Mercredi 21 Août 2019  
 

N°101 - Premier trimestre 2013

La lettre diplometque
  Éditorial
Kazakhstan
Lituanie
Libye
Philippines
  Les relations entre les Philippines et la France : vers de nouveaux horizons
 
  Développer les coopérations institutionnelles entre la France et les Philippines
 
  Philippines, Archipel des échanges
 
  « Les Philippines se préparent à jouer un rôle plus important en tant que moteur de l’économie mondiale »
 
  La bonne gouvernance entretient une économie florissante
 
  « Les Philippines, un pays à découvrir »
 
  Les Philippines : Un nouveau « tigre asiatique » ?
 
  L’intérêt de la France pour les Philippines, l’intérêt des Philippines pour la France : par quels moyens y parvenir ?
 
  Les Philippines : un pays aussi en quête de sens
 
Gabon - Diploprofil©
opinion
Coopération internationale
Formation et Enseignement supérieur
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Philippines
 

« Les Philippines se préparent à jouer un rôle plus important en tant que moteur de l’économie mondiale »

Par M. Cesar V. Purisima,
Secrétaire des Finances de la République des Philippines

C'est avec une grande fierté que je vous fais part des bonnes nouvelles qui caractérisent aujourd’hui les Philippines. Par le passé, les experts considéraient notre pays comme une économie à la traîne. Désormais, les chiffres plaident en notre faveur témoignant des évolutions prometteuses qu’il connait. Je citerais la croissance de 6,6% de notre PIB en 2012 ou encore la dizaine de changements positifs adoptée à l’égard de notre économie par les plus importantes agences de notation depuis le début de l’administration Aquino. Toutefois, ces statistiques ne décrivent pas l’ensemble de la situation. Permettez-moi donc de vous en donner quelques détails.

Notre politique s’articule autour de principes simples. Nous croyons qu’en vue de nous développer, nous devons nous atteler directement à lever les obstacles de la croissance. Le plus important est celui de la gouvernance. Le Président Aquino a mis en place une plateforme en vue de restaurer l’âme éthique et morale du gouvernement, et nous nous sommes impliqués dans ce domaine depuis le premier jour. Notre gouvernement a réussi à faire adopter des réformes politiques difficiles et à destituer des responsables aux principes éthiques douteux – autant d’initiatives qui étaient considérées par le passé comme impossibles à réaliser aux Philippines. 

Pour le Département des Finances, notre mission a consisté à garantir que la bonne gouvernance soit le principe fondamental de la bonne gestion économique. Depuis 2009, nous avons amélioré notre effort fiscal en le faisant passer de 12,2% à 12,9% du PIB en 2012. Nous avons également entamé des poursuites contre les fraudeurs et les contrebandiers à un rythme et un volume jamais atteints auparavant. Ces mesures nous ont permis d’améliorer les recettes de l’Etat et de supprimer les gaspillages de telle sorte que le gouvernement affiche désormais un surplus budgétaire. Avec ces nouvelles marges de manœuvre budgétaire, nous avons pu accroître nos dépenses en matière d’infrastructures de 26%, d’éducation de 45%, de santé de 77%, de soutien à l’agriculture de 76% et de protection sociale de 267%.

A leur tour, les investisseurs ont répondu à notre dévouement en faveur de la bonne gouvernance par des faibles coûts d’emprunt et des engagements croissants. Les investissements directs étrangers ont crû de près de 10% en 2012, alors que nos exportations ont augmenté de plus de 8%, illustrant la confiance accordée aux Philippines en dépit de la conjoncture morose qui caractérise l’économie mondiale. A présent, nous avons l’honneur et la fierté de dire que nous sommes un pays créditeur auprès du FMI, et que nous avons même participé à la levée de fonds pour venir en aide à nos amis d’Europe. Alors que les temps et les situations sont en train de changer, les Philippines se préparent à jouer un rôle plus important en tant que moteur de l’économie mondiale. 

A l’heure actuelle, les échanges économiques franco-philippins ne font même pas partie des dix plus importants volumes d’échanges bilatéraux de notre pays, et ce, bien que la France soit la 5ème économie mondiale. Cette situation ne me décourage pas – en fait, j’observe qu’il existe beaucoup de marges de manœuvre pour intensifier notre partenariat économique et notre amitié. La France est, par exemple, reconnue pour ses beaux-arts, sa culture, sa gastronomie. Les entreprises françaises peuvent tirer parti de la créativité reconnue des travailleurs philippins. D’ores et déjà, de nombreuses entreprises françaises se sont engagées à investir dans notre pays et nous oeuvrons avec le Conseil du Commerce extérieur de la France (CCEF) et la Mission économique de l’Ambassade de France pour que d’autres entreprises françaises viennent aux Philippines.

Nous sommes optimistes quant à l’avenir de notre pays, et j’espère que vous partagez notre optimisme. Je vous invite à venir voir par vous-même pour quelles raisons c’est plus amusant aux Philippines ! 

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales