Mercredi 21 Août 2019  
 

N°118 - Deuxième trimestre 2017

La lettre diplometque
  Éditorial
Arménie
 
 
  25 ans de relations diplomatiques fondés sur des liens d’amitié historiques et sincères
 
  Une relation dense qui s’appuie sur une histoire ancienne
 
  « La France doit être aux côtés de l’Arménie »
 
  En route pour le Sommet de la Francophonie en Arménie
 
  France-Arménie : un partenariat solide sur la scène internationale
 
  Le Conseil de l’Europe : une organisation clé pour la politique étrangère arménienne
 
  La DFA : un acteur incontournable de l’économie arménienne
 
  Les nouvelles promesses de l’économie arménienne
 
  Un jumelage européen exemplaire entre la France et l’Arménie
 
  25 ans d’appartenance à l’UNESCO
 
  « L’UFAR s’est fixé un projet stratégique ambitieux pour les 10 prochaines années »
 
  La mission archéologique Caucase : œuvrer à une meilleure connaissance de la préhistoire de l’Arménie et de la région
 
  Contribuer à la diffusion de la culture et des valeurs françaises et francophones
 
Djibouti
Économie
Francophonie
Europe
Défense
Protocole
Santé
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Arménie
 

25 ans d’appartenance à l’UNESCO

Par S.E.M. Charles AZNAVOUR,
Ambassadeur, Délégué permanent de l’Arménie auprès de l’UNESCO

Membre de l’UNESCO depuis le 6 juin 1992,  l’Arménie accorde une importance particulière et accrue à sa coopération avec l’UNESCO. Les actions mises en œuvre avec cette organisation sont coordonnées par la Commission nationale arménienne pour l’UNESCO, un organisme interministériel présidé par le Ministre arménien des Affaires étrangères.
Font partie de la Commission nationale les ministres de la Culture, de l’Éducation et de la Science, du Développement économique et des Investissements, de l’Écologie, de la Justice, du Sport et de la Jeunesse, ainsi que les responsables d’autres institutions relevant du domaine des compétences de l’UNESCO. Ils interviennent, chacun, en fonction de leurs priorités et de leurs objectifs ; sa composition très représentative ainsi que l’approche inclusive qui est la sienne, permettent de répondre à l’objectif d’efficacité qu’elle s’est fixée.
Les activités et initiatives de notre pays en direction de l’UNESCO sont relayées par la Délégation permanente de l’Arménie auprès de l’UNESCO qui joue le rôle d’interface entre l’UNESCO et la Commission nationale en assurant la représentation de l’Arménie dans différents organes de l’UNESCO.
Les priorités de l’Arménie s’inscrivent dans le cadre du mandat de l’UNESCO en faveur de la paix et du développement durable.
L’Arménie fait partie du IIème groupe électoral. Notre pays a ratifié toutes les grandes conventions de l’UNESCO en matière de protection du patrimoine. À ce jour, l’Arménie a inscrit sur la liste du Patrimoine mondial trois biens culturels : la cathédrale et les églises d’Etchmiadzine avec le site archéologique de Zvartnotz, le Monastère de Ghéghart et la Haute vallée de l’Azat, ainsi que les Monastères de Haghbat et Sanahin. L’Arménie accorde une attention particulière aux biens nationaux se trouvant en dehors des frontières de l’Arménie actuelle. Ainsi, sur la même liste du Patrimoine mondial, nous trouvons deux biens arméniens inscrits par l’Iran.
Sur la liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, l’Arménie a inscrit quatre éléments : le pain traditionnel – le lavache ; l’épopée arménienne « David de Sassoun » ; le Khachkar, son symbolisme et le savoir-faire des croix de pierre arméniennes ; et, enfin, l’instrument musical national le Duduk et sa musique, aujourd’hui de plus en plus connue à travers le monde.
L’Arménie prend activement part au fonctionnement du programme de l’UNESCO « La mémoire du monde », qui comprend le patrimoine documentaire en inscrivant dans le registre international de ce programme les trois éléments répondant aux critères de sélection en ce qui concerne leur intérêt international et leur valeur universelle exceptionnelle. Il s’agit notamment de la célèbre collection de manuscrits anciens du Maténadaran et celle de notes du compositeur Aram Khachaturian.
Les cinq chaires des universités et les dix écoles arméniennes participent respectivement aux programmes des chaires de l’UNESCO et des écoles associées à l’organisation.
L’Arménie est aussi un membre actif du programme de participation de l’UNESCO. Les programmes présentés par notre pays et financés par l’UNESCO sont conformes aux objectifs et priorités de l’organisation internationale.
En 2013, l’Arménie a été élue membre du comité du 2ème Protocole de 1999 relatif à la Convention de La Haye de 1954 sur la protection des biens culturels pendant les conflits armés (2013-2017). En 2015, elle est devenue membre du comité de la Convention de 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels (2015-2019), et en 2016, membre du Comité de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2016-2020).
Considérant la Francophonie comme l’une de ses priorités, l’Arménie a été élue, à plusieurs reprises, membre du Bureau du groupe des pays francophones de l’UNESCO et apporte régulièrement sa participation active à la célébration de la Journée internationale de la Francophonie au sein de l’UNESCO.
Fidèle aux objectifs et aux valeurs de l’UNESCO, l’Arménie reste vigilante face aux tentatives de politiser l’action de l’UNESCO et d’instrumentaliser son fonctionnement à des fins égoïstes et politiciennes d’un seul pays. Toutes ces manifestations ont trouvé des réponses adéquates ne permettant pas de transformer cette arène pacifique qu’est l’UNESCO en un lieu de propagation des discours de haine et de pratiques mercantiles.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales