Jeudi 27 Juin 2019  
 

N°83 - Troisième trimestre 2008

La lettre diplometque
  Editorial
Madagascar
Nigéria
  Vers de nouvelles perspectives de coopération
 
  2008, une année prometteuse pour les relations entre la France et le Nigéria
 
  Pour un approfondissement des liens franco-nigérians
 
  France-Nigéria, vers un partenariat économique renforcé
 
  Le Nigéria compte sur l’hydroélectricité pour poursuivre son développement
 
  Le Nidoe-France, un acteur de plus en plus actif dans les liens de coopération franco-nigérians
 
  Une participation active aux missions de l’UNESCO
 
Inde
 
La lettre diplometque
Partenaire Lettre Diplomatique
La lettre diplometque
  Technip
Bolloré Africa Logistics
Eurocopter
Lafarge Cement WAPCO Nigeria
Sokoa Chair Centre
Eko Hotel & Suites
GDF SUEZ
Alcatel Lucent
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Nigéria
 

Le Nidoe-France, un acteur de plus en plus actif dans les liens de coopération franco-nigérians

Par Chief (Engr.) Samuel Obiejesis, Président de l’Organisation des Nigérians de la Diaspora-Europe (NIDOE) en France

Au nom des membres du « Nigerians In Diaspora Organisation Europe » antenne France (NIDOE-France), je suis très heureux et honoré d’être invité par votre prestigieux magazine, à présenter notre organisation, son rôle, son action et ses projets pour le développement de notre pays. L’Organisation des Nigérians de la Diaspora (NIDO) est le fruit d’une initiative « fast-track » du gouvernement fédéral de la République du Nigeria, visant à transformer l’« exode des compétences » en « apport de compétences ».
L’existence de l’Organisation des Nigérians de la Diaspora est maintenant totalement ancrée dans les esprits des autorités nigérianes, des Etats et des gouvernements locaux. Son action est entièrement reconnue par l’Etat fédéral du Nigeria. Elle a été confirmée par le Président Umaru Musa Yar’Adua, Président de la République fédérale du Nigeria, à l’occasion de sa brève visite à Paris en juin 2008. Lors de sa rencontre avec la communauté nigériane, il a notamment souligné qu’« il a reconnu que la contribution de la diaspora est de la plus haute importante pour le développement national dans le cadre du programme en sept points et de la Vision nigériane 2020 ».
Le Nigéria ayant reconnu et accepté sa diaspora, NIDOE-France en collaboration avec près d’une vingtaine d’autres antennes de la NIDO dans le monde, s’est engagée pour transformer et préparer la prochaine génération de Nigérians.
Les buts et les objectifs de NIDOE-France sont notamment centrés sur :
- l’encouragement des Nigérians de la diaspora à participer aux affaires de leur pays ;
- la recherche de partenariats avec les dépositaires nigérians en vertu du développement national ;
- la création d’une base de données regroupant les Nigérians, leurs qualifications professionnelles, afin de la rendre disponible au profit du gouvernement et du secteur privé.
NIDOE-France a accompli jusqu’à présent de nombreux projets pour favoriser une bonne image du Nigéria à l’étranger. Elle a également des projets à mettre en œuvre en faveur du développement national.
En septembre 2006, la première semaine culturelle du Nigérian a été organisée à Paris pour célébrer l’œuvre d’éminentes personnalités de l’industrie cinématographique nigériane,
d’artistes et producteurs nigérians, sous les auspices de l’ancien Président du NIDOE-France, le Dr. Martin Okeke, en collaboration avec l’Ambassade du Nigéria en France et la Délégation permanente du Nigéria auprès de l’UNESCO. L’événement a présenté à la communauté internationale, la richesse et la diversité de l’acquis culturel du Nigéria et de son peuple.
En 2005, le NIDOE a effectué une donation d’équipements médicaux à l’Etat de Nasarawa dans le cadre d’un programme baptisé « Santé pour tous ». D’importants équipements médicaux ont ainsi été rassemblés et donnés à cet Etat, après la visite et l’inspection des équipements par les représentants de l’Etat. Il s’agissait du premier équipement de mammographie pour la détection de cancer du sein, d’une machine de radiographie entièrement équipée, de lits médicaux d’hôpitaux, de fauteuils roulants pour les handicapés d’instruments chirurgicaux et de divers matériels médicaux.
Il faut également préciser qu’un accord a été conclu entre NIDOE-France et le gouvernement de l’Etat de Nasarawa sur un programme pour le pilotage de ces matériels avec la collaboration d’autres ONG et experts spécialisés venus de France pour assurer facilement la disponibilité et la qualité du service de ces équipements une fois installés au Nigéria.
L’élection démocratique de 1999 a déclenché une très vive émotion et un espoir attendus depuis longtemps dans notre pays. Dans l’élan de l’esprit positif soulevé par cette jeune démocratie, NIDOE-France a organisé en 2004 une conférence internationale sur l’Unité et le développement du Nigéria dans la ville de Lyon. La conférence a été suivie d’une réunion fructueuse avec le représentant de la Chambre de commerce et d’Industrie de Lyon, responsable des relations avec l’Afrique, M. Claude Lefort.
A la fin des discussions, la conférence a adopté les recommandations suivantes en six points et les a soumis au gouvernement fédéral du Nigéria pour qu’il y porte une attention prioritaire :
- Donner à la nation une police efficace pour une sécurité accrue,
- Consolider la démocratie nigériane,
- Renforcer la tradition séculaire et réduire la tension ethnique,
- Améliorer la qualité de l’éducation.
- Vers une « Nouvelle initiative pour le développement du Nigéria » par l’information, la technologie et la communication
- Promouvoir une image positive du Nigéria à l’échelle internationale.
La NIDOE-France a en outre diversifié son rôle à d’autres secteurs comme celui du commerce et de l’investissement. En 2002, elle a ainsi participé très activement à l’organisation du Forum nigérian d’investissement et à l’exposition sur la manufacture nigériane (NIMEX 2002) au CNIT de la Défense, à Paris.
Aujourd’hui, la NIDOE-France continue a être activement impliquée dans de futurs projets au Nigéria, en particulier en collaboration avec différents gouvernements nationaux et des ONG et au travers de diverses réunions et accords, en France et au Nigéria. Après la tenue d’une conférence de la diaspora à Tinapa, Calabar, Cross River State, du 23 au 27 juillet 2008, une visite de travail a été effectuée, donnant lieu à des discussions fructueuses dans les Etats suivants : Anambra, Enugu, Kano, Nasarawa, Osun, Plateau et Rivers. Ces discussions ont concernées différents projets :
- l’établissement de Centres de Technologie de l’Information,  et de la Communication (TIC), en collaboration avec des universités.
- la mise en œuvre d’une gestion de recyclage des déchets par le système de Vilorga, produisant du gaz et de l’électricité avec des ordures de rebut.
- la mise en place d’un centre de formation professionnelle en collaboration avec les établissements français comme le GRETA, AFFPA ou le CFA
- l’introduction d’une surveillance pour remédier aux risques d’infarctus au sein de la population, avec le système de défibrillation en collaboration avec le SAMU-France.
En dehors des projets ci-dessus mentionnés, d’autres projets et programmes sont également en préparation, porteurs de bénéfices mutuels pour les deux pays et les Nigérians de la diaspora.
Notre organisation prévoit désormais de mettre en œuvre quatre projets :
- le lancement d’une section de la jeunesse de la NIDOE-France,
- la production de l’annuaire des professionnels nigérians en Europe et au Nigéria,
- l’organisation de la Semaine Nigériane 2009 en France.
- l’organisation d’une Conférence internationale sur la gouvernance nigériane en 2009.
La NIDOE-France continuera à avancer, en collaboration avec des associations nigérianes en France et l’Ambassade du Nigéria à Paris, pour contribuer au développement de notre pays et, notamment, de différents secteurs de l’économie nigériane, mais aussi bien pour donner au Nigéria une plus large visibilité, en particulier dans les médias, contrairement aux très mauvaises représentations qui avaient marquées la première célébration de la Semaine culturelle du Nigéria en 2006. Notre organisation attend en effet avec intérêt une couverture plus positive de notre pays et des Nigérians par les médias français.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales