$tabnombandeau  
  Jeudi 22 Juin 2017  
 

Quatrième trimestre 2015

La lettre diplometque
  Éditorial
Bénin
Lettonie
Pologne
Turquie
Zimbabwe
CCNR
Nouvelles Technologies
Coopération Internationale
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Coopération Internationale
 
 

Diplomatie et coopération scientifique : le Centre international d’enregistrement des publications en série fête son 40ème anniversaire

Par Mme Gaëlle BÉQUET,
Directrice du Centre international d’enregistrement des publications en série (CIEPS)

Organisation intergouvernementale indépendante, le Centre international d’enregistrement des publications en série (CIEPS) célèbre en 2015 son 40ème anniversaire1. À cette occasion, sa Directrice, Mme Gaëlle Béquet, revient sur la genèse de cette institution qui assure la gestion du système international automatisé destiné à l’enregistrement des périodiques de toutes disciplines, et met en exergue les défis que lui impose l’évolution rapide des technologies de l’information et de la communication. 

L’accord créant le CIEPS2 en tant qu’organisation intergouvernementale a été signé le 14 novembre 1974 par René Maheu, Directeur général de l’UNESCO, et Pierre Maillard, Ambassadeur, Délégué permanent de la France à l’UNESCO. Ce traité a été ratifié par le Parlement français en décembre 1975.
Pour l’UNESCO, les objectifs de ce centre étaient « de développer et maintenir un registre international des publications en série, de définir et promouvoir l’utilisation d’un code normalisé, l’ISSN (International Standard Serial Number), de faciliter la recherche de l’information scientifique et technique dans les périodiques, de mettre à disposition cette information et d’établir un réseau de collaboration entre les bibliothèques, les services d’information, les éditeurs et les organisations internationales, enfin de promouvoir les normes de description bibliographique et les formats d’échange dans le domaine des publications en série »3.
Peu de temps après la ratification du traité, une lettre circulaire de René Maheu à tous les pays membres de l’Organisation des Nations unies les invita à adhérer au réseau de l’ISDS (système international de données sur les publications en série). Des pays comme l’Australie, le Canada, les États-Unis d’Amérique et le Royaume-Uni avaient déjà établi des centres nationaux ISDS et furent donc parmi les premiers à rejoindre le réseau.
À partir de 1976, le CIEPS est devenu une organisation intergouvernementale indépendante avec une autonomie financière complète4. Ses statuts5 ont été publiés au Journal officiel de la République française en mars 1976. Lors de sa première réunion à Paris en octobre 1976, l’Assemblée générale du CIEPS a créé quatre organes de décision, à savoir l’Assemblée générale, le Conseil d’administration, le Comité technique et la direction. L’Assemblée générale se réunit tous les deux ans et est constituée d’un représentant de chacun des pays membres de l’UNESCO ayant adhéré aux statuts, d’un représentant du pays hôte, à savoir la France, et de celui du Directeur général de l’UNESCO. Le Conseil d’administration, qui se réunit au moins une fois par an, comprend dix représentants des pays membres, le représentant de la France et celui de l’UNESCO. Le Directeur, nommé par le gouvernement français après avis de l’UNESCO, est assisté en tant que de besoin par le Comité technique.
Le CIEPS est l’agence responsable d’ISO 3297 – Information et documentation – Numéro international normalisé des publications en série, une norme de l’International Organization for Standardization (ISO). La première édition de la norme ISO 3297 a été publiée en 1971 et la quatrième, parue en 2007, est encore en vigueur. Elle prévoit l’attribution d’un identifiant unique constitué de huit chiffres aux publications en série imprimées et en ligne ainsi qu’aux sites web régulièrement mis à jour. La norme organise également le réseau ISSN autour du CIEPS, jouant le rôle d’autorité d’enregistrement, et de centres nationaux, appelés agences d’enregistrement, hébergés par des bibliothèques nationales ou des institutions de recherche scientifique. Il en existe aujourd’hui 88 de par le monde. Chaque centre établit l’inventaire national des publications répondant aux critères de la norme et transmet ses informations bibliographiques au CIEPS qui gère le registre international. Le CIEPS est, quant à lui, responsable de l’identification des publications pour les organisations internationales et les éditeurs ressortissants des pays ne disposant pas de centre national ISSN.
En 1975, la base de données initiale a été constituée à partir d’extractions de notices provenant de bases bibliographiques existantes. Le CIEPS a fusionné ces données et élaboré les premières notices que les centres nationaux ont ensuite validées. À ses débuts, la base contenait 50 000 titres et croissait de 2 000 titres par mois. À partir des données du registre, le CIEPS a développé des produits et des services bibliographiques qu’il commercialise auprès d’un large éventail d’acteurs de l’édition et de l’information scientifique et technique. La vente des données ISSN (d’abord sous forme imprimée, puis sur microforme, cd-rom et, à présent, en ligne) alimente le budget du CIEPS permettant de financer le système ISSN et les actions de formation et de communication. En 2015, le registre ISSN recense 1,8 million de titres de publications en série.
L’histoire du CIEPS et de son réseau est étroitement liée à celle de l’UNESCO et au contexte politique, économique et technique des quarante dernières années. Deux grandes périodes peuvent être distinguées. Avant 1990, c’est l’époque des pionniers qui promeuvent la coopération culturelle entre l’Est et l’Ouest dans le contexte de la Guerre froide. Le CIEPS est alors un outil de coopération pour l’identification et l’échange d’informations scientifiques et techniques au niveau international. En 1990, la fin du bloc soviétique et du système géopolitique bipolaire enclenche un processus conduisant au déclin du pouvoir des administrations gouvernementales et à la libéralisation et la globalisation de l’économie. Au même moment, les technologies de l’information et de la communication connaissent un essor considérable avec l’apparition d’internet et du world wide web. À ce moment, le CIEPS a été confronté à un double défi politique et technique. Le premier fut celui de la transition des anciens pays membres du bloc soviétique : le CIEPS a réussi à établir des contacts directs avec les centres nationaux des pays d’Europe de l’Est après la disparition du centre régional CMEA basé à Moscou. De la même manière, il a poursuivi sa coopération avec les pays issus de la partition de la Yougoslavie. Les données ISSN ont été modifiées pour respecter les nouvelles frontières politiques. Le CIEPS a en outre fait évoluer son système de gestion de base de données pour accompagner l’apparition de l’édition électronique. Il a participé à différents projets destinés à améliorer ses services et l’accès aux données ISSN : un accord a ainsi été signé en 2009 entre le CIEPS et EDINA National Academic Data Centre (Royaume-Uni) pour créer un service commun de préservation des revues électroniques, The Keepers Registry, qui utilise le registre ISSN pour déterminer les ressources électroniques conservées par les institutions chargées de l’archivage numérique à long terme.
Tout au long de ses quarante années d’existence, le CIEPS et le système ISSN ont été soutenus financièrement par la France, l’UNESCO et les pays membres. Les ventes du registre ISSN et des services associés ont complété les ressources budgétaires. Les gouvernements européens6 et l’UNESCO promeuvent aujourd’hui l’utilisation des licences libres pour diffuser les informations produites par des entités financées sur fonds publics. Parmi celles-ci, on compte bien souvent les 88 centres nationaux ISSN.
Le réseau ISSN apporte aujourd’hui sa contribution au mouvement des données ouvertes liées à travers le service ROAD (Directory of Open Access Resources7) soutenu par l’UNESCO et mis en ligne en 2013. Les données ISSN identifiant des ressources en accès libre et gratuit sont ainsi disponibles au format RDF permettant leur réutilisation sur la base d’une licence CC BY NC 4.0. L’objectif du projet est de créer un point d’accès unique aux revues et aux dépôts d’archives scientifiques quel que soit leur lieu de publication. ROAD illustre le rôle pivot de l’ISSN pour combiner des informations de différentes provenances.
Le plan stratégique 2015-2017 du réseau ISSN réaffirme l’importance du partage des données ISSN avec la communauté des producteurs et usagers de l’information scientifique et technique. Ceci suppose de penser à nouveaux frais le modèle d’organisation du réseau ISSN et de trouver un moyen terme entre ouverture des données et viabilité économique. Le registre ISSN doit évoluer techniquement pour pouvoir dialoguer avec des applications du web développées par ses partenaires et susciter de nouveaux services innovants. La révision systématique de la norme  ISO 3297 en 2016 sera aussi l’occasion de travailler avec les bibliothèques et les éditeurs pour mieux répondre à leurs attentes et poursuivre cette fructueuse collaboration.   

------

1 http://40years.issn.org
2 http://www.issn.org
3 The International Serials Data System. UNESCO Bulletin for Libraries, 1973, vol. 27, n° 2. p. 117.
4 UNESCO. Agreement between the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) and the Government of the French Republic on the establishment and operation of an International Centre for the Registration of Serial Publications. Paris: Unesco, 1976. 11 p. [online] http://unesdoc.unesco.org/images/0001/000189/018991eb.pdf [15/01/2015]
5 Décret n°76-204 du 24 février 1976 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture au sujet de la création et du fonctionnement d’un Centre international d’enregistrement des publications en série, signé à Paris le 14 novembre 1974.
6 Voir Directive on the re-use of public sector information at http://ec.europa.eu/digital-agenda/en/european-legislation-reuse-public-sector-information . [online]. 2003. [22/04/2015]
7 http://road.issn.org

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales