$tabnombandeau  
  Mardi 27 Juin 2017  
 

Deuxième trimestre 2006

La lettre diplometque
  Editorial
Corée du Sud
Lituanie
Roumanie
Défense
Opinion
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Editorial
 
  M. / Mr Max-Peter Ratzel

Europol : garantir la sûreté
et la sécurité des citoyens européens
  
Par M. Max-Peter Ratzel, Directeur d’Europol

 

Les pères fondateurs du projet d’intégration européen ont créé le socle pour le dévelop-pement pacifique et harmonieux de toutes les nations européennes. Un demi-siècle plus tard, nous jouissons de la coexistence pacifique des Etats démocratiques. Néanmoins, notre monde, aux frontières ouvertes et qui favorise la libre circulation des personnes et des marchandises, est devenu plus vulnérable aux actions terroristes dirigées contre nos citoyens. Nos vies peuvent ainsi changer en quelques secondes, comme ce fut le cas à Madrid en mars 2004 et à Londres en juillet 2005. De nos jours, nos citoyens doivent faire face à un comportement criminel impitoyable, qui cherche à intimider notre société et dont n’importe quel citoyen ou groupe d’individu peut devenir la cible.

Alors que les réseaux criminels organisés tendent à se professionnaliser davantage, les menaces pesant sur la sécurité en Europe et dans le monde deviennent de plus en plus sérieuses et prononcées. Les progrès en matière de télécommunications à haute vitesse, d’informatique et d’autres technologies ont créé de nouvelles opportunités pour les criminels, de nouvelles catégories de crimes et, donc, de nouveaux défis pour l’application de la loi. Les groupes criminels organisés ont également tiré profit du processus de mondialisation, qui facilite plutôt qu’il n’entrave, leurs activités illicites. Ces défis montrent clairement que les méthodes traditionnelles de police ne sont plus suffisantes. Le crime et les comportements criminels sont en constante évolution. On ne peut se contenter d’attendre qu’une nouvelle situation se présente pour réagir. Nous devons savoir anticiper.

Durant ces dernières années, la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée s’est affirmée comme une priorité majeure pour tous les pays européens. Il ne fait plus aucun doute qu’il soit devenu crucial de mettre en œuvre une coordination harmonieuse des initiatives européennes pour prévenir et combattre le terrorisme et la criminalité organisée, et relever ainsi un défi de nature à la fois locale, régionale et globale. Ceci implique que les autorités chargées d’appliquer la loi agissent en ce sens, dans une perspective locale, régionale et globale, afin de conserver une avance sur les criminels. C’est pour faciliter leur coopération à l’échelle internationale et plus particulièrement européenne, qu’Europol (Office européen de Police) a été créé avec pour tâche de consolider la coopération entre les autorités compétentes au sein de ses Etats membres et d’améliorer leur efficacité à prévenir et à combattre le terrorisme, l’impunité du trafic de drogue et d’autres formes sérieuses de la criminalité internationale organisée.1

Le lien possible entre le terrorisme et la criminalité internationale organisée - comme le trafic de stupéfiants, le blanchiment d’argent et le trafic d’armes illégales - doit être surveillé avec attention, sous l’angle tant de la lutte antiterroriste que celui de la criminalité organisée. Pour se procurer des armes, des munitions, des documents contrefaits et d’autres ressources encore, les terroristes sollicitent bien souvent les réseaux criminels. C’est une des raisons pour lesquelles une coopération étroite entre les services de sécurité et les institutions chargées d’appliquer la loi est nécessaire. De la même façon, la coordination par le biais d’une organisation regroupant plusieurs agences comme Europol est désormais de la plus haute importance.

Un des avantages les plus importants d’Europol est le fait qu’il rassemble des officiers de liaison des vingt-cinq Etats membres sous un seul toit. La plupart des représentations nationales sont des équipes multi-institutionnelles, avec des représentants de la police, des douanes, de l’immigration et parfois des services de sécurité. Ce réseau exceptionnel - fondé sur la confiance mutuelle, la compréhension commune et le partage des meilleures pratiques existantes - est l’une des plus importantes valeur ajoutée qu’Europol peut offrir.

Outre les officiers de liaison provenant des Etats membres de l’UE, Europol accueille également des officiers des deux pays candidats de l’UE, la Bulgarie et la Roumanie, aux côtés des officiers de la Norvège, de la Suisse, de la Colombie et des Etats-Unis. Au total, plus d’une centaine d’officiers de liaison représentant les Etats membres de l’UE et ses partenaires, travaillent étroitement avec le noyau de l’effectif d’Europol dans l’enceinte de son siège. Il convient également de souligner qu’Europol a conclu des accords de coopération stratégiques avec la Russie et la Turquie.

De plus, Europol constitue une garantie pour l’échange d’informations rapide et sécurisé. Il fournit également des vues d’ensemble et des outils de recherche analytique, technique et opérationnel. L’organisation possède un Système d’échange d’informations unique qui permet aux Etats membres d’échanger des données par l’intermédiaire de canaux sécurisés (sur le plan bilatéral). En fonction de sa pertinence, toute information opérationnelle peut être entrée dans le Système d’information d’Europol (IS) ou dans le Système d’analyse d’Europol (par exemple les Documents de travail analytique), qui étudient des domaines spécifiques de la criminalité et des groupes criminels spécifiques.

En outre, dès 2006, Europol mettra en place une Evaluation des menaces de la criminalité organisée (OCTA), qui donnera une nouvelle perspective et une meilleure compréhension de la criminalité organisée ainsi que les moyens de l’entraver. Les données rassemblées au sein de l’OCTA proviennent des bases de données d’Europol, de contributions d’organismes nationaux incluant ce que l’on désigne comme pays-tiers, d’autres organismes européens comme la Banque centrale européenne, l’Eurojust et le Frontex, le secteur privé, les universités et les ONG. L’objectif de cette évaluation des menaces est d’apporter à l’UE et aux décideurs nationaux, tant dans les domaines politique que judiciaire, une connaissance importante qui les aidera à définir les priorités de leurs efforts pour lutter contre la criminalité organisée.

Tout en affirmant son rôle dans les domaines qu’il s’est assigné, Europol a développé un programme antiterroriste. Europol apporte ainsi aux Etats membres une assistance stratégique comme, sur demande, l’évaluation des menaces pour des évènements spécifiques, le rapport annuel sur la situation du terrorisme, ou le rapport de tendance du Groupe de travail sur le terrorisme. Europol est également devenu une référence centrale pour les organismes concernés des Etats membres. Il compile la législation antiterroriste et élabore un Glossaire des groupes terroristes. Enfin, comme je l’ai déjà mentionné, Europol met à disposition un support opérationnel avec les Documents de travail analytique. Il identifie ainsi des groupes cibles afin de définir des priorités et adapter le travail aux besoins courants, en concertation avec les experts des Etats membres. Le travail analytique d’Europol est, naturellement, fortement dépendant des informations que nous recevons des Etats membres et d’organisations tiers. Aussi, il est très important pour nous de pouvoir compter sur les informations que nous envoient les services de sécurité nationaux, de façon à ce que l’on puisse contribuer à lutter contre le terrorisme et d’autres formes de la criminalité internationale organisée. Ces services sont traditionnellement fondés sur la coopération bilatérale. La confiance est également de la plus haute importance.

Le manque d’échange de renseignement peut conduire à des lacunes dans notre connaissance. Les liens et les interdépendances entre les différents groupes peuvent rester occultes, ce qui peut engendrer des situations dangereuses si elles ne sont pas détectées à temps. La philosophie d’Europol est que le renseignement qui n’est pas partagé est inutile, et même parfois dangereux, des officiers de police pouvant risquer leur vie en prenant de mauvaises décisions à cause du manque d’information pertinente. Le partage de l’information au sein d’un réseau de confiance et de fiabilité reliant des organismes partenaires permet une meilleure analyse des données à l’appui d’une plus large base d’informations.

Une coopération internationale concrète est impérative pour empêcher les attaques, démanteler les structures terroristes et détruire leurs réseaux financiers et logistiques. Nous devons nous efforcer de surmonter les barrières qui existent entre l’application de la loi et les organismes de sécurité. Nous devons travailler pour accomplir des progrès qualitatifs et quantitatifs en matière de disponibilité, de précision et de dynamisme de l’échange d’information. Il est vital pour les agences chargées d’appliquer la loi, en particulier en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, d’obtenir l’information la plus complète et actualisée, à n’importe quel moment. Vous pouvez être sûr qu’Europol fera tout ce qu’il peut pour y parvenir.

En tant que centre d’analyse de renseignement, Europol s’efforce de contribuer aux efforts des Etats membres pour accroître l’efficacité de l’application de la loi dans le domaine de la criminalité organisée. Il concentre les meilleures pratiques et les plus amples expertises, et il est prêt à les partager avec ses partenaires. Pour exécuter une tâche aussi complexe et sophistiquée, Europol dépend, toutefois, de la préparation et de la volonté des autorités et des agences judiciaires nationales à partager l’information et à engager une coopération internationale. Seulement après, nous serons en mesure d’entraver la capacité d’action des criminels.

Dans la bataille quotidienne d’Europol contre la réelle criminalité organisée et le terrorisme, notre priorité globale est de garantir aux citoyens un cadre de vie fondé sur la justice, la liberté et la sécurité. En fait, nous considérons que c’est là l’objectif fondamental d’Europol, comme le stipule le Traité de l’Union européenne.
Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales