Samedi 25 Mai 2019  
 

N°83 - Troisième trimestre 2008

La lettre diplometque
  Editorial
Madagascar
  Madagascar sur la voie de la transformation
 
  Pour un partenariat privilégié entre la France et Madagascar
 
  Entre Madagascar et la France, des liens d’amitié interparlementaires anciens et fructueux
 
  Madagascar : Un pays qui se transforme en profondeur
 
  La Grande Ile, ses projets miniers et leurs promesses de décollage économique
 
  Madagascar, l’île aux opportunités
 
  Œuvrer au renforcement des liens d’affaires entre Madagascar et la France
 
  « A l’instar de la Chine, Madagascar pourrait proposer sa médecine dans le monde entier »
 
  Madagascar : deuxième implantation du Cirad à l’étranger
 
  Le Consulat de Madagascar à Amiens au cœur du développement de liens franco-malgaches privilégiés et décentralisés
 
  Lyon au cœur d’une coopération décentralisée franco-malagache en plein essor
 
  Le fihavanana, comme pivot de la démarche malgache au sein de l’UNESCO
 
Nigéria
Inde
 
La lettre diplometque
Partenaire Lettre Diplomatique
La lettre diplometque
  Bank Of Africa
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Madagascar
 

Le Consulat de Madagascar à Amiens au cœur du développement de liens franco-malgaches privilégiés et décentralisés

Entretien avec M. Jacques François, Consul Honoraire de Madagascar à Amiens pour les régions Picardie, Nord-Pas-de-Calais, Champagne-Ardennes.

La Lettre Diplomatique : Monsieur le Consul Honoraire, pouvez-vous nous expliquer quelles sont les attributions de votre fonction et quelles sont les qualités requises pour l’exercer ?

M. Jacques François : En premier lieu, aimer le pays que l’on représente, en être fier, être disponible et avoir un minimum de moyens financiers. En effet, la fonction de Consul honoraire est avant tout honorifique, basée sur le bénévolat, et comme je le dis sous forme de boutade « Un Consul honoraire exerce sa fonction sans honoraires… ».
Il se doit aussi d’être polyvalent pour pouvoir s’adapter à toutes les situations - le Consul est censé « tout connaître de Madagascar » - et de posséder un bon réseau relationnel personnel, témoin des bonnes relations avec les institutionnels. Nous avons, par exemple, célébré en 2008 le 10ème anniversaire des relations entre le Consulat et le Conseil Général de la Somme.
Le Consul représente l’autorité de la République de Madagascar pour les Malgaches et les ressortissants malgaches, et doit les aider et les défendre en cas de nécessité.
Le Consul doit représenter le pays : si l’Ambassadeur de la République de Madagascar en France lui demande de le représenter, il doit le faire et en rendre compte. C’est ainsi que j’ai représenté S.E.M. Rajaonarivony Narisoa, en juillet 2008, lors d’une exposition sur Madagascar au Centre national de la Mer de Boulogne-sur-Mer (Nausica), en présence du Ministre malgache de l’Agriculture et de la Pêche, M. Panja Ramanoelina, et de nombreuses personnalités nationales, régionales et locales.

L.L.D. : De nombreuses associations œuvrent pour Madagascar dans votre circonscription, dont le centre est Amiens, capitale de la Picardie. Comment vous positionnez-vous par rapport à elles ?

J.F : En effet, on a recensé environ 200 associations dans ma circonscription. La fonction de Consul étant incompatible avec certaines activités, il a été créé, en marge du Consulat, une association de loi 1901, « Agir avec Madagascar », dont le but est de synchroniser les actions des différentes associations, de les aider, sans pour autant se substituer à elles.

L.L.D : Le Consulat joue-t-il un rôle sur le plan économique ?

J.F. : Il est évident que c’est un de ses objectifs et le relationnel prend alors toute son importance. Le consul doit établir les contacts avec les chambres de commerce, les institutionnels, les industriels, en organisant en liaison avec l’ambassade des rencontres et des missions à Madagascar, et en suivant l’orientation donnée par l’ambassade et les ministères.
L’une des missions est la mise en place de conventions de coopération décentralisée entre régions ou villes de Madagascar et de ma circonscription. Le Consulat d’Amiens peut s’enorgueillir d’avoir obtenu les conventions de coopération décentralisée, entre la région Nord-Pas-de-Calais et la région de Analanjirofo, la région Picardie et la région de Diana.
Le prochain objectif du Consulat est d’obtenir également une convention de coopération de la troisième région de ma circonscription, la Champagne-Ardennes. Des conventions de coopération décentralisée existent également avec les villes de Villeneuve-d’Ascq dans le Nord et de Château-Thierry dans l’Aisne.

L.L.D : Quelle part accordez-vous aux initiatives dans le domaine humanitaire ?

J.F. : Une part importante par le biais des associations, en relais avec l’Association Agir avec Madagascar ou directement par le Consulat qui organise des manifestations : quelques exemples, des galas comme l’élection de Miss Paris avec le Lions Club Paris-Nations unies (dont j’ai été le Président), un concert en présence de l’Abbé Pierre, et chaque année à Amiens (et à Marcq-en-Baroeul dans le Nord) une Foire aux huîtres pendant trois jours en octobre.
Mais la dimension culturelle occupe aussi une place privilégiée avec l’organisation de conférences, d’expositions…

L.L.D : Quelle est votre vision de l’évolution de Madagascar et des relations franco-malgaches ?

J.F. : Le plan établi par le Président Ravalomanana, le MAP (Madagascar Action Plan), s’il atteint 70 % des objectifs prévisionnels, en redressant l’économie de Madagascar, est réalisable.
Avec l’aide de l’Ambassade, nous devrions pouvoir contribuer à la réussite du MAP, qui est une priorité pour Madagascar. La Grande Ile possède un atout important pour son développement économique : le tourisme. Il faut cependant être très vigilant et suivre un plan rigoureux d’aménagement, pour éviter tout débordement anarchique et disharmonieux (attention au bétonnage et à la protection des réserves naturelles). Le tourisme doit être, pour Madagascar, pour le meilleur, et non pour le pire, (en cas de non respect de règles établies).
En ce qui concerne les relations franco-malgaches, elles sont très satisfaisantes. La rencontre en avril 2008 au Palais de l’Elysée entre le Président Sarkozy et le Président Ravalomanana et le dernier entretien qu’a eu S.E.M Rajaonarivony Narisoa avec le Président Sarkozy ont resserré les relations entre nos deux pays dans les domaines diplomatique, militaire et économique.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales