Jeudi 27 Juin 2019  
 

N°114 - Deuxième trimestre 2016

La lettre diplometque
  Éditorial
Inde
Malaisie
Venezuela
  Pour un resserrement des liens parlementaires franco-vénézuéliens
 
  Contribuer à faire perdurer une relation historique privilégiée
 
  La vérité sur le Venezuela
 
  Francisco de Miranda, trait d’union entre le Venezuela et la France
 
  Miranda célébré en France
 
  Les objectifs économiques de la Révolution bolivarienne
 
  « La Gran Mision Vivienda »
 
  Le Venezuela, un pays à aimer…
 
  De solides liens économiques à l’épreuve
 
   Le Venezuela, acteur majeur de l’intégration régionale
 
  La culture, priorité de la Révolution Bolivarienne
 
  Le Système national d’orchestres, de chœurs d’enfants et de jeunes du Venezuela interprète depuis 41 ans l’âme de tout un pays
 
  Les cacaoyers du Venezuela
 
  « L’intérêt des Vénézuéliens pour la langue française a toujours été important »
 
  La Maison de la France à Lechería, «centre d’échange de culture, traditions et coutumes».
 
Organisations Internationales
Sécurité
Coopération Internationale
Enjeux Économiques
Opinion
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Venezuela
 

Contribuer à faire perdurer une relation historique privilégiée

Par M. Michel Lefait,
Député du Pas-de-Calais, Président du Groupe d’amitié France-Venezuela à l’Assemblée nationale

Le rôle traditionnel d’un groupe d’amitié consiste, comme son nom l’indique, à tisser un réseau de liens personnels entre les parlementaires français, leurs homologues étrangers et les acteurs de la vie politique, économique, sociale et culturelle du pays concerné. Les échanges d’informations ainsi favorisés, complètent utilement ceux qui s’inscrivent en particulier dans le cadre diplomatique.
En 2015, le groupe d’amitié a, dans ce cadre, reçu une délégation du Comité des victimes et familles de victimes des garimbas, et entendu leurs témoignages, non sans émotion. Des entretiens réguliers avec l’Ambassadeur sont également organisés.
Au-delà de cette vocation première, les groupes d’amitié sont, de plus en plus, associés à la politique étrangère de la France, leurs missions ou réceptions pouvant contribuer à réactiver ou à enrichir les relations avec le pays concerné. Ainsi, en 2005, une délégation du Groupe d’amitié France-Venezuela de l’Assemblée nationale s’est rendue au Venezuela, à l’invitation du Groupe d’amitié Venezuela-France de l’Asamblea Nacional, le Parlement venezuelien.
La délégation a pu rencontrer différents représentants de la coopération culturelle entre la France et le Venezuela. Elle a pu notamment constater comment l’Alliance française, par ses actions, permettait d’entretenir cette relation privilégiée historique qui existe entre le Venezuela et la France. Elle a également pu visiter une mission « santé » dans un quartier pauvre de Caracas, et rencontrer des acteurs majeurs de la vie économique et sociale au Venezuela : la direction du métro de Caracas, les responsables de l’Université de Caracas, etc.
Dans le même sens, la fréquente présence du ou des présidents de groupes d’amitié concernés lors des voyages du Président de la République ou de membres du gouvernement à l’étranger illustre l’importance reconnue à la dimension parlementaire des relations bilatérales.
Ainsi, en 2012, j’ai accompagné M. Benoît Hamon, alors Ministre délégué en charge de l’Économie sociale et solidaire et de la Consommation, qui effectuait, à l’invitation du gouvernement vénézuélien, une visite officielle de trois jours à Caracas, dans un contexte général de relance de nos relations avec l’Amérique latine. À cette occasion, M. Hamon avait présidé la Commission de Haut Niveau, instance de coopération bilatérale, qui n’avait plus été réunie depuis 2008, mettant en suspens toute initiative commune de coopération.
La qualité du dialogue qui s’est noué tout au long du séjour, entre la délégation officielle française présidée par M. Benoît Hamon et la partie vénézuélienne, a permis à la Commission de Haut Niveau de voir aboutir la signature de deux accords intergouvernementaux, portant sur la coopération judiciaire et sur l’énergie, ainsi que la signature de trois lettres d’intentions concernant l’industrie, le tourisme et la coopération universitaire. Un nouveau champ de coopération a également été créé avec la signature d’un accord de partenariat en matière d’économie sociale et solidaire.
En conclusion, la France et le Venezuela sont liés par une relation historique privilégiée, que notre Groupe d’amitié entend bien contribuer à faire perdurer.   

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales