$tabnombandeau  
  Jeudi 22 Juin 2017  
 

Deuxième trimestre 2008

La lettre diplometque
  Editorial
Roumanie
Pérou
Ethiopie
Analyse
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Editorial
 
  M. / Mr Wilfrid-Guy Licari

Québec - France une relation exceptionnelle

Par M. Wilfrid-Guy Licari, Délégué général du Québec en France et Représentant personnel du Premier ministre du Québec auprès de la Francophonie

2008 est une année particulièrement importante pour la mission diplomatique que j’ai le privilège de diriger. Les Québécois célèbrent en effet cette année le 400ème anniversaire de la fondation de la ville de Québec par l’explorateur français Samuel de Champlain. Il y a 400 ans, Champlain osa une grande aventure dont nous sommes les héritiers.1608 marque d’une pierre la rencontre entre l’Europe et l’Amérique, bien sûr, mais aussi entre les nations amérindiennes et les arrivants, entre la France et ce qui deviendra le Québec. Une rencontre qui porte en elle la source de ce que nous sommes aujourd’hui. A l’occasion de cet anniversaire, nous soulignons plus particulièrement les quatre siècles de fraternité entre le Québec et la France, en célébrant à la fois le passé, le présent et l’avenir d’une amitié sans faille.Héritière du passé et donc témoin de ces quatre siècles de fraternité, la rencontre entre nos deux sociétés s’incarne dans l’actualité et la vigueur de la coopération entre le Québec et la France. Français et Québécois unissent chaque jour un peu plus leurs efforts pour assurer leurs progrès techniques, scientifiques, économiques, sociaux et culturels. La relation directe et privilégiée que le Québec et la France entretiennent se nourrit et s’enrichit de ce partenariat qui implique tous les secteurs de l’activité humaine.Il y a un peu plus de 40 ans, le Québec créait un ministère chargé des relations internationales et devenait l’un des tout premiers Etats fédérés dans le monde à développer une action internationale structurée. L’étendue de ses responsabilités gouvernementales mais aussi son identité propre au sein de l’ensemble canadien et dans l’espace nord-américain commandaient une telle action. Aujourd’hui, le Québec est doté d’un important réseau de représentations qui contribuent à sa prospérité et à son rayonnement à l’étranger. En 2006, la Ministre des Relations internationales, Mme Monique Gagnon-Tremblay, a rendu publique une nouvelle Politique internationale du Québec qui guide l’action internationale de l’ensemble du gouvernement.La relation du Québec avec la France occupe une place centrale dans cette politique internationale. L’histoire, la proximité culturelle, la langue et les intérêts économiques réciproques ont forgé cette relation, et presque aucun domaine de l’activité scientifique, économique, culturelle ou sociale n’échappe aujourd’hui à ce courant d’échanges.Établie depuis 1961, la Délégation générale du Québec à Paris a acquis, à la suite d’un accord conclu en 1964, un statut diplomatique semblable à celui d’une ambassade. La Délégation générale du Québec à Paris est la plus importante représentation du réseau diplomatique québécois et elle comporte plusieurs services : Affaires francophones et multilatérales ; Affaires politiques ; Coopération ; Presse et Affaires publiques ; Services culturels ; Affaires économiques ; Investissement Québec ; et Immigration.La relation privilégiée entre la France et le Québec s'exprime à travers un dispositif diplomatique en vertu duquel le Consulat général de France à Québec et la Délégation générale du Québec à Paris assurent directement les communications de gouvernement à gouvernement. Il existe également un ensemble d’outils et d’initiatives dont l’objectif est de réunir les acteurs politiques des deux pays sur une base régulière et récurrente, tout en permettant le développement global de la coopération.À la suite de la visite officielle du Premier ministre français Raymond Barre en 1977, les deux gouvernements ont décidé d’instaurer des missions annuelles et alternées dirigées par les premiers ministres québécois et français. Ce dispositif politique symbolise à lui seul le caractère direct et privilégié de la relation bilatérale entre la France et le Québec.Cette relation politique exceptionnelle se traduit aussi par des actions concrètes et dynamiques de la société civile. Ainsi, 4 000 Français franchissent encore chaque année l’Atlantique pour venir s’installer au Québec. 12 000 autres viennent soit étudier, faire un stage ou travailler de façon temporaire. Près de 2 000 jeunes adultes québécois, et autant de français, participent chaque année aux programmes d’échanges de l’Office franco-québécois pour la jeunesse, qui célèbre cette année son 40ème anniversaire. C’est dire combiennos deux sociétés, nos deux peuples, sont entrelacés. Jamais les valeurs que nous avons en héritage ne nous ont autant rapprochés. Même respect des différences, même engagement à défendre notre identité francophone, même volonté : celle de préserver nos valeurs culturelles et de les promouvoir.Plus qu’une commémoration du passé, plus qu’une célébration du présent, cet anniversaire est aussi une ouverture sur l’avenir. En raison des nombreuses visites politiques françaises de haut niveau au Québec, et au-delà de son caractère festif, il reflète notre forte volonté politique de développer ces liens qui nous tiennent tant à cœur et qui sont encore pleins de promesses.Ainsi, le Premier ministre François Fillon a participé à la commémoration officielle du 400ème anniversaire de la fondation de Québec le 3 juillet, à l’occasion de sa visite officielle, dans le cadre des rencontres alternées des premiers ministres québécois et français. En marge du XIIème Sommet de la Francophonie, qui se déroulera du 17 au 19 octobre à Québec, le Président de la République française, Nicolas Sarkozy, effectuera aussi une visite bilatérale au Québec. Ces rencontres permettront au Québec et à la France de poursuivre et renforcer le développement harmonieux de leur relation avec deux projets particulièrement novateurs.Le Président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre du Québec, Jean Charest, ont convenu en juillet 2007 de conclure une entente France-Québec qui vise la reconnaissance globale des compétences et des acquis des personnes exerçant une profession ou un métier réglementé. Cette entente sera une première entre l'Europe et l'Amérique. Elle permettra d’accorder aux ressortissants français et québécois les mêmes conditions d’accès aux métiers et professions réglementés que sur leur territoire respectif. Elle facilitera l’entrée des travailleurs sur le marché du travail et permettra de répondre plus efficacement aux besoins de main d’œuvre des entreprises des deux côtés de l’Atlantique. Le Québec et la France ont avancé de manière significative sur les principes du projet d'entente-cadre et sur l'échéancier de travail permettant en principe d'arriver à la conclusion de l'entente en octobre 2008.Aussi, le Premier ministre du Québec est un ardent défenseur d’un nouveau partenariat économique Canada-Europe qui aurait pour effet d’accroître les relations économiques entre le Québec et la France. Il poursuit ainsi les initiatives qui font du Québec, depuis plusieurs années déjà, un leader au Canada en matière de libéralisation des échanges. Cet accord couvrirait des domaines dans lesquels des progrès de libéralisation peuvent être accomplis, dans une perspective de développement durable et de bien-être de nos sociétés. Le Canada comme le Québec sont des alliés naturels de l’Europe et peuvent offrir à l’UE la possibilité d’une ouverture encore plus grande en Amérique du Nord.Ce 400ème anniversaire de la plus ancienne et de la plus durable implantation du fait français dans les Amériques sera aussi exceptionnellement marqué par la présence à Québec, en octobre prochain, des 68 chefs d’Etats et de gouvernements francophones pour participer au XIIème Sommet de la Francophonie. Pour le Québec, la Francophonie est ce lieu privilégié où les représentants des Etats et gouvernements partageant le français et des valeurs communes peuvent discuter des problématiques auxquels le monde, et notamment les pays en développement, sont confrontés et convenir d’actions solidaires. Le Québec souhaite que ce Sommet soit, dans sa forme et sur le fond, à la hauteur de la réforme entreprise depuis deux ans à l’Organisation internationale de la Francophonie, sous l’impulsion de son Secrétaire général, Abdou Diouf. Le Sommet de Québec sera ainsi l’occasion, pour les chefs d’Etats et de gouvernements de la famille francophone, de débattre de quatre enjeux, soit la gouvernance et la démocratie, la langue française ainsi que l’environnement, dans un esprit de solidarité et avec une volonté partagée de favoriser un développement durable et respectueux des droits de la personne.Moment historique que cette année 2008 certes, mais aussi moment d’une nouvelle impulsion dans l’action internationale du Québec. Tant d’une perspective bilatérale dans nos relations avec la France que d’une perspective multilatérale au sein de la Francophonie, d’importants chantiers s’ouvrent à nous. Au moment même où le Québec commémore 400 ans d’histoire, il porte son regard vers l’avenir avec confiance et détermination.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales