$tabnombandeau  
  Mercredi 16 Août 2017  
 

Deuxième trimestre 2017

La lettre diplometque
  Éditorial
Arménie
Djibouti
Économie
Francophonie
Europe
Défense
Protocole
Santé
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Santé
 
 

Notre objectif : Guérir le cancer au XXIème siècle

Entretien avec le Pr. Alexandre EGGERMONT,
Directeur général de Gustave Roussy

Depuis 90 ans, Gustave Roussy a fait de la lutte et du traitement du cancer, 2ème cause de mortalité en France et dans le monde, le cœur de son action. Internationalement reconnu, ce centre médical à la pointe de l’innovation, attire chaque année de nombreux patients étrangers et a développé des partenariats dans de plusieurs pays. Directeur général de Gustave Roussy, le Pr. Alexandre Eggermont nous explique les spécificités de cet institut de recherche unique en Europe.

La Lettre Diplomatique : Monsieur le Directeur général, Gustave Roussy a célébré en 2016 le 90ème anniversaire de sa création. Comment expliquez-vous qu’il soit devenu le premier centre de lutte contre le cancer en Europe ? Quelles sont ses spécialités en termes de soins ? 

Pr. Alexandre EGGERMONT : Le modèle mis en place par Gustave Roussy est unique. Ici, toutes les conditions visant à développer l’innovation et la proposer au plus vite au patient sont réunies. Centre de lutte contre le cancer, nous sommes un établissement de soins, de recherche et d’enseignement. Bien sûr, nous sommes un hôpital, et prenons en charge tout type de cancer, y compris les tumeurs rares et complexes. Mais nous sommes également un centre de recherche regroupant 300 chercheurs. 
La grande proximité des patients et des chercheurs favorise le transfert très rapide des avancées thérapeutiques à nos malades. Les trois dimensions de la recherche – fondamentale, clinique et translationnelle – sont étroitement liées dans un modèle de centre de recherche intégrée.
Nous accueillons parmi nous les meilleurs médecins et chercheurs, et nous formons, dans notre École des Sciences du cancer, de nombreux professionnels œuvrant en oncologie en France, mais aussi à l’étranger. Nous savons enfin que nous ne pouvons réussir seuls la mission de guérir le cancer, et avons tissé des liens très étroits avec les plus grands centres de lutte contre le cancer en Europe, au sein du consortium Cancer Core Europe. L’efficacité de notre modèle de Comprehensive Cancer Center nous rend en effet unique et les 3 000 salariés de Gustave Roussy sont fiers de participer à notre combat contre le cancer.

L.L.D : Nommé Directeur général de Gustave Roussy en 2010, vous êtes un professeur de chirurgie oncologique reconnu à l’échelle internationale. Quel regard portez-vous sur les progrès accomplis en matière de lutte contre le cancer ? 

A.E. : Les progrès récents dans la lutte contre le cancer sont exceptionnels. Pendant des décennies, les chercheurs et les médecins ont travaillé étroitement pour proposer des prises en charge thérapeutiques aux malades, mais les résultats n’étaient pas toujours à la hauteur des espérances. Ces dernières années, on assiste à ce que l’on appelle à Gustave Roussy la « Révolution Cancer » : la médecine moléculaire et l’immunothérapie offrent des avancées formidables vers la guérison. Face à certains cancers, qui n’avaient, il y a 5 ans seulement, qu’un pronostic très sombre, nous disposons désormais de réelles stratégies thérapeutiques. Aujourd’hui, nous pouvons proposer une prise en charge efficace contre un mélanome ou certains cancers métastatiques. C’est impressionnant, mais il nous reste encore de grands défis à relever. Nous y travaillons en poussant la recherche dans toutes les dimensions de la prise en charge : chimiothérapie, radiothérapie, mais aussi chirurgie et même service offert au patient.

L.L.D : Plus de 3 000 professionnels sont aujourd’hui actifs sur le site de l’Institut. Comment décririez-vous les autres caractéristiques de Gustave Roussy en termes de capacité d’accueil et de moyens techniques ?

A.E. : Il faut souligner la grande expertise développée par les 3 000 professionnels présents sur les deux sites de Gustave Roussy (Villejuif et Chevilly-Larue) ; leur énergie, leurs talents et leur expérience se déploient chaque jour au profit des patients. Ils bénéficient d’un environnement très propice à l’innovation : des équipements de soin et de recherche de pointe, des projets ambitieux, des partenariats de haut niveau.
Avec ses partenaires du Val-de-Marne et d’Île-de-France, Gustave Roussy a créé Cancer Campus, un biocluster d’ambition mondiale, qui vise à rassembler des centres de recherche et de formation, des entreprises et des services dédiés à l’innovation en oncologie. Déclaré « Opération d’Intérêt National », Cancer Campus s’inscrit dans un vaste programme d’aménagement, sans doute l’un des plus ambitieux du Grand Paris, par la taille, la visibilité et le rayonnement international. L’opération a été retenue au titre de l’appel à projets « Réinventons la métropole du Grand Paris ». Le cluster comprend un bioparc pour les entreprises innovantes, dans le prolongement de l’actuelle pépinière et hôtel d’entreprises « Villejuif Bio Park », ainsi que la construction du Pôle universitaire interdisciplinaire en Santé de l’Université Paris-Sud.

L.L.D : Gustave Roussy soigne près de 2 000 patients étrangers chaque année. Comment s’articulent les dispositifs de l’Institut dédiés à cette clientèle ? Quelles sont les initiatives prévues pour renforcer son pôle international Comment évaluez-vous les retombées de ce rayonnement à travers le monde ?

A.E. : Gustave Roussy a toujours eu une culture très internationale et notre ambition dans ce domaine est importante. Le rayonnement de l’Institut est tel que les meilleurs médecins et chercheurs, y compris étrangers, souhaitent rejoindre nos équipes. 
Il y a plusieurs années, nous avons aussi su innover en développant pour la première fois en France un accueil spécifique pour les patients étrangers. Cette activité nous permet de proposer une prise en charge adaptée à des patients dont le pays n’a pas les capacités sanitaires suffisantes. Cette activité d’accueil des patients étrangers constitue une source importante de revenus pour l’établissement ; ces ressources complémentaires nous permettent de développer certains projets innovants qui n’auraient pu voir le jour. Gustave Roussy accueille chaque année environ 1 400 patients étrangers, ce qui représente 5 à 7 % du nombre global de patients accueillis à l’Institut.
L’excellence médicale de Gustave Roussy reste la principale raison de l’attractivité de l’établissement auprès de ces patients. La ligne de conduite de l’Institut est d’accueillir des patients pour lesquels une prise en charge à Gustave Roussy présente une réelle valeur ajoutée : traitement non existant dans le pays d’origine, tumeurs rares et/ou complexes, traitements innovants (diagnostic moléculaire, imagerie de haut niveau, chirurgies complexes, chimiothérapies adaptées, traitements ciblés), etc.
Afin de structurer cette filière en progression, des moyens médicaux et administratifs sont en place depuis 2011, avec une cellule internationale garante de la qualité de prise en charge des patients étrangers, en collaboration étroite avec les départements et comités. Afin de répondre aux besoins spécifiques des patients étrangers, une organisation dédiée a été pensée : consultations, visites des médecins de la cellule internationale, plages horaires en imagerie… En 2016, cinq chambres avec studio accompagnant ont été ouvertes pour les patients étrangers sur le site de Gustave Roussy à Chevilly-Larue, à proximité du site principal de Villejuif.
L’accueil de patients étrangers n’est pas la seule dimension de notre rayonnement international. Nous avons mis en place des partenariats fructueux avec plusieurs pays. Nous formons des médecins et chirurgiens kazakhs depuis 2013 et avons notamment accompagné le centre oncologique d’Astana dans la mise en place de la prescription informatisée et le déploiement de protocoles. D’autres partenariats fructueux se développent dans différents pays, en Arabie Saoudite, en Arménie, à Sharjah, ou encore au Koweït, où Gustave Roussy a le projet d’ouvrir un établissement satellite, premier hôpital français hors de France entièrement consacré à la lutte contre le cancer. 
En février 2016, nous avons signé un accord de coopération avec la Mairie de Saint-Pétersbourg et le centre d’oncologie de Saint-Pétersbourg, et avons initié des échanges autour du transfert de savoir-faire entre nos deux établissements. En juin 2016, des chefs de service et spécialistes russes du centre de Saint-Pétersbourg ont été accueillis plusieurs semaines à Gustave Roussy pour une formation sur les techniques de pointe en chirurgie, radiologie interventionnelle et anesthésie. Le retour très positif de cette première collaboration permet d’envisager la poursuite du partenariat. Les relations avec la Russie se sont élargies avec la visite d’une vingtaine de directeurs de centres d’oncologie des différentes régions de la Fédération en vue de mieux appréhender le modèle Gustave Roussy.

L.L.D : Les dons de particuliers et du secteur privé demeurent la principale source d’apport financier de l’Institut. Pourriez-vous nous détailler la répartition de l’origine de ces ressources ? Dans quelle mesure vous semble-t-elle pérenne ?

A.E. : Gustave Roussy est un établissement de santé privé d’intérêt collectif, et à ce titre est habilité à recevoir des dons et legs. La générosité des donateurs et des mécènes est aujourd’hui essentielle. Elle contribue à financer des projets innovants pour les équipes de recherche, pour les soins mais aussi pour l’amélioration de la qualité de vie des patients. Chaque année, les dons et legs versés à Gustave Roussy représentent plus de 20 millions d’euros. Ce soutien peut prendre plusieurs formes : parrainage d’une équipe de recherche sur trois ans, don ponctuel, don d’impôt sur la fortune (ISF)… Les legs et donations sont également une source importante de revenus pour Gustave Roussy.
La Fondation Gustave Roussy, dédiée au financement de la recherche contre le cancer, bénéficie également du soutien de grands donateurs et d’entreprises mécènes. 
Les associations de patients et de proches de malades, par leur engagement fidèle et leurs dons réguliers, sont des partenaires essentiels de l’Institut. Je veux en profiter pour dire un grand merci à tous nos donateurs et à nos mécènes qui soutiennent les équipes de Gustave Roussy et nous permettent d’avancer plus vite dans la lutte contre le cancer. 
Il y a quelques mois, nous avons lancé une nouvelle grande campagne de fonds qui affiche clairement son ambition : collecter 50 millions d’euros pour atteindre notre objectif : Guérir le cancer au XXIème siècle.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales