Samedi 25 Mai 2019  
 

N°65 - Premier trimestre 2004

La lettre diplometque
  Editorial
Cuba
Canada
  Pour un approfondissement des liens franco-canadiens
 
  Contribuer à « l’enracinement de l’amitié franco-canadienne »
 
  2004 : Un nouveau virage pour la Chambre de Commerce France-Canada
 
  Les atouts d’un géant revitalisé
 
  Canada-France 2004 : 400 ans de présence française au Canada
 
Brésil
Arabie Saoudite
Azerbaïdjan
Opinion
Défense
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Canada
 

Pour un approfondissement des liens franco-canadiens

Par M. Marcel-Pierre Cléach, Sénateur de la Sarthe, Président du Groupe sénatorial d’amitié France-Canada

Avec plus de 80 membres, le groupe d’amitié sénatorial que je préside est un des groupes interparlementaires les plus nombreux du Sénat, et, j’ose le dire, l’un des plus actifs. Des groupes interparlementaires sont constitués à l’initiative des sénateurs, au sein de la Haute Assemblée, avec pratiquement tous les pays ou ensemble de pays, avec lesquels la France entretient des relations officielles.
Notre groupe d’amitié cherche à développer les contacts et les relations de travail, d’information et d’amitié entre la France et le Canada. D’une part, en favorisant les rencontres bilatérales entre parlementaires, en accueillant à Paris les autorités politiques et économiques canadiennes tant locales que nationales. D’autre part, en permettant une meilleure connaissance, de part et d’autre, du tissu économique, des institutions administratives et du patrimoine de chaque pays. Enfin, en participant à différents événements tels que des colloques ou les commémorations historiques.
Ainsi, en janvier dernier, notre groupe a reçu M. Claude Laverdure, nouvel Ambassadeur du Canada en France. Au cours de cette rencontre, l’Ambassadeur nous a fait part de l’évolution de la situation intérieure du Canada, M. Paul Martin ayant succédé à M. Jean Chrétien au poste de Premier ministre en décembre 2003. Ce fut également l’occasion de faire le point sur les relations bilatérales et les commémorations du 400ème anniversaire de la présence française en Amérique. Dans ce cadre, il est prévu que des membres de notre groupe se rendent sur l’île Sainte-Croix en juin prochain pour célébrer l’anniversaire de la première installation durable en Amérique du Nord, suite à l’expédition menée par Pierre Dugua de Monts en 1604.
Notre groupe est associé d’une manière ou d’une autre à la quasi totalité des commémorations qui ont lieu dans la cadre du 400ème anniversaire. Et, un grand nombre de sénateurs du groupe organise des manifestations dans leur département, car plusieurs d’entre eux sont élus de régions d’où partirent les premiers colons vers le Canada.
En 2003, notre groupe d’amitié a reçu de nombreuses personnalités canadiennes : une délégation de représentants des Indiens du Manitoba ainsi qu’une délégation acadienne, M. Raymond Chrétien alors Ambassadeur du Canada en France, le Ministre du développement économique de la Nouvelle-Ecosse, le Ministre des affaires intergouvernementales du Nouveau-Brunswick et le Maire de Moncton venu nous faire part de ses souhaits pour développer l’Alliance Française de Moncton.
Par rapport aux autres groupes d’amitié existant, notre groupe sénatorial France/Canada a pour originalité de s’intégrer dans un organisme de coopération interparlementaire plus vaste et surtout unique en son genre : l’Association interparlementaire France/Canada.
Fondée le 25 juin 1965 par les Présidents de l’Assemblée nationale et de la Chambre des Communes, puis élargie aux groupes interparlementaires des Sénats Canadiens et Français, l’Association s’est vue reconnaître un statut spécifique par les gouvernements canadiens et français lors de la signature, le 17 décembre 1998, du « programme d’action France/Canada » fixant la coopération franco-canadienne.
Le programme d’action prévoit notamment que « l’Association interparlementaire France/Canada serve de relais parlementaire aux actions engagées par les parties dans ce cadre et puisse, le cas échéant, présenter aux instances gouvernementales concernées des recommandations sur les actions entreprises ». Composée d’une section française (comprenant les groupes d’amitié de l’Assemblée nationale et du Sénat) et d’une section canadienne, l’Association dispose d’un comité permanent et tient au moins une session annuelle, alternativement en France et au Canada. Neufs délégués de chaque pays, six députés et trois sénateurs, y participent.
En juillet 2003, neuf parlementaires canadiens sont venus en France pour participer à la 32ème session de l’Association interparlementaire France/Canada. A l’occasion de cette session, plusieurs séances de travail ont eu lieu sur des thèmes très divers tels que « l’élargissement européen et l’intégration européenne », « la bioéthique et les nouvelles technologies de la reproduction », « la coopération spatiale franco-canadienne », « la justice et la sécurité publique », donnant ainsi aux parlementaires des deux pays l’occasion de s’informer et d’échanger des points de vue sur les expériences menées par chaque pays.
Il faut rappeler à nos compatriotes que grâce aux réformes entreprises au début des années 1990, le Canada est devenu l’un des pays les plus dynamiques du G8. Sa situation économique apparaît, à bien des égards comme exemplaire, nos amis canadiens ayant aussi réussi à mener à bien leur réforme de l’Etat. Notre groupe abordera prochainement ce dossier pour voir quels enseignements nous pourrions en retirer.
Beaucoup reste à faire pour mieux faire connaître le Canada. Il me semble qu’il convient de se départir des idées reçues : le Canada reste certes un pays riche en ressources naturelles, le bois, la pêche, l’agriculture. Mais l’économie canadienne s’est considérablement diversifiée, et, est de plus en plus orientée vers les nouvelles technologies. La province de Nouvelle-Écosse, dont nous avons reçu le Ministre du développement économique, M. Philipp Clarke, en est un bon exemple, car elle s’est spécialisée dans l’aéronautique.
Les Français ont encore trop souvent un tropisme québécois. Pour ma part, j’encourage volontiers nos entrepreneurs à découvrir le reste du Canada, notamment les provinces de l’Ouest qui sont extrêmement dynamiques et donc riches en opportunités.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales