Samedi 25 Mai 2019  
 

N°58 - Deuxième trimestre 2002

La lettre diplometque
  Editorial
Russie
Maroc
Bulgarie
Ouzbékistan
Israël
Défense, armement et sécurité
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Défense, armement et sécurité
 
  M. / Mr Ronald K. NOBLE

Interpol : mythe et réalité

Par Ronald K. Noble, Secrétaire général d'Interpol

Imaginez une agence policière internationale qui réunit 200 nations travaillant ensemble de façon démocratique : une seule voix pour chaque nation, sans égard pour leur contribution financière. Même des nations en guerre y participent, en accord avec une disposition fondamentale de la constitution de l'organisation : l'Article 3. L'Organisation ne peut pas intervenir dans les questions d'ordre politique, militaire, religieux ni racial et doit opérer dans le cadre de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Voici Interpol. Imaginez maintenant combien cela coûterait de rendre cette agence véritablement efficace. Combien de milliards de dollars ? Or le budget annuel d'Interpol ne dépasse pas les 30 millions de dollars. Si Interpol n'existait pas déjà, on l'aurait certainement créé au lendemain des attaques du 11 septembre 2001. Cette agence essaie d'augmenter la sécurité globale en se battant contre la criminalité internationale qui ne connaît déjà plus de frontières. Elle s'est fixé quatre priorités principales :
- la circulation illégale des capitaux à travers le monde,
- le développement des technologies de l'information et l'Internet,
- le grand banditisme international, et
- le terrorisme international.
Il est aujourd'hui évident qu'aucun gouvernement ne peut espérer contrôler ces facteurs en agissant seul. La coopération internationale est devenue indispensable pour que la société puisse répondre aux crimes qui menacent de détruire les fondations mêmes de celle-ci. Quels sont les défis auxquels doit faire face Interpol, la seule organisation policière d'envergure véritablement internationale ? Faire en sorte que les agents de police des différents pays travaillent ensemble ? Ceci n'est pas si difficile que cela quand ils partagent le même objectif : résoudre les crimes et attraper les responsables. Les policiers établissent des liens immédiats : s'ils peuvent s'entraider ils le font, aux confins de leur politique nationale, par exemple la politique sur la protection des informations et des droits de l'individu. Mais la lutte contre la criminalité internationale devient parfois beaucoup plus difficile au niveau juridique. Les crimes ne sont pas définis de la même façon. Les critères quant aux preuves recevables diffèrent. Les approches quant aux peines et surtout à la peine de mort ne sont pas les mêmes. Ces complexités et les délais d'extradition rendent le succès de la poursuite d'un crime international d'autant plus difficile. Mais, pour aller droit au but, le vrai défi pour les responsables politiques internationaux, c'est le besoin de travailler ensemble de façon ouverte et honnête pour le bien de tous, et de dépenser des ressources financières importantes en dehors des frontières nationales afin d'assurer la protection de leurs électeurs dans leurs propres pays. Ces défis sont, de façon paradoxale, à l'avantage des criminels. Les événements tragiques du 11 septembre ont fait ressortir de façon brutale la nature internationale du crime. Interpol est la seule organisation à unir les agences policières du monde (179 États membres à présent) afin de combattre la criminalité à l'échelle globale. Avec près de 80 années d'expérience, Interpol sait organiser des coopérations policières réussies : suivre les événements, ramasser, analyser et trier les informations et les renseignements venus du monde entier. Plus que jamais il est indispensable de se servir de l'expérience d'Interpol dans ce domaine afin de faire le meilleur usage des nouvelles ressources qui pourraient faire avancer la lutte contre la criminalité internationale. Une étude récente a identifié la base de données et le système de communication globale d'Interpol comme les deux services les mieux appréciés de l'agence. Les agences policières des États membres peuvent accéder aux bases de données internationales sur la criminalité et se consulter de façon rapide et en toute sécurité sur les questions liées aux crimes. Combattre la criminalité internationale implique beaucoup plus que le simple maintien de l'ordre. Il faut créer un réseau complexe et puissant de partenariats créatifs, stratégiques et opérationnels entre les agences policières de toute sorte, le secteur privé, les organisations non gouvernementales et les autres agences internationales. Tous les partenaires doivent pouvoir travailler ensemble de façon complémentaire et efficace au-delà des frontières et des juridictions,  afin de pouvoir saisir toutes les occasions de contrecarrer la criminalité internationale et protéger notre société. Interpol ne travaille pas seulement avec les agences policières nationales mais réunit aussi les informations et les expertises des douanes, de l'administration des impôts, des entreprises privées telles que les banques, les lignes aériennes, les sociétés d'informatique et de télécommunications, ainsi que des services gouvernementaux et des organisations non gouvernementales. Des groupes d'experts multidisciplinaires se réunissent de façon régulière pour poursuivre le développement et la modernisation des outils qui peuvent aider à l'identification et à la prévention des formes spécialisées de criminalité internationale. Ces outils prennent souvent la forme de guides qui identifient les pratiques les plus efficaces ou de documents de formation qui permettent de diffuser, souvent à l'aide de sites Web protégés, ce savoir-faire et cette expertise aux agents de police travaillant sur le terrain qui en ont le plus besoin. Interpol est en position idéale pour venir en aide dans une autre sphère d'activité prioritaire : la coordination des opérations internationales. On sait qui contacter et comment le faire. Nos officiers ont consacré beaucoup d'efforts à établir liens et confiance qui sont à la base de toute coopération internationale réussie entre les agences policières. Nous avons une grande expérience des différentes pratiques locales qui pourraient éventuellement nuire au succès d'une opération : un homme averti en vaut deux. Heureusement Interpol existe déjà. L'agence peut être le fer de lance de la réponse globale au grand défi de la criminalité internationale. Nos leaders politiques doivent maintenant insister pour qu'Interpol, leur organisation policière internationale, devienne encore plus efficace. Ceci pourrait bien se produire si on donne à Interpol les ressources en personnel et en infrastructures dont il a besoin afin d'assurer la sécurité du monde et de tous ses citoyens.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales