grande opportunité de mettre en exergue les interactions culturelles qui ont existé entre les deux pays à travers les siècles. 
Au-delà, nous considérons que les 60 ans d’histoire de notre Fondation ne sont qu’un début. Avec l’achèvement des nouvelles installations de notre musée au centre de Tokyo, dans le respect du principe de notre fondateur, nous nous efforcerons de créer un Musée d’Art voué à la créativité et nous sommes déterminés à répondre aux besoins des visiteurs dont le vaste éventail d’intérêts et de connaissances culturelles reflètent la société changeante d’aujourd’hui. 
À travers les activités futures de notre musée, nous espérons continuer à cultiver et à approfondir les merveilleuses relations qui lient la France et le Japon et que nous avons le privilège de mettre en lumière en 2018.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales