Vendredi 19 Juillet 2019  
 

N°94 - Deuxième trimestre 2011

La lettre diplometque
  Éditorial
Azerbaïdjan
Israël
  L’amitié franco-israélienne : un atout pour le processus de paix
 
  Mieux faire connaître Israël en France
 
  « Continuer à œuvrer ensemble pour accomplir l’idéal européen »
 
  France-Israël : « porter la relation économique bilatérale au niveau de la relation diplomatique »
 
  Le défi israélien des entreprises françaises : rattraper le peloton européen
 
  Israël affiche son dynamisme au 49ème Salon de l’Aéronautique et de l’Espace du Bourget 2011
 
  IAI, un partenaire majeur de la France et de l’UE dans les technologies aérospatiales
 
  Israël : partenaire privilégié de la France pour l’innovation et la croissance des entreprises
 
  Le Technion : vecteur de la coopération scientifique franco-israélienne
 
  Le Conseil Pasteur-Weizman, fleuron de la collaboration scientifique entre la France et Israël
 
  Soixante années de coopération franco-israélienne dans le domaine des sciences humaines et sociales
 
  La Fondation France Israël : mieux se comprendre pour mieux entreprendre
 
  Marseille - Haïfa : plus de 50 ans de coopération
 
  « Perpétuer la mémoire de la Shoa »
 
Slovénie
République tchèque
Stratégie, Défense & Sécurité
Enjeux Économiques
Opinion
 
La lettre diplometque
Partenaire Lettre Diplomatique
La lettre diplometque
  BHI Bankhapoalim
Veolia environnement
Peugeot
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Israël
 

IAI, un partenaire majeur de la France et de l’UE dans les technologies aérospatiales

Par le Dr. David Harari
ancien Vice-Président Europe
des Industries Aéronautiques Israéliennes (IAI), Prix d’Israël 2011

 

Depuis sa création en 1953 par le gouvernement israélien, avec l’ouverture du premier hangar de maintenance d’avions et du lancement des activités aéronautiques israéliennes, le groupe des Industries Aéronautiques Israéliennes Ltd (IAI) a dirigé le développement des technologies aérospatiales du pays et ont permis à l’Etat d’Israël d’atteindre une indépendance technologique dans les secteurs aéronautique et spatial.
En effet, l’industrie aéronautique et spatiale israélienne, qui a été développée pour la sécurité nationale et les exigences de défense de l’Etat d’Israël, a atteint, aujourd’hui, un niveau technologique équivalant à celui des grandes industries aérospatiales américaines et européennes.
Au cours des trois dernières décennies, IAI est passée d’une industrie aérospatiale nationale et tournée vers le marché local à une industrie aérospatiale internationale, avec un chiffre d’affaires annuel excédant 3 milliards de dollars. Plus de 80% de cette somme est exportée dans plus de 60 pays, faisant d’IAI le plus grand exportateur israélien.
Semblable à l’Europe, l’Etat d’Israël doit maintenir un haut niveau technologique dans des domaines stratégiques tels que l’aéronautique et l’espace. Afin d’éviter la création d’un « fossé technologique » avec les Etats-Unis, qui ont un avantage significatif dans la majorité des technologies de base (technologies de l’information, des biotechnologies, des nanotechnologies, des télécommunications, etc.),
l’Europe et l’Israël doivent rassembler leurs ressources nationales aérospatiales et développer une coopération technologique et industrielle bénéfique aux partenaires.
L’Europe est le principal partenaire commercial d’Israël et l’Etat d’Israël est engagé à contribuer à l’expansion de ces relations économiques, ce en particulier dans les domaines de l’aéronautique et de l’espace, des partenariats solides et des accords de coopérations sont possibles et peuvent être développés. La stratégie d’IAI est basée sur une politique de partenariats, d’investissements industriels et de transferts technologiques, particulièrement en ce qui concerne l’Europe.
Les relations industrielles entre IAI et l’industrie aérospatiale française sont en développement constant. Ce rapprochement avec l’industrie française est basé sur la volonté stratégique de transférer et de partager des technologies mises au point par IAI avec ses partenaires industriels.
Dans le domaine aéronautique, IAI participe à la fabrication des nacelles des moteurs de l’Airbus A340 et produit des sous-systèmes les trains d’atterrissage de l’Airbus 380.
La spécialité d’IAI dans les systèmes de ravitaillement en vol des avions a permis d’établir un partenariat industriel avec un partenaire français, leur permet de se positionner ensemble sur le marché international.
En 2009, IAI et Airbus ont signé un accord de partenariat pour le développement en commun d’un système robotisé pour le remorquage des avions de ligne dans les aéroports sans nécessité de mettre en route les moteurs de l’avion, permettant ainsi une réduction considérable de la consommation de fuel et surtout permettant l’amélioration écologique de l’environnement des aéroports.
En janvier 2011, la compagnie Lufthansa et IAI ont par ailleurs démontré avec succès le remorquage d’un  B747-400 sur l’aéroport international de Francfort.
Ce rapprochement avec l’industrie française est basé sur la volonté stratégique de transférer des technologies mises au point par IAI vers ses partenaires industriels. Le domaine des systèmes d’avions sans pilotes (UAV) est un autre exemple où ce rapprochement a permis d’établir un partenariat solide et prometteur entre EADS et IAI et de livrer à l’Armée de l’Air française, un système de drone MALE (moyenne altitude longue endurance), baptisé Harfang et utilisé en opérations depuis 2009. Le 26 mai 2011, le système a réalisé sa 400ème mission au profit de la Force internationale d’assistance et de sécurité, au-dessus de l’Afghanistan, passant à cette occasion la barre symbolique des 4 000 heures de vol.
Les IAI et les industries françaises spatiales ont déjà développé conjointement plusieurs coopérations spatiales, comme le lancement des satellites israéliens de communications Amos 1 et Amos 2, lancés tous deux par des lanceurs Arianespace, ou comme l’intégration de la charge utile d’Amos 1 livrée par la société Alcatel Espace.
IAI a en outre fourni des composants inertiels pour des projets du Centre national d’études spatiales français (CNES) et de la société Astrium et a participé au projet GALA de l’Union européenne comme sous-traitant d’Alcatel Espace.
Dans le domaine des micro et mini satellites, IAI a développé un domaine d’excellence pour des plates-formes extrêmement efficaces, légères et des sous-systèmes électroniques également très efficaces et de poids réduit. Ceci a permis un rapprochement entre les centres spatiaux des deux pays pour le développement du microsatellite VENuS, dédié à l’observation et à la recherche civile.
VENuS (Vegetation and Environment monitoring on a New Micro-Satellite) est la première coopération entre Israël et la France en matière d’observation de la Terre, utilisant un capteur superspectral et dédiée au suivi de la végétation. Le Mémorandum d’accord entre le CNES et l’ISA (Israeli Space Agency) a été signé en avril 2005. Le satellite sera opérationnel en 2013. Le satellite VENuS utilisera une plate-forme microsatellite IMPS (Improved Multi Purpose Satellite) de l’IAI / MBT division espace (Israeli Aerospace Industries).
La participation de l’Etat d’Israël au programme de navigation aérienne Galiléo permet à l’industrie spatiale israélienne et IAI en particulier, de participer à des partenariats à long terme pour ce programme.
Présent dans 60 pays, IAI a accumulé beaucoup d’expérience de coopération sur tous les continents. Nous avons le désir et la volonté de mettre nos technologies et nos compétences d’entrepreneur dans les secteurs aéronautique et spatial au service de nos partenaires et clients, en coopérant dans des programmes de recherche et de développement, aussi bien qu’en participant à des programmes de développement innovants.
IAI est engagée à développer avec ses associés une large coopération industrielle d’innovation, où le développement partagé et les méthodes de production leur permettront d’être en position de force vis-à-vis de leurs concurrents divers. Nous sommes convaincus que nos technologies aéronautiques et nos méthodes se combinent avec des idées innovantes, pouvant apporter une valeur supplémentaire dans la qualité et dans le coût des divers programmes européens.
IAI peut contribuer à apporter une valeur ajoutée à tous ses partenaires européens et français et à les aider à affronter les nouveaux défis auxquels fait face l’Europe à l’aube du XXIème siècle.    

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales