Mardi 24 Septembre 2019  
 

N°91 - Troisième trimestre 2010

La lettre diplometque
  Éditorial
République Dominicaine
États-Unis d'Amérique
  Contribuer au renforcement des liens franco-américains
 
  France-Atlanta : pour des liens franco-américains durables
 
  La recherche, vecteur de la coopération universitaire
 
  Cent ans de coopération aéronavale
 
  France-États-Unis : L’entente stratégique (et cordiale)
 
  L’OCDE, vecteur essentiel de la coopération internationale
 
  Les nouvelles opportunités du marché américain
 
  Que retenir de la crise des « subprimes » et de la réforme des marchés financiers aux États-Unis ?
 
  La diplomatie culturelle : « un enjeu de civilisation pour nos deux pays »
 
  Œuvrer à une meilleure compréhension entre la France et les États-Unis
 
  Deauville : ville de festivals et de culture
 
  Un soutien sans faille à la mission de l’UNESCO
 
Géorgie
Nigéria
Mongolie
Événement
émergence & développement
 
La lettre diplometque
Partenaire Lettre Diplomatique
La lettre diplometque
  DHL
The american business school
Hugheshubbard
Shurgard
SAAB
Bristol Meyer
Air France
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     États-Unis d'Amérique
 

Contribuer au renforcement des liens franco-américains

Par M. Louis Giscard d’Estaing,
Député du Puy-de-Dôme, Président du Groupe d’amitié
France-États-Unis à l’Assemblée nationale

En tant que Président du groupe d’amitié France-États-Unis de l’Assemblée nationale depuis 2007, je me suis efforcé de contribuer au renforcement des liens existant entre nos deux pays dans de nombreux domaines.
Le rôle traditionnel d’un groupe d’amitié consiste en effet, et comme son nom l’indique, à tisser un réseau de liens personnels entre les parlementaires français et leurs homologues étrangers, ainsi qu’avec les acteurs de la vie politique, économique, sociale, ou culturelle du pays partenaire. Cette vocation se réalise pleinement lorsque des parlementaires français reçoivent leurs homologues pour des réceptions ou, au contraire, lorsqu’ils se rendent en mission dans le pays ami. Ces échanges sont toujours l’occasion de rencontres fructueuses et permettent l’établissement de liens personnels.
Les activités des groupes d’amitié ne se limitent pas, cependant, aux seules missions et réceptions, mais des rencontres notamment avec les deux ambassadeurs, celui de France dans le pays ami et celui du pays ami en France, sont fréquents. Des réunions régulières permettent d’approfondir certains thèmes, d’auditionner des spécialistes sur tel point particulier etc. Chaque président de groupe d’amitié oriente naturellement les activités de son groupe selon sa vision propre.
En ce qui me concerne, je suis attentif à ce que le groupe d’amitié France-États-Unis à l’Assemblée nationale soit une entité vivante, réactive aux évènements politiques importants d’un pays ami, et demeure un lieu privilégié d’échanges et d’informations majeur dans des relations bilatérales.
Par exemple, les dernières élections présidentielles aux États-Unis qui ont donné lieu en France à beaucoup d’interrogations, ne nous ont pas laissé inactifs. C’est ainsi que nous avions organisé une réunion du groupe d’amitié avant les élections sur les enjeux et les chances respectives des candidats, en présence des représentants à Paris des partis Républicain et Démocrate, réunion qui s’est avérée passionnante alors que rien n’était encore joué.
A la veille de l’investiture du Président Obama, j’ai présidé à l’Assemblée nationale, le 19 janvier 2009, un colloque d’une journée sur le thème : « Quelles relations transatlantiques avec la présidence Obama ? ». C’est
M. Jean-David Levitte, Conseiller diplomatique à la Présidence de la République et ancien Ambassadeur de France à Washington, qui nous a fait l’honneur de clôturer ce colloque qu’avait brillamment ouvert M. Bruno Le Maire, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Affaires étrangères, et  qui fut je le crois, un succès tant par la qualité des interventions que par le nombre des participants.
Mais il n’y a pas que les grands rendez-vous politiques ! Après avoir entretenu des liens amicaux avec l’ancien Ambassadeur des États-Unis à Paris, M. Stapleton, le Bureau du groupe d’amitié a reçu pour un déjeuner à l’Assemblée nationale mi-novembre, l’actuel Ambassadeur des États-Unis, S.E.M. Charles H. Rivkin. Je me réjouis de cette rencontre qui a marqué une belle occasion d’échanges.
Dans un autre domaine, nous avons organisé tout récemment une réunion du groupe d’amitié sur le thème des jumelages entre collectivités de part et d’autre de l’Atlantique, ainsi que les échanges scolaires et universitaires, qui a suscité un bel intérêt parmi les membres de notre groupe. Mon projet est d’approfondir ce thème en organisant un colloque d’une demi-journée, avec une visée pratique car les jumelages intéressent beaucoup de nos collègues.
Enfin, nous sommes attentifs à pérenniser des relations durables avec l’entourage de nos homologues du Congrès. Ainsi, nous recevons chaque année au mois de mai, dans le cadre d’un programme mené par le Ministère des Affaires étrangères, des « Staffers » du Congrès, c’est-à-dire des collaborateurs des Sénateurs et des membres de la Chambre des Représentants, pour un dîner toujours très instructif.
De la même manière, en collaboration avec la French American Foundation, nous avons eu la joie d’accueillir dans les locaux de l’Assemblée nationale, M. Howard L. Berman, Président de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants et élu de Californie.
Quant à des missions aux États-Unis, j’ai eu l’honneur de mener une délégation du bureau de notre groupe, réunissant une représentante du groupe socialiste, Mme Marie-Françoise Pérol-Dumont, Députée et Présidente du Conseil Général de la Haute-Vienne, et M. Nicolas Forissier, Député-maire de La Châtre dans l’Indre, à Washington, où nous avons échangé avec mes homologues au Congrès, M. Jim Oberstar (Démocrate, Minnesota) et M. John Boozman (Républicain, Arkansas), ainsi qu’avec le Directeur Général du FMI, M. Dominique Strauss-Kahn, sur les enjeux monétaires, et avec les responsables de la Federal Reserve Board et de la Securities Exchange Commission sur les questions de régulation. En outre, afin de faire le point sur la nouvelle place de la France dans l’OTAN, notre délégation s’est rendue à Norfolk afin d’échanger avec le Général Stéphane Abrial.
Vous avez là un aperçu de la vie et des activités du groupe d’amitié France-États-Unis à l’Assemblée nationale au cours de la période récente. Le plus difficile, en raison de l’agenda, de l’actualité politique et législative est d’assurer une participation nombreuse à ces différentes manifestations, mais il ne fait aucun doute que la cause des relations franco-américaines trouve, grâce à ce groupe d’amitié, un écho particulier à l’Assemblée nationale.

 

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales