Samedi 25 Mai 2019  
 

N°83 - Troisième trimestre 2008

La lettre diplometque
  Editorial
Madagascar
  Madagascar sur la voie de la transformation
 
  Pour un partenariat privilégié entre la France et Madagascar
 
  Entre Madagascar et la France, des liens d’amitié interparlementaires anciens et fructueux
 
  Madagascar : Un pays qui se transforme en profondeur
 
  La Grande Ile, ses projets miniers et leurs promesses de décollage économique
 
  Madagascar, l’île aux opportunités
 
  Œuvrer au renforcement des liens d’affaires entre Madagascar et la France
 
  « A l’instar de la Chine, Madagascar pourrait proposer sa médecine dans le monde entier »
 
  Madagascar : deuxième implantation du Cirad à l’étranger
 
  Le Consulat de Madagascar à Amiens au cœur du développement de liens franco-malgaches privilégiés et décentralisés
 
  Lyon au cœur d’une coopération décentralisée franco-malagache en plein essor
 
  Le fihavanana, comme pivot de la démarche malgache au sein de l’UNESCO
 
Nigéria
Inde
 
La lettre diplometque
Partenaire Lettre Diplomatique
La lettre diplometque
  Bank Of Africa
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Madagascar
 

Entre Madagascar et la France, des liens d’amitié interparlementaires anciens et fructueux

Par M. Jean Faure, Sénateur de l'Isère (Rhône-Alpes), Président du groupe d’amitié France-Madagascar et pays de l'Océan indien du Sénat

Au retour d’une mission de la commission des Affaires culturelles à Madagascar, il y a plus de vingt ans, à l’automne 1985, j’ai pris l’initiative de créer au sein du Sénat un groupe d’amitié France-Madagascar afin d’institutionnaliser les relations d’amitié très profondes qui unissent nos deux pays. Il me semblait en effet essentiel que les parlementaires, les élus et surtout les populations françaises et malgaches puissent développer des liens concrets et durables et entretenir un dialogue spécifique, différent de celui, officiel, des autorités gouvernementales ou de celui, quotidien, de l’économie et du commerce.
J’ai l’honneur de présider et d’animer ce groupe depuis sa création. Un grand nombre de sénateurs, année après année, en font ou en ont fait partie, témoignant ainsi de l’intérêt que notre pays et le Sénat portent à la Grande Ile et, plus largement, à cette partie du monde. En 1996, notre groupe est d’ailleurs devenu un groupe régional, en s’étendant à d’autres pays de l’Océan Indien. Il s’intéresse aujourd’hui à une zone couvrant sept pays : Madagascar, les Comores, l’Ile Maurice, les Seychelles, le Kenya, la Tanzanie et le Mozambique.
Des évolutions politiques et institutionnelles significatives ont eu lieu, notamment à Madagascar, au cours des dernières années. Nous les avons suivies de façon permanente. L’histoire du groupe a ainsi été émaillée de très nombreux contacts, entretiens, déplacements et manifestations. Depuis l’origine, notre rassemblement de sénateurs s’est efforcé de développer des liens concrets et durables avec les responsables de tous les pays de sa zone : régulièrement, une délégation du groupe se rend dans un ou plusieurs pays ; le groupe reçoit également tout au long de l’année de nombreuses personnalités, ainsi que des représentants du monde économique, culturel et humanitaire actifs dans ces pays.
Avec Madagascar, les liens interparlementaires ont pris une intensité particulière lorsqu’a été mis en place un vaste programme européen de soutien au Parlement et surtout au Sénat malgaches dans lequel notre haute assemblée a joué un rôle très actif. Ces actions ont pris la forme de nombreuses visites, de missions de travail de parlementaires, d’échanges de fonctionnaires, d’expériences et d’informations. Ces liens connaissent aussi un prolongement spécifique lié aux très nombreux projets d’une coopération décentralisée française extrêmement dynamique à Madagascar. Nous avons ainsi activement participé à l’organisation des Assises de la coopération décentralisée qui ont eu lieu en mai 2006 à Tananarive, en présence de l’ancien Président du Sénat français, M. Christian Poncelet.
Madagascar dispose d’atouts réels pour jouer un rôle majeur dans cette zone de l’Océan Indien où notre pays est également très présent. Nous devons donc travailler à renforcer les liens qui nous unissent, accroître nos échanges et faire de cette longue et profonde amitié entre nos peuples un élément dynamique pour une coopération toujours plus fructueuse.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales