Mardi 16 Juillet 2019  
 

N°95 - Troisième trimestre 2011

La lettre diplometque
  Éditorial
El Salvador
Kosovo
  Trois étapes clé de l’histoire contemporaine du Kosovo
 
  Le Kosovo en marche
 
  Des liens privilégiés entre le Kosovo et la France
 
  La route vers le Camp Nou passe par l’intégration européenne du Kosovo
 
  « Nous devons inciter à voter la reconnaissance du Kosovo »
 
  Un marché à conquérir
 
  L’aéroport de Pristina, exemple d’une coopération réussie
 
  Vers un tournant pour le Kosovo
 
Tanzanie
Sri Lanka
Russie
Enjeux Économiques
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Kosovo
 

Le Kosovo en marche

Par M. Enver Hoxhaj,
Ministre des Affaires étrangères de la République du Kosovo

Al’heure où j’écris cette tribune, mon pays, le Kosovo, traverse une période très spéciale. 2011 a été une année de succès pour la plus jeune république d’Europe. La croissance de notre PIB a dépassé 5%, par contraste avec le reste des pays des Balkans qui sont encore aux prises avec la crise financière. Nous sommes le pays le moins endetté en Europe avec un déficit budgétaire estimé pour 2011 à moins de 5% du PIB, alors que la valeur des fonds du gouvernement placés à l’étranger représentent plus de 40% du PIB. Ces avoirs sont le fruit de l’épargne des retraites accumulées  au cours des dix dernières années qui se sont écoulées depuis la fin de la guerre, de notre fonds de privatisation, ainsi que des parts de capitaux détenus dans les banques privées kosovares.
Le Kosovo est en outre en train d’achever son premier projet d’infrastructures majeur avec la construction de l’autoroute reliant notre pays à la côte adriatique de l’Albanie au sud, et à la Serbie au nord. Représentant un investissement d’une valeur de
1 milliard de dollars, cette autoroute sera d’une importance fondamentale pour notre pays, en le positionnant au carrefour des principaux axes de transport. Nous comptons également accroître les revenus de nos 1,7 million de concitoyens avec la privatisation des entreprises des secteurs des télécommunications, de l’énergie et des mines, qui de par leur potentiel, sont de grande valeur pour les investisseurs. Le Kosovo ne deviendra certes pas la Suisse dans un avenir proche, mais nous espérons au moins que nous serons capables bientôt de fournir davantage d’opportunités d’emplois
et d’espoir à notre peuple.
Notre pays a remporté d’importantes victoires diplomatiques en 2011. Au cours de cette année, nous avons été reconnus par 13 pays supplémentaires. Très bientôt, nous serons reconnus en tant qu’Etat souverain et indépendant par la majorité des pays membres des Nations unies. Aussi, sommes-nous très heureux d’instaurer de solides liens économiques et diplomatiques dans les différents continents. Le gouvernement du Kosovo s’est montré très actif pour promouvoir et faire accepter notre indépendance. Le Vice-Premier Ministre du gouvernement et ancien Président Begjet Pacolli a ainsi accompli un excellent travail pour instaurer des relations plus particulièrement avec les pays de l’espace francophone de l’Afrique, tandis que je me suis concentré sur d’autres régions du monde pour plaider la cause de notre jeune démocratie.
Le Kosovo a également amorcé un dialogue avec son voisin du nord, la Serbie, pour clore définitivement les questions encore en suspens dans leurs relations, dans le contexte de l’engagement des deux pays sur la voie de l’intégration à l’UE. Bien que l’UE traverse à l’heure actuelle une étape difficile en raison de la crise de l’euro causée par la « mauvaise dette », il est important de bien garder à l’esprit que le processus d’association à l’Union a constitué un moteur décisif du changement dans les Balkans. Après les guerres brutales déclenchées par la  police meurtrière de Milosevic, il est important que la Serbie et le Kosovo discutent pacifiquement des moyens d’interagir sur la scène internationale en tant que pays indépendants.
La solution pour y parvenir a été trouvée par l’Assemblée générale de l’ONU qui a approuvé l’avis de la Cour de justice internationale stipulant que l’indépendance du Kosovo était parfaitement légale, et a appelé la Serbie et le Kosovo à dialoguer sur des questions techniques comme la reconnaissance de leurs diplômes scolaires respectifs, leurs cartes d’identité, leurs plaques d’immatriculation, etc. La résolution de ces problématiques sera utile aux peuples. Nous espérons cependant qu’elle permettra d’aboutir à une réconciliation définitive et à la reconnaissance du Kosovo par la Serbie. Un tel aboutissement constituerait sans aucun doute la dernière étape vers la paix dans cette région du monde.
La France a joué un rôle très important dans le développement du Kosovo. Elle a apporté un soutien crucial à l’ancien Président Ibrahim Rugova, qui s’est vu attribuer le Prix Sakharov pour les Droits de l’homme, en hommage à la résistance pacifique, rappelant celle de Gandhi, qu’il opposa à l’oppression serbe. La France a aussi figuré parmi les premiers pays qui se sont battus en faveur de l’indépendance du Kosovo, ainsi que pour soutenir notre économie et notre société à travers des moyens diplomatiques et militaires. Les fonctionnaires et les juristes français constituent ainsi des éléments importants de la Mission de l’UE au Kosovo dont le rôle est de nous aider à construire un système judiciaire indépendant.
Dès lors, nous pouvons constater que le Kosovo progresse rapidement. Nous avons désormais besoin que le monde entier sache que nous représentons une réalité sur la carte du monde – et que nous sommes un membre impliqué de la communauté des nations libres, aspirant à créer de nouvelles amitiés au-delà des frontières et des océans. Pour nous, les pays francophones sont au nombre des plus importants. Nous espérons donc que le dossier consacré au Kosovo au sein de La Lettre Diplomatique vous aidera à vous informer sur les progrès accomplis par notre pays.
Notre Ministère des Affaires étrangères vous accueillera toujours comme des invités, la porte ouverte, avec le cœur et, pourquoi pas, un verre de ce bon vin kosovar élaboré à partir des vignes cultivées dans le pays depuis plus de deux millénaires !                            

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales