Mardi 24 Septembre 2019  
 

N°83 - Troisième trimestre 2008

La lettre diplometque
  Editorial
Madagascar
Nigéria
  Vers de nouvelles perspectives de coopération
 
  2008, une année prometteuse pour les relations entre la France et le Nigéria
 
  Pour un approfondissement des liens franco-nigérians
 
  France-Nigéria, vers un partenariat économique renforcé
 
  Le Nigéria compte sur l’hydroélectricité pour poursuivre son développement
 
  Le Nidoe-France, un acteur de plus en plus actif dans les liens de coopération franco-nigérians
 
  Une participation active aux missions de l’UNESCO
 
Inde
 
La lettre diplometque
Partenaire Lettre Diplomatique
La lettre diplometque
  Technip
Bolloré Africa Logistics
Eurocopter
Lafarge Cement WAPCO Nigeria
Sokoa Chair Centre
Eko Hotel & Suites
GDF SUEZ
Alcatel Lucent
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Nigéria
 

2008, une année prometteuse pour les relations entre la France et le Nigéria

Par S.E.M. Jean-Michel Dumond, Ambassadeur de France au Nigéria

Trois événements majeurs ont marqué les relations bilatérales entre la France et le Nigeria en 2008, et leur ont donné une nouvelle impulsion.
En juin, lors de la visite officielle du Président Yar’Adua en France, les chefs d’Etat français et nigérian ont décidé d’établir un partenariat stratégique entre leurs deux pays. En juillet, le Nigéria est redevenu le premier partenaire économique de la France en Afrique sub-saharienne. Enfin, dans le cadre de sa Présidence du Conseil de l’Union europénne, et dans l’esprit du sommet de Lisbonne de décembre 2007, la France a œuvré au maintien d’un dialogue politique soutenu entre l’Union européenne et l’Afrique, et particulièrement, avec le Nigeria qui y joue un rôle de première importance.
2008 a été marquée par plusieurs visites significatives en France. Le point d’orgue de ce renouveau des échanges au niveau politique a été la visite officielle du Président Yar’Adua en juin. Elus en même temps un an plus tôt, les présidents Sarkozy et Yar’Adua ont décidé d’établir entre nos deux pays un « partenariat stratégique » qui couvre un large éventail de domaines de coopération : politique, économique, culturel, lutte contre le crime, migrations et développement, et constitue une base solide d’une coopération à venir prometteuse. Cette visite avait été précédée par celles du Ministre des Affaires étrangères, Chief Ojo Maduekwe, et du « Speaker » de la Chambre, M. Dimeji Bankole.
Aux termes de la déclaration commune adoptée le 12 juin 2008, la France et le Nigeria sont convenus de se rencontrer de facon régulière pour évoquer ensemble les questions de l’actualité internationale, et renforcer leur cooperation bilaterale dans les secteurs prioritaires que sont le pétrole, le gaz, les transports, la sécurité, l’agriculture, l’éducation, les infrastructures et l’environnement.
Ainsi, début octobre, Mme Anne-Marie Idrac, Secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, s’est rendue au Nigéria et y a signé un protocole d’accord sur l’énergie électrique avec la Secrétaire d’Etat à l’énergie, en charge de l’électricité, Mme Fatima Ibrahim.
La France peut compter sur la capacité de ses entreprises à contribuer utilement au developpement du Nigeria dans les secteurs prioritaires définis par le gouvernment fédéral nigérian. Ce sont plus de 120 firmes françaises qui participent au développement du Nigeria. La présence dans le monde industriel est forte : Air liquide, par ses installations sur l’ensemble du territoire nigérian, fournit des gaz industriels et l’oxygène utilisée dans les hopitaux. Lafarge est l’un des deux plus importants producteurs de ciment du Nigeria. Avec la demande sans cesse accrue en produits pétroliers et la croissance continue des secteurs gazier et pétrolier, dans lesquels Total joue un rôle majeur, des entreprises françaises conçoivent, fabriquent et montent tout un éventail d’équipements spécialisés.
Les entreprises françaises sont également actives dans nombre de secteurs industriels, dont celui du développement des infrastructures. Ainsi, Bouygues a figuré parmi les principaux bâtisseurs de la capitale fédérale, Abuja, dont la première pierre a été posée il y a 30 ans, tandis que les grands « électriciens » français (Alstom, Schneider Electric, Areva, Clemessy, ou Legrand plus récemment) renforcent les capacités énergétiques locales. Alcatel et Sagem se sont impliquées respectivement dans la création d’un réseau de téléphonie GSM et dans la production des cartes d’identité nationales sécurisées.
Le secteur des services compte lui aussi des acteurs français dynamiques : Accor étend son offre hôtelière, Air France-KLM reste le premier transporteur aérien pour les liaisons internationales et Bollore Africa Logistics est l’un des leaders en transit et logistique.
Ces entreprises françaises ont, au cours des années, investi fortement. Le stock total atteint plusieurs milliards de dollars, largement supérieur à celui dévolu au reste de l’Afrique occidentale, faisant de notre pays, selon les dernières données, le 2ème investisseur étranger au Nigeria après les Etats-Unis. Bien implantées et connaissant bien le marché nigérian, les entreprises françaises s’appuient de plus en plus sur des cadres et un personnel recrutés localement.
Les échanges entre la France et le Nigeria reflètent cette forte présence. Les chiffres du commerce bilatéral franco-nigérian pour les six premiers mois de 2008 font état d’une progression de 23% par rapport à 2007. A la fin de cette période, le Nigéria est redevenu le premier partenaire économique de la France en Afrique sub-saharienne.
Au plan de la coopération pour le développement, 2008 a été marquée par le retour au Nigeria de l’Agence française pour le Développement qui, après avoir ouvert sa filiale Proparco à Lagos, a ouvert des bureaux à Abuja en septembre.
Ce dynamisme de la communauté et des entreprises françaises porte témoignage de la confiance de la France dans l’engagement des autorites nigerianes à faire progresser la société nigériane et à répondre aux défis de son développement. La France continuera de soutenir les efforts du Nigeria dans sa lutte contre la corruption, sa promotion de l’Etat de droit an plan intérieur, comme dans son rôle bénéfique d’intercesseur qu’il joue dans la région et sur le continent.
Les relations politiques entre la France et le Nigeria sont excellentes. Je suis certain que leur densité sera rapidement à la hauteur de la présence économique française au Nigeria. Reste la connaissance réciproque de nos deux peuples, qui demeure insuffisante et mérite que nous nous attachions à la renforcer. Nous pourrons nous appuyer sur un réseau culturel et de coopération dense pour parfaire au cours des années à venir cette compréhension et cette découverte mutuelles qui sont le gage d’échanges encore plus féconds.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales